En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies, cliquez ici. X Fermer
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +
ASSISES

Huit ans de prison pour avoir tué un SDF

Bryan FAHAM Vendredi 19 mai 2017
Huit ans de prison pour avoir tué un SDF
L'avocat général a invité les jurés à donner au geste de Barthélémy Lucol la qualification de « meurtre avec préméditation » (Ramon Ngwete)

Les jurés de la cour d'assises de Guyane ont condamné en appel Barthélémy Lucol pour violence volontaire avec arme à huit ans de prison et n'ont pas retenu la qualification d'homicide.

La plus grande incertitude entourait le verdict des jurés de la cour d'assises hier en fin de matinée. À l'issue des audiences, toutes en défaveur de l'accusé, Barthélémy Lucol, ils l'ont condamné en appel à huit ans d'emprisonnement avec mandat de dépôt (et interdiction de port d'arme pendant cinq ans) pour violence volontaire avec arme, sur Turan Terence, un SDF de 34 ans connu pour être toxicomane. L'accusé ne contestera pas sa condamnation.
C'est moins que les douze ans réclamés par l'avocat général, Jean-Pierre Dartenset, qui, durant son réquisitoire, a regretté une certaine décadence dans la qualification des faits : « On part d'un assassinat (passible d'une peine d'emprisonnement à perpétuité) pour arriver à un accident. » Il a donc invité les jurés à donner au geste de Barthélémy Lucol « la seule qualification qui corresponde, celle d'un meurtre avec préméditation » .
PAS DE PREUVE D'INTENTION
Pour l'avocat de la défense, Me M'Pika, l'accusation de préméditation n'est basée que sur des suppositions car « il n'est pas apporté la preuve de l'intention de donner la mort » , or « le droit pénal demande de la précision » . L'avocat a par ailleurs mis en avant le fait que l'accusé n'a jamais nié avoir tué Turan Terence. Il s'est même rendu de lui-même au commissariat.
Lors de son premier jugement, en 2014, Barthélémy Lucol avait été condamné à trois ans de prison pour homicide involontaire par violation manifestement délibérée d'une obligation de sécurité ou de prudence, mais le parquet avait fait appel. Pour rappel, alors qu'il passait par la rue Ernest-Prévot au volant d'une benne à ordure dans l'après-midi du samedi 21 juillet 2007, Barthélémy Lucol, 58 ans à l'époque, a tué Turan Terence, 34 ans, avec un fusil qu'il a saisi à l'arrière de son siège. Il avait déjà eu une altercation avec la victime lorsqu'il l'avait rencontrée un peu plus tôt dans les environs du marché de Cayenne, avant de s'en aller à deux reprises, laissant son collègue de travail seul et sans explication (lire notre édition de jeudi).

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire