En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies, cliquez ici. X Fermer
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +
FLASHES

L'artiste José Legrand et David Redon au tribunal

Jeudi 24 novembre 2016
JUSTICE. José Legrand était cité à comparaître devant le tribunal correctionnel de Cayenne, vendredi matin. En son absence, il était représenté par son avocat, Me Alex Leblanc, qui a demandé le renvoi de l'audience pour plusieurs motifs. L'avocat a notamment demandé davantage de temps pour étudier la procédure. « J'ai été très occupé ces derniers temps par le deuil d'un membre de mon parti politique » , a-t-il indiqué au tribunal. Son client, José Legrand, est un artiste-peintre guyanais. Il est accusé d'avoir réitéré des appels téléphoniques malveillants, entre 2014 et 2016, au préjudice de David Redon, conseiller pour les musées et arts plastiques auprès de la Direction des affaires culturelles de la Guyane (Dac). Il est question de cinq appels émis le 15 septembre 2014 entre 21 heures et 22h21, de plusieurs appels les 12, 20 et 24 février 2015 et de trente et un autres appels entre le 8 et le 10 avril 2016. Le procès-verbal de constat rédigé par l'huissier de justice Sophie Delabie - et que nous avons pu consulter - retranscrit les messages que José Legrand a laissé sur la boîte vocale de David Redon. Dans le document, il apparaît que José Legrand fustige la politique de la Dac et insulte personnellement David Redon avec des propos à caractère raciste. Il dénonce aussi, entre autres, la gestion du Carma à Mana qui serait, selon lui, « une contrefaçon » de son « propre projet » . L'affaire sera jugée au tribunal le 9 janvier.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
4 commentaires

Vos commentaires

coco des bois 29.11.2016
L'artiste José Legrand et David Redon au tribunal

M Legrand est dans la même situation que cette militante FN qui, à juste titre, fut condamnée à neuf mois de prison ferme par le tribunal de grande instance de Cayenne (juillet 2014) pour avoir tenu des propos racistes envers Mme Taubira. Le harcèlement à domicile, des dizaines de fois, par son impact direct sur l’intégrité de la victime et de son entourage, aggrave considérablement le cas de M Legrand. Les différents politiques et/ou administratifs, tout comme pour cette militante FN, n’ont pas à être considéré ici ; il y a pour ces choses-là, si elles sont fondées, les instances judiciaires et administratives régionale et nationale, les élus, la presse etc.

Répondre Signaler au modérateur
Altron 24.11.2016
Alfredo

Qui que soit M. Redon, très certainement légitime à son poste, il n'a pas à subir d'attaque raciste. Cela devient un peu une habitude ici de médire jusqu'au racisme parfois, au sujet de fonctionnaires ou de contractuels de passage par ailleurs souvent compétents.

Répondre Signaler au modérateur
alfredo 24.11.2016
Ne légitimes pas l'iniquité

L'affaire des invectives est devant la justice donc attendez au moins les conclusions. La question est le réseau qui nomme les collaborateurs des services déconcentrés de l'Etat. L'Equipement sur les postes clefs désigne des ingénieurs et c'est carré. La culture désigne qui elle veut, y compris hors du champ de compétence des intéressés...celui là n'ayant aucune compétence à sa nomination sur le réseau muséographique et les arts plastiques, contrairement à ses anciens chefs de service qui étaient aussi en quête de poste....

Répondre Signaler au modérateur
alfredo 24.11.2016
Pénible affaire

Monsieur Legrand est un artiste majeur et attendons de connaitre l'intention réelle de ses appels téléphoniques, objet du litige. Toutefois, d'où sort donc ce monsieur Redon, lancé par la ville de Kourou sur le volet culture et communication, et qui avait une hiérarchie bien structurée. Comment aucune personne de cette hiérarchie administrative culturelle expérimentée, ne soit devenue conseiller auprès de services culturels de l'Etat, avant lui? Cela aurait sans doute evité les soucis d'aujourd'hui. Ou...comment se font les promotions en Guyane.

Répondre Signaler au modérateur