En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies, cliquez ici. X Fermer
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +

Confusion sur l'incident de Suzini: le conducteur s'explique

D.N Samedi 15 Avril 2017 - 16h43

 Le conducteur du pick-up accusé d'avoir délibérement forcé le passage au barrage de Suzini hier soir donne sa version. Il aurait paniqué et aurait cru que les manifestants voulaient l'agresser. 

Le conducteur du pick-up a tenu à s'expliquer sur l'incident d'hier soir au rond-point Suzini. "J'ai paniqué et zigzagué pour, au contraire, éviter les piétons" a-t-il déclaré cet après-midi. Ce père de famille explique qu'il voulait aller déposer ses deux grands sacs poubelles chez des amis puisqu'il n'a pas encore reçu les bacs à cet effet. En passant au rond-point Suzini, l'une des poubelles est tombée à terre. Voyant toute l'attention des occupants du barrage sur lui, il a paniqué. Certains auraient approché avec ce qui ressemblait à des bâtons et des barres métalliques et auraient tapé sur son véhicule. C'est pour cette raison qu'il a tourné à deux reprises autour du rond-point afin de trouver une voie de sortie, celle en direction de Baduel.
En rentrant chez lui, il était sous le choc et a annoncé sur sa page Facebook et sur radio Péyi qu'il s'était fait agresser et qu'il irait porter plainte à la gendarmerie le lendemain.
"Nous sommes dans un moment de tensions, je me suis dit que ça allait dégénérer, j'ai eu peur. J'ai une famille, une entreprise, je suis bien en Guyane, en aucun cas je ne voulais faire de mal à qui que ce soit" a-t-il ajouté.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
11 commentaires

Vos commentaires

INVITE 17.04.2017
Mouvement social ou nouveau business ?

Ces ronds points sont non seulement devenu des zones de non droits, mais surtout des zones de trafic et rackette.

En effet, sur le rond point menant à l'aéroport Félix Eboué, bien que les barrages soient théoriquement ouvert pour ceux ayant un justificatif (billet d'avion), ces voyous bloquent les passagers au rond point en les obligeant à se rendre à l'aéroport à pied (!!).

Bien évidemment, faire ce trajet à pied avec parfois plusieurs bagages est bien difficle...
...comme par hasard certains taxi sont autorisé à circuler dans cette zone (pourtant interdite, par ces voyous aux citoyens guyanais) et pratique une escroquerie généralisée à 50€ pour vous récupérer au rond point vers Félix Eboué...

Et cette exemple n'est que la partie visible de l'iceberg...

J'ai participé au mouvement, et je continue à soutenir le bien fondé d'une remise à niveau des infrastructures de la Guyane...
Mais aujourd'hui, ça n'a plus rien à voir...entre propos raciale et colonialiste d'une part, escroquerie et rackette de l'autres, et prise en otage des citoyens guyanais...ces groupes de voyous ne pensent plus qu'à leur propres intérêts personnels.

Répondre Signaler au modérateur
ECRIVAIN 16.04.2017
zone de non droit

Les barrages sont des zones de non droit, administrées par un hors la loi (moukin).
Pas étonnant qu'il y ait des incidents.
Et il y en aura de plus en plus, il est temps que chacun retourne à sa place :
Que les gens retournent à leur travail, et que moukin retourne à Remire (d'où il n'aurait jamais dû sortir )

Répondre Signaler au modérateur
cleo 16.04.2017

Peut être que ce monsieur a "perdu les pédales...(?!)"

Répondre Signaler au modérateur
Lokalman973 16.04.2017
Tipexx Menteur

Cet homme est un menteur il n'assume pas ses actes.Pourquoi est-ce que les gendarmes donne plus de crédit à cet individu plutôt qu'à la population guyanaise.Il n'y a pas de fumée sans feu.Une foule dans la même version et lui seul donne la sienne et on a l'air de le croire aberrant

Répondre Signaler au modérateur
joko973 16.04.2017

Ce qu'il raconte est pourtant crédible. Pourquoi le mettre en doute ? serait-ce un vilain colonisateur ? ce discours racialiste qui se répand via l'UTG/MDEs commence a être pénible. Nous nous sommes TOUS levés contre l'insécurité. Que ceux qui ne veulent pas la division montrent l'exemple et commencent par arrêter de nous diviser. Nou bon ke sa !!!

Répondre Signaler au modérateur
greg974 16.04.2017

Peut-être parce que la foule dont vous parlez ne représente pas ce que vous appelez la guyane mais seulement des gens hors la loi qui bloquent les citoyens...

Répondre Signaler au modérateur
jess 16.04.2017

il ne serait pas venu avec le nom de sa société ecris sur le pick up agressé les gens c'est logique

Répondre Signaler au modérateur
cris 16.04.2017
Menti menti

Cette homme ment ! C'est trop facile de dire ce genres de choses ! Vous nous donnez envie de remettre les barrages ! L'acharnement de certains a ne rien faire évoluer en Guyane va nous pousser a être plus ferme!

Répondre Signaler au modérateur
jml973 16.04.2017
Revenir à la démocratie et en finir avec cette tyrannie

Vue votre mentalité (violence, intolérance, ...) sur les barrages et pour conduire votre collectif en général (prise en otage de la population, privation des libertés, refus de la démocratie), cela ne m'étonne pas qu'il y ait des incidents. Quand on voit que des herses faites de planches et de pointes sont posées à même la route pour crever les pneus des automobilistes, on se rend compte qu'il y a bien peu de tolérance sur ces zones de non droit que sont devenus les ronds points du littoral. Il est urgent que les forces de l'ordre interviennent et vite !

Répondre Signaler au modérateur
greg974 16.04.2017

Mon dieu votre orthographe...vous avez dû faire votre école ici visiblement...lol

Répondre Signaler au modérateur
jml973 17.04.2017
Ca en dit long ...

L'orthographe de cette personne donne une idée de la qualité des gens qui détruisent la Guyane actuellement. Des gens qui n'ont jamais trop fait d'efforts ni à l'école ni dans le monde professionnel et qui aujourd'hui demandent à avoir toujours plus : plus d'argent, plus de terres, plus d'emplois locaux, plus d'autonomie. Quand on ne peut pas l'obtenir par ses propres moyens, on prend le territoire en otage. Pitoyable !

Répondre Signaler au modérateur