En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies, cliquez ici. X Fermer
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +
CAYENNE

Javouhey : des solutions contre l'insécurité

A.G. Samedi 15 octobre 2016
Javouhey : des solutions contre l'insécurité
Au centre, Martin Jaeger aux côtés du proviseur (à sa droite) du groupe scolaire Javouhey (AG)

Le comité de pilotage de la convention Évidence s'est réuni hier, pour trouver des solutions visant à combattre l'insécurité dans laquelle les élèves du groupe scolaire Anne-Marie Javouhey se trouvent.

Après l'agression d'un des élèves du groupe scolaire Anne-Marie Javouhey au début du mois (lire notre édition du mardi 4 octobre), le comité de pilotage de la convention Évidence a enfin eu lieu hier, au sein de l'établissement privé cayennais. « Cette convention devait être signée fin 2015 mais elle l'a été en juin dernier et le dispositif s'est mis en route ce 5 septembre » , explique le proviseur, Amos Ngoupayou.
UNE CAMÉRA AUX ABORDS DE L'ÉTABLISSEMENT
Pour rappel, en 2015, la sonnette d'alarme avait déjà été tirée pour dénoncer l'insécurité régnant aux abords de l'établissement. La présence de la police avait alors été renforcée mais depuis septembre la situation était redevenue insoutenable. « On m'a signalé une vingtaine d'agressions depuis ce début d'année scolaire » , témoigne le proviseur.
Depuis, les agressions sont signalées sur une plate-forme informatique. « Cela nous permet de les centraliser et d'affecter nos forces en fonction » , soutient Martin Jaeger, le préfet. Ces deux dernières semaines les élèves ont également été sensibilisés par l'équipe mobile de sécurité du rectorat.
Afin d'enrayer cette violence, le préfet va lancer une enquête sur le climat scolaire et a émis une liste de suggestions (lire ci-contre). La question du projet d'installation des caméras de vidéo-surveillance à l'extérieur de l'établissement a été abordée. « C'est prévu, ça devrait être finalisé d'ici la fin de l'année » , assure Francesca Félix, responsable du CSLPD (Conseil local de sécurité et de prévention de la délinquance).
Une nouvelle réunion sera organisée au mois de mars, afin de faire le point sur la situation.
Les suggestions du préfet
Identifier un référent sécurité qui sera disponible auprès des élèves et permettra de faire le lien avec les autorités ; réfléchir avec les élèves sur des initiatives visant à créer du lien entre l'établissement scolaire et le quartier ; expérimenter le dispositif élèves pairs, qui consiste à rendre les élèves acteurs de leur propre sécurité ; demander aux habitants, ou embaucher une personne en contrat aidé ou en service civique, pour assurer une présence aux abords de l'école aux heures d'entrée et de sortie ; diffuser des conseils de prudence aux élèves ; renforcer la présence des forces de l'ordre.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire