En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies, cliquez ici. X Fermer
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +
CAYENNE

Des plaintes déposées contre le gazage à la préfecture

P.R. Mercredi 19 avril 2017
Des plaintes déposées contre le gazage à la préfecture
Une trentaine de personnes s'est rassemblée devant le commissariat de Cayenne (PR)

Environ 30 personnes se sont rendues hier après-midi devant le commissariat de Cayenne pour déposer plainte contre X suite au gazage, le 7 avril, devant la préfecture.

Le 7 avril, les sympathisants du mouvement étaient invités par le collectif Pou Lagwiyann dékolé à se rendre à la préfecture. Le collectif devait rencontrer le préfet dans le cadre du comité de suivi. Après deux heures d'attente, le directeur de cabinet du préfet sort accompagné du commissaire Joël-Patrick Terry et annonce au collectif que le préfet ne les recevra pas. Une bousculade suit la déclaration. Des gaz lacrymogènes sont tirés depuis le balcon de la préfecture.
UN MODÈLE DE PLAINTE DISTRIBUÉ
Hier après-midi, une trentaine de personnes est venue au commissariat de Cayenne pour déposer plainte contre X suite à ce gazage. Un modèle de plainte était distribué aux plaignants stipulant : « Je me trouvais sur la place Léopold-Héder dans le cadre d'une manifestation pacifique le vendredi 7 avril 2017, lorsque vers 18 heures, soudainement, les forces de l'ordre ont chargé la foule au moyen de gaz lacrymogènes, qui m'ont personnellement atteint(e) aux yeux, à la gorge, au nez. Ces gaz toxiques ont provoqué de profondes suffocations, des larmoiements abondants et ont gêné ma respiration pendant de nombreuses minutes... »
Les personnes présentes n'ont pas voulu répondre à la presse, certains se montrant même hostiles à l'égard des journalistes présents, et l'un d'entre eux crachant dans leur direction.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire