En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies, cliquez ici. X Fermer
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +
CAYENNE

Cinq agressions sur la plage de Montabo

Mardi 29 novembre 2016

Un groupe de cinq individus a semé la terreur, dimanche vers 20h30 sur la plage du chemin Hilaire.

Ils s'en sont pris dans un premier temps à un couple assis sur la plage. Un des agresseurs est arrivé dans le dos du compagnon pour lui faire une prise d'étranglement. L'homme s'est évanoui. En reprennant ses esprits, il a constaté que son portable avait été volé et que ses agresseurs embêtaient sa compagne. Cette dernière a mis en fuite les malfrats en criant de toutes ses forces.
La bande de voyous a recommencé en menaçant avec un baton un autre couple. Les agresseurs ont dérobé le portable de l'homme et ont pris la fuite en passant par le chemin Hilaire. Sur leur passage, ils ont agressé un piéton en lui volant son téléphone portable.
Les cinq victimes ont porté plainte au commissariat en donnant les descriptions de leur agresseurs qui ont agi à visage découvert. Une enquête a été ouverte par le groupe Atteinte aux personnes, du commissariat de Cayenne.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
3 commentaires

Vos commentaires

jess 29.11.2016

original ce pays les délinquants ont libre court

Répondre Signaler au modérateur
Féfé973 29.11.2016
"sentiment d'insécurité"

Et dire que certains évoquent un "sentiment" d'insécurité !

Répondre Signaler au modérateur
aucun 29.11.2016
et si seulement ...

et seulement on vivait encore en démocratie, et si seulement on disposait d'un droit au port d'arme, et si seulement une seule victime avait été armée ... mais on vit en Guyane, alors après la tombée de la nuit, il faut être chez soit, enfermé, ne pas ouvrir la porte, et baisser la tête (et oui, ils tirent aussi par la fenêtre) ! droits de l'homme ? droits du délinquant oui, de l'homme, non !

Répondre Signaler au modérateur