France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

L'État a acheté le terrain de la future cité judiciaire

Guillaume REUGE Jeudi 06 décembre 2018
L'État a acheté le terrain de la future cité judiciaire
L'achat du terrain de la future cité judiciaire est le premier pas d'une « réalisation d'importance capitale » pour les années à venir d'après le préfet, Patrice Faure (GR)

Engagement de l'Accord de Guyane, la création d'une cité judiciaire à Cayenne se concrétise. La Justice vient d'acheter au bailleur social la Siguy 15 000 mètres carrés en face du Jardin botanique, là où seront regroupées les instances de justice.

Les premiers jalons de la cité judiciaire de Cayenne sont posés. Hier après-midi, le préfet Patrice Faure a signé le transfert de propriété du terrain où sera construite la cité. La Siguy, propriétaire des parcelles, cède à la justice 15 000 mètres carrés de l'ancien site de l'Afpa, quartier Rebard, en face du Jardin botanique, pour 1,3 million d'euros. « Un moment historique pour la justice en Guyane » , a commenté le préfet au moment de la signature entre le vendeur Siguy, représenté par son secrétaire général Jean-Philippe Surde, et l'acquéreur, la Justice, présente via le magistrat Laurent Fekkar, substitut de la cour d'appel délégué à l'équipement. « C'était une promesse de l'Accord de Guyane, renouvelée par la Garde des Sceaux lors de sa visite en septembre » , précise d'ailleurs ce dernier. « Le premier aboutissement concret d'un long projet » , a renchéri Jean-Paul Catanese, le directeur des Finances publiques qui a procédé aux évaluations et a préparé l'acte de vente. Désormais, les études de sol et les appels d'offre vont pouvoir être mis en place, « à la fin du premier semestre 2019 » , selon le préfet. Et c'est l'Agence publique pour l'immobilier de la Justice (Apij) qui a été désignée maître d'oeuvre.
UN PROJET DE 90 MILLIONS D'EUROS
Huit cent personnes devraient, à terme, travailler dans ce pôle justice qui regroupera tribunal de grande instance, tribunal d'instance, prud'hommes et tribunal de commerce. La cour d'appel de Cayenne sera également transférée, mais dans les locaux rénovés du tribunal de grande instance, avenue du Général-de-Gaulle. Quand au bâtiment actuel de la cour d'appel, face à la préfecture, il sera occupé par le tribunal administratif ou reviendra dans les mains de son propriétaire, la Collectivité territoriale. La livraison de la cité judiciaire est prévue pour 2024-2025. Le coût total du projet s'élève à 90 millions d'euros.
LE COMMISSARIAT
En parallèle de la vente du terrain pour la cité judiciaire, Patrice Faure a confirmé que les travaux de destruction et de désamiantage de l'ancien campus Saint-Denis, où se trouvera le futur hôtel de police de Cayenne, vont commencer mi-décembre. Le préfet a assuré qu'il n'y avait pas de retard dans le calendrier et que la date de livraison, en 2021, serait honorée.
À L'OUEST
Engagement du gouvernement dans l'Accord de Guyane, la construction d'une cité judiciaire à Saint-Laurent du Maroni se fera en même temps que la construction d'un tribunal de grande instance dont la ville n'est actuellement pas dotée. Les travaux coûteront 50 millions d'euros et suivront le même calendrier que la cité judiciaire de Cayenne : livraison à l'horizon 2024-2025. Une prison, envisagée carrefour Margot, doit aussi voir le jour dans la capitale de l'Ouest.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire