En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies, cliquez ici. X Fermer
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +
SAINT-GEORGES DE L'OYAPOCK

Le collectif contre l'insécurité aussi mobilisé

Claude JOSEPH Mercredi 15 mars 2017
Le collectif contre l'insécurité aussi mobilisé
Le 22 février, des habitants de Saint-Georges avaient défilé dans les rues du bourg en même temps que les 500 Frères à Cayenne et les Iguanes à Saint-Laurent du Maroni (CJ)

Le collectif An nou balé douvan nou lapôt rencontre aujourd'hui le maire pour discuter de la délinquance. Allié aux 500 Frères, il a aussi remis des propositions.

Après Cayenne et Saint-Laurent du Maroni, c'est au tour de Saint-Georges de l'Oyapock de se mobiliser contre l'insécurité. Une marche a déjà eu lieu le 22 février, en même temps que celles organisées un peu partout par les 500 Frères dans le département.
À Saint-Georges de l'Oyapock, c'est le collectif An nou balé douvan nou lapôt qui porte le fer et les revendications contre l'insécurité. Aujourd'hui, il présentera ses doléances et ses revendications auprès du maire, Georges Elfort. Dans les prochains jours, une réunion est envisagée avec le préfet.
Le collectif a dressé une liste de vingt-trois revendications.
Parmi celles-ci, on retrouve la mise en place de la vidéo-surveillance dans le centre-bourg, le lancement de procédure contre les propriétaires de maisons abandonnées, un arrêté de couvre-feu pour les mineurs, la création d'une police municipale, l'immatriculation des piroguiers auprès de la mairie, la définition d'un lieu unique d'appontement pour les piroguiers, l'application du plan de circulation, l'interdiction de la vente d'alcool au-delà d'une certaine heure, le développement de l'éclairage public, l'ouverture d'une sous-préfecture et l'arrivée de renforts pour la gendarmerie.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire