En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies, cliquez ici. X Fermer
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +
ASSISES

Le meurtrier présumé d'Éric Lemki aux assises

Bernard DORDONNE Mercredi 23 novembre 2016
Le meurtrier présumé d'Éric Lemki aux assises
Éric Lemki (à droite), son épouse et l'équipe du magasin, lors de l'inauguration du libre-service des Roches, en février 2008 (photo d'archives)

Durant trois jours à partir de ce matin, Shiqiang Zheng est jugé devant la cour d'assises de Cayenne, en salle de délibération de l'ancien conseil général.

Le meurtrier présumé d'Éric Lemki, l'un des rares Créoles qui ait tenu un commerce de proximité, sauvagement assassine a Kourou en décembre 2008, est jugé, sur trois jours, devant la cour d'assises de Cayenne. L'affaire débute aujourd'hui. Le verdict sera rendu vendredi. Les débats vont se tenir dans la salle de délibération de l'ancien conseil général, à côté de la préfecture.
Sur le banc des accusés s'assiéra Shiqiang Zheng. Il est né en 1978 à Fujian, en Chine. De nationalité surinamaise, il va devoir s'expliquer, devant les jurés de la cour d'assises, sur ce qui s'est passé la nuit du 11 décembre 2008 à Kourou.
Shiqiang Zheng a été arrêté le 11 avril 2015 vers 8 heures, lors d'un contrôle de routine de la police aux frontières de Saint-Laurent du Maroni, dans le centre-ville. Un homme de type asiatique présente une carte d'identité surinamaise authentique, à son nom, mais il n'a aucun document l'autorisant à circuler sur le territoire. Les policiers découvrent qu'il fait l'objet d'un mandat d'arrêt pour des faits de meurtre. Le mandat date du 30 août 2010.
LE JUGE D'INSTRUCTION NE L'ESPÉRAIT PLUS
Sans l'arrestation de Shiqiang Zheng, le procès d'assises allait se tenir sans accusé. Le juge d'instruction de l'époque a clôturé l'instruction du dossier, il y a bientôt trois ans. Il a considéré qu'il y avait suffisamment d'éléments pour renvoyer Shiqiang Zheng devant une cour d'assises. Il a donc adressé une ordonnance de mise en accusation au greffe de la cour d'assises de Cayenne, mais ne s'attendait sans dout plus à ce qu'il soit arrêté.
Si Shiqiang Zheng sera seul sur le banc des accusés, dans cette affaire, le médecin légiste a estimé que les coups avaient été administrés par deux hommes. Il n'y a jamais eu aucune piste pour le second assassin.
Éric Lemki tenait un magasin 8 à Huit à Kourou. À 21h30, le 11 décembre 2008, il quitte son commerce pour se rendre dans la zone industrielle de Pariacabo, où il vit avec son épouse d'origine chinoise, Wei Hua LemM, et leur fils.
Sa femme retrouve son corps dans la cour vers minuit. Il a reçu des coups de sabre et de bâton. Il aurait été décapité par la violence de l'agression

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire