En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies, cliquez ici. X Fermer
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +

Le n°1 de la gendarmerie démuni face à la violence en Guyane

Marine JACQUES Vendredi 20 octobre 2017
Le n°1 de la gendarmerie démuni face à la violence en Guyane
Le général Richard Lizurey (à droite), directeur de la gendarmerie nationale, au côté de Jean-Jacques Bridey, président de la commission de la défense nationale et des forces armées de l'Assemblée nationale, mardi 10 octobre (DR)

Lors d'une audition à la commission de la défense et des forces armées de l'Assemblée nationale, le général Richard Lizurey, directeur général de la gendarmerie nationale, a indiqué « ne pas voir comment les choses pouvaient s'arranger en Guyane, sauf à y envoyer des troupes » .

C'est un constat inquiétant sur la sécurité en Guyane que le général Richard Lizurey, directeur général de la gendarmerie nationale, a dressé devant la commission de la défense nationale et des forces armées de l'Assemblée nationale. Entendu par les membres de la commission, mardi 10 octobre, dans le cadre du projet de loi de finances 2018, Richard Lizurey cite la Guyane comme étant le deuxième territoire le plus préoccupant, après Mayotte, du fait de son niveau de violence.
« Certes, la lutte contre l'orpaillage est un souci. Mais je parle d'abord des zones très peuplées, comme Saint-Laurent du Maroni, Cayenne et Kourou » , commence-t-il. Le général insiste surtout sur la délinquance dans la cité spatiale : « La situation est assez difficile à Kourou, avec le centre spatial et ses cadres qui ont un niveau de vie correct, et tout autour, des gens socialement très défavorisés qui ne cherchent qu'une chose : aller chercher l'argent là où il est. »
COMMENT LES CHOSES PEUVENT S'ARRANGER ?
Le plus inquiétant est que le numéro un de la gendarmerie nationale n'augure pas d'amélioration pour notre territoire : « Le niveau de violence augmente en Guyane, et je ne vois pas très bien comment les choses peuvent s'arranger, sauf à y envoyer des troupes » , déclare-t-il.
On dénombre aujourd'hui sept escadrons de gendarmes mobiles en Guyane. C'est l'endroit du territoire national où il y en a le plus, selon le général Lizurey. La gendarmerie nationale compte 109 escadrons dont 25 en permanence Outre-mer.
Le dernier escadron arrivé en renfort, l'an dernier à Cayenne, porte ses fruits, d'après le préfet de Guyane. Dans une interview à France-Guyane, Patrice Faure fait état d'une baisse de 6% des atteintes aux biens, de 21% de vols avec violence et de 20% de vols à main armée (lire notre précédente édition). « La pérennisation de cet escadron est essentielle. À cela s'ajoute une coopération renforcée entre la police municipale et la police nationale qui produit des effets sur le terrain et on s'en félicite » , assure-t-il, comme pour apporter une touche d'optimisme face au constat sombre, mais sans doute réaliste, du directeur général de la gendarmerie nationale.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
6 commentaires

Vos commentaires

MartinEden 22.10.2017
Pas de pétrole mais des idées bonnes ou mauvaises

1. Une loi pour limiter la natalité. La CAF jusqu’à 4 enfants à partir du 1er janvier 2018 (Pas de changement pour 4 et plus pour ceux nés avant le 01/01/2018), 91% de l’augmentation de la population en Guyane provient de la natalité (INSEE 2014)
2.Etats généraux sur le rôle des parents en Guyane. Qu’est ce qu’être parent ? Les droits et les devoirs ? Dois je laisser mes enfants dans la rue le soir ?
Les enfants attendent seuls le bus au bord de la route, les fournitures scolaires ne sont pas toujours achetées, aucun travail de révision à la maison, en ville peu de parents (bcp pourtant sans travail) accompagnent leurs enfants à l’école,...
3. Cours d’économie sociale et familiale au lycée pour le général, le pro et CAP. Comment gérer un budget dans un foyer ? Les produits de 1ère nécessité, les démarches administratives. Les besoins, le développement d’un enfant,...
4. L’éducation civique doit redevenir une discipline indépendante au collège. Qu’est ce qu’une loi ? Que risque une personne ne respectant pas telle ou telle loi ? Pourquoi faire des lois ?
5. Endiguer le phénomène de mule à l’aéroport de Cayenne par le biais de moyens matériels et humains. Il faut stopper cette idée d’argent facile.
6. Construire des structures adaptées : écoles, collèges et lycées, prison sur Saint Laurent, ITEP dans l’ouest.
7. Formations des élèves des lycées décidées dans les Régions pour une meilleure adéquation entre public et territoire. Bac Pro coiffure, cuisine, menuiserie, graphiste,.

Répondre Signaler au modérateur
LiKiLiKi :-) 20.10.2017
Laguiyann

C'est vous :
Responsables, cadres, haut-fonctionnaires, élu(e)s, associations touchant des subventions, fonctionnaires muté(e)s sur volontariat qui ferez ce que la Guyane doit être.
Nous citoyens, parents, administré(e)s ne pourront que constater, vous aider sinon constater.
On ne balaie pas d'un revers de main 50 ans d'immobilité.
Donc merci de relever les manches et nous serons là pour vous aider.
Autrement il restera les yeux pour pleurer et même à KOUROU, plus un cadre et sa famille ( à part les mercenaires ) ne voudront venir car le cadre n'y est plus et ne sera plus !
Merci monsieur pour ce courageux constat qui a déjà coûter à quelques autres généraux.

Répondre Signaler au modérateur
RAF973 20.10.2017

Je me permet de vous dire qu'en temps que parents, tous les citoyens ont leur rôle à jouer. Quand je vois qu'au collège certain gamins de 6eme volent déjà .... Les valeurs de savoir vivre, respect de l'autre, de l'environnement,l'envie d'apprendre et de s'en sortir, .... tous cela commence à la maison, alors avant de jeter tout sur les services de l’État, que chacun qui a eut la bonne idée de se reproduire ( peu importe la raison ...) assume ses responsabilité.
Quand je lis l'article sur le pillage de Soula ( SU) et que je lis que des adultes y on pris part, permettez moi de penser qu'avec de tels comportements les jeunes ne peuvent qu'avoir de mauvais exemples.
TOUT commence par la famille, alors avant de faire des gosses a "tor la rigo" et ce pour avoir des aides de la CAF, les futurs parents doivent être sur de leur capacité a élever leur progéniture et d'en faire des adultes responsables et de bon citoyens, si c'est en faire "abrutis" au regard bovin et qui seront des parasites de la société , alors s'il vous plait, mettez des capotes !!

Répondre Signaler au modérateur
RAF973 20.10.2017

sans parler des bons exemples Saint-Laurentais qui roulent bourrés et se rebellent quand il faut assumer et mettent la ville .... Brefs...

Répondre Signaler au modérateur
MartinEden 22.10.2017

Une petite partie de la population a provoqué cette emeute. Comment a agi le maire ce soir-là ? Il y a une belle vidéo montrant son comportement avec les forces de l'ordre.

Répondre Signaler au modérateur
aucun 20.10.2017
inacceptable constat

on va reconnaître à ce monsieur l'honnêteté : en effet, depuis le temps qu'on nous dit qu'il fait bon vivre à Kourou, lui, reconnaît que non, la délinquance y est un véritable fléau. et donc la délinquance explose en Guyane ? depuis le temps qu'on essaye de nous faire croire que tout va bien, et que les vols ont diminué, non car d'un autre côté viols, meurtres et enlèvements avec tortures explosent ("home jacking") ! là où je me désolidarise du monsieur, c'est quand il parle d'envoyer des troupes, n'importe quoi ! la délinquance n'est pas magique, et elle doit être approchée de manière pragmatique. déjà il y a tout un pan de la délinquance dont on a rien a faire : les trafiquants, les dealers et leurs clients ! tous ces gens peuvent bien s'entre tuer, on s'en fout ! seul compte l'honnête citoyen, celui paye ses impôts et fait vivre la "cité". c'est lui qu'il faut protéger, et puisqu'on ne peut pas mettre un gendarme derrière chaque citoyen, il faut augmenter le niveau de résistance du citoyen lui-même. un citoyen ne doit plus être simplement "une victime en attente d'agression". ce doit être un acteur à part entière de sa propre sécurité. alors oui, il faut rompre avec un demi-siècle d'assistanat, et oui certains citoyens eux-mêmes sont tellement englués dans cette politique qu'ils arrivent à tenir des propos fous comme "moi je ne me défendrais jamais" ... et bien crève ! mais tous les autres, mettez des grilles, des alarmes, achetez des armes, et apprenez à vous en servir !

Répondre Signaler au modérateur