En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies, cliquez ici. X Fermer
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +
SAINT-LAURENT DU MARONI

Des trafiquants de viande de bois condamnés

Bernard DORDONNE Samedi 18 mars 2017
Des trafiquants de viande de bois condamnés
Une partie de la viande saisie chez deux couples de Saint-Laurentais (DR)

Trois habitants du Village chinois ont été condamnés, mercredi. La veille, 600 kg de viande de bois avaient été découverts chez eux.

Des toucans toco, des pénélopes à gorge bleue, des singes hurleurs, des capucins, des tatous et des singes atèle, des amazones poudrées, du caïman, des agamis, des capucins et des toucans à bec rouge. C'est ce qu'ont découvert, mardi, les gendarmes de la compagnie de Saint-Laurent du Maroni, qui ont bénéficié du concours du service mixte de police de l'environnement de l'Office national de la chasse et de la faune sauvage.
Au total, 600 kilos de viande ont été trouvés chez deux couples de quinquagénaires, au Village chinois, à Saint-Laurent du Maroni. Cette viande était destinée à des restaurateurs.
SIX MOIS DE PRISON AVEC SURSIS ET 17 000 EUROS D'AMENDE
Plusieurs glacières, diverses balances et du matériel de découpe ont été saisis. En apprenant que des espèces protégées faisaient partie des animaux saisis, le substitut du procureur Emmanuel Ferrand, en charge de l'environnement au parquet de Cayenne, a été choqué.
« Le toucan est l'emblème de la Guyane, une espèce protégée et interdite de chasse, a-t-il rappelé. Nous allons poursuivre nos enquêtes pour faire comprendre aux trafiquants qu'il faut que cette pratique cesse, tout en respectant la consommation culturelle de viande de bois. Il faut respecter les espèces interdites, les règles sanitaires et la législation en matière du droit du travail et de la fiscalisation. » Mercredi, trois des quatre personnes interpellées pour cession, colportage, utilisation non autorisée d'animal, d'espèce non domestique et protégée, ont comparu devant le procureur selon la procédure du « plaider coupable » . Ces prévenus ont été condamnés à des peines d'amende de 17 000 euros et à six mois de prison avec sursis.
Comme ils encaissaient les chèques des restaurateurs sur leur compte en banque, l'argent qui s'y trouvait a été saisi, ainsi que 4 000 euros en espèces découverts chez eux. Deux véhicules utilitaires servant à transporter la viande du trafic ont également été saisis.
Un an et demi d'enquête
Ce trafic a été détecté le 14 novembre 2015, lors d'un contrôle routier réalisé au barrage d'Iracoubo, indique le commandant Thomas Pardieu, patron de la compagnie de gendarmerie de Saint-Laurent.
« Du gibier est découvert, entreposé dans des glacières dans le coffre du véhicule. Le propriétaire, après avoir prétendu qu'il s'agissait de poisson, explique se rendre sur le marché de Cayenne comme il le fait régulièrement. Les gendarmes saisissent 80 kg de viande de caïman et cochon bois. Le caïman est interdit à la vente alors que le cochon bois impose la tenue d'un registre et la traçabilité de son origine. Le conducteur ne semble pas être autorisé à effectuer un tel commerce. »
Ce trafic, dont certaines espèces étaient importées du Surimane ou collectées auprès des chasseurs guyanais, a engendré un chiffre d'affaires s'élevant à 180 000 euros par an.
Ces personnes vendaient cette viande à des restaurateurs et à des particuliers. Une partie de cette viande a été donnée au Zoo de Guyane et le reste détruit.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
6 commentaires

Vos commentaires

GILLES BERNARD 22.03.2017

Bien sûr, on aurait pu pousser l'enquête jusqu'aux viandards qui ont tué ces animaux, et jusqu'aux restaurateurs qui en font allègrement le commerce... Mais il faut "protéger" la filière : la paix sociale... On s'est arrêté aux détenteurs de cette viande, certes receleurs et colporteurs... Le substitut du procureur choqué ? Le"choc" n'a pas été trop violent ! Avec seulement 17000 euros d'amende et 6 mois de prison avec sursis, pour un trafic aussi conséquent, c'est pas demain que les assiettes de viande-bois disparaitront !

Répondre Signaler au modérateur
jml973 19.03.2017
Monstres ...

600 kg de viande d'animaux protégés, un braconnage ayant duré plusieurs années et ayant rapporté au minimum 180 000 euros par an. Verdict : 6 mois de prison avec sursis et 17 000 d'amende ! Y'a pas un problème là ??? Voilà encore cette justice de gauchos qui passe tout à des immigrés qui viennent détruire notre territoire. Y'en a marre ! Que ces criminels soient jugés comme tels et qu'ils aillent en prison. C'est encore notre faune qui paye la facture de ces monstres et de notre pseudo justice.

Répondre Signaler au modérateur
fran973 19.03.2017

Surtout qu'avec 600 kgs en stock je vous laisse imaginer la quantité écoulée chaque mois à ces "restaurateurs" qui devraient aussi faire l'objet de poursuites

Répondre Signaler au modérateur
fran973 19.03.2017
undefined

Avec l'augmentation de la population à saint Laurent de nombreuses espèces vont disparaître dans les environs

Répondre Signaler au modérateur
jess 19.03.2017

il est impossible de voir un animal lors d'un excursion en forêt en Guyane il ne reste que le zoo tout cela à gauche de chasseur qui marchande la viande

Répondre Signaler au modérateur
jess 19.03.2017

des assassins tout court

Répondre Signaler au modérateur