France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
JUSTICE

Davy Rimane poursuivi pour diffamation : décision le 24 avril

G.R. Mardi 23 Janvier 2018 - 20h20
Davy Rimane poursuivi pour diffamation : décision le 24 avril
Garry Fernand, Davy Rimane, Cleaon King et David Phibel (de gauche à droite), salariés d'EDF et représentants du personnel ce matin devant le palais de justice de Cayenne - (D.B)

Davy Rimane, jugé avec deux autres syndicalistes pour diffamation et dénonciation calomnieuse, sera fixé le 24 avril prochain. Le parquet n'a pas requis de poursuite contre les trois hommes. Seule la partie civile réclame la condamnation et un euro symbolique pour dommage et intérêt.

Davy Rimane, jugé ce matin avec les syndicalistes King et William pour diffamation et dénonciation calomnieuse à l'encontre d'Augusto Soares Dos Reis, le patron d'EDF en Guyane, sera fixé le 24 avril. Le parquet, qui n'est pas à l'origine des poursuites, n'a rien requis contre les trois hommes. La partie civile, à l'initiative du fait de la procédure par citation directe, a elle demandé la condamnation et un euro symbolique.

Pour rappel, le 23 mars 2017 au coeur des négociations du mouvement social, Davy Rimane, secrétaire général UTG-EDF est en discussion avec Augusto Soares Dos Reis. La discussion est vive et le directeur régional d’EDF en Guyane aurait poussé du doigt le syndicaliste. Davy Rimane porte plainte et en fait part en conférence de presse, présentant Augusto Soares Dos Reis comme un « agresseur ». Des faits que le directeur régional d'EDF conteste formellement : « je suis accusé de choses que je n'ai pas commises. Il n'y a pas eu d'agression. Les caméras de surveillance de l'hôtel le prouvent, ainsi qu'un témoin de la scène », entendu à l'audience d'aujourd'hui. La plainte de Davy Rimane a, quant à elle, été classée sans suite.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire