En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies, cliquez ici. X Fermer
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +
CAYENNE

Le procureur rappelle à la loi dix-huit élèves de Nonnon

P. E. M. Samedi 03 février 2018
Le procureur rappelle à la loi dix-huit élèves de Nonnon
Le rappel à la loi a donné l'occasion au procureur de la république (troisièmes en partant de la gauche) de rappeler les règles de la vie en société aux élèves d'Eugène-Nonnon (PEM)

Les agresseurs d'un jeune Amérindien dans le centre-ville, le 18 décembre dernier, ont reçu un rappel à la loi collectif devant leurs camarades. La cérémonie a eu lieu jeudi dans la salle polyvalente du collège Eugène-Nonnon.

Dix-sept des dix-huit élèves du collège Eugène-Nonnon, à Cayenne qui ont agressé leur camarade amérindien du lycée professionnel Jean-Marie-Michotte aussi à Cayenne le 18 décembre dernier ont eu un rappel à la loi jeudi au sein de leur établissement. Celui-ci leur a été signifié par Éric Vaillant, procureur de la République, en présence de Thierry Guiguet-Doron, directeur de la police nationale en Guyane, de Joseph Valanot, directeur académique des services de l'Éducation nationale et de leurs familles respectives. Une enquête de la police avait clairement établi la responsabilité des dix-huit jeunes agresseurs. Seul le meneur de l'attaque, exclu du collège pour des raisons autres, a été convoqué devant le juge des enfants pour répondre des mêmes griefs. Compte tenu de délits antérieurs, il encoure une condamnation pour récidive.
« Les faits ont suscité beaucoup d'émotion dans le centre-ville de Cayenne et au sein des deux établissements concernés, déclare Éric Vaillant. Il nous a donc paru utile de faire un rappel à la loi collectif, bien préparé par le personnel d'encadrement et les enseignants qui y ont convié les familles » . Le représentant du ministère public a saisi cette occasion pour rappeler à tous « les règles de la vie en société et le comportement qu'il faut avoir quand on est face à une agression » . Notamment, ne pas y participer afin de ne pas aggraver la situation et de porter secours ou, au moins, d'appeler les secours. Selon le patron de la police, « il était important de rappeler aux parents qu'ils sont les responsables légaux de leurs enfants mineurs. Lorsque ces derniers commettent des faits répréhensibles, c'est leur responsabilité qui est engagée. »

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
3 commentaires

Vos commentaires

FLAMBI 05.02.2018
RIGOLADE

Rigolade enlevée la CAF voila

Répondre Signaler au modérateur
joko973 03.02.2018
Lol

« il était important de rappeler aux parents qu'ils sont les responsables légaux de leurs enfants mineurs. Lorsque ces derniers commettent des faits répréhensibles, c'est leur responsabilité qui est engagée. » C'est de l'humour ? on en est vraiment arrivé là ? quel parent est réellement poursuivi ou bien paie quoi que ce soit ? le couillon qui travaille et surveille ses gosses. Pour les autres, c'est la faute à la société ou à l'état et c'est encore nous qui payons.

Répondre Signaler au modérateur
GILLES BERNARD 03.02.2018

Rappel à la loi ! Tu penses, que ça les a impressionné ! Encore une occasion ratée de sucrer les allocs aux parents, le temps que ça leur arrive au cerveau.

Répondre Signaler au modérateur