En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies, cliquez ici. X Fermer
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +
TRIBUNAL

Chambre des métiers : Alcide-dit-Clauzel est « serein »

Karin SCHERHAG Vendredi 25 novembre 2016
Chambre des métiers : Alcide-dit-Clauzel est « serein »
À la sortie du tribunal, Philippe Alcide-dit-Clauzel s'est entretenu quelques minutes avec son avocat, Me Cyril Chelle (KS)

Contestée par son adversaire, l'élection de Philippe Alcide-dit-Clauzel à la présidence de la chambre des métiers a été jugée hier. Le tribunal administratif rendra son jugement le 15 décembre.

À la sortie de la salle d'audience hier, Philippe Alcide-dit-Clauzel faisait bonne figure. « Je suis très positif, confiait-il. J'étais serein avant le début de l'audience, je le suis toujours après. Les conclusions du rapporteur public sont claires : l'élection s'est déroulée convenablement. »
Élu à la tête de la chambre des métiers et de l'artisanat avec une large majorité mi-octobre (526 voix contre 310), il doit déjà défendre son titre face à son adversaire, l'ancien président déchu Harry Contout. Le combat se mène désormais devant la justice.
Hier midi au tribunal administratif, Me José Lobeau, qui représente la liste d'Harry Contout, n'a pas compté ses efforts pour faire invalider l'élection. L'avocat a mis en lumière plusieurs éléments. L'inéligibilité, selon lui, de deux colistiers d'Alcide-dit-Clauzel. André Jandia, parce qu'il a cessé son activité professionnelle pendant un an, et Wansy Jeanfort, parce qu'il n'a pas les deux ans d'ancienneté requis. « L'inéligibilité d'un candidat n'a pas d'effet de contagion, a-t-il reconnu. Cependant, la liste présentée devait comporter au minimum 35 noms. Pour respecter le principe de précaution, ils auraient pu être 36 ou 3 7. Mais ce n'était pas le cas. Et la liste ne peut donc être considérée comme recevable. »
Me Lobeau pointe ensuite des manquements, qu'il impute cette fois aux services de la préfecture. Ces derniers auraient « mis trois jours à dresser le procès verbal de l'élection. Or, si à l'issue de celle-ci il n'y a pas de PV, l'élection est annulée. »
Enfin, il assure qu'aucune liste d'émargement n'a été tenue pendant l'élection. « Le préfet a dit maladroitement que c'était pour « aller plus vite » » , a-t-il indiqué.
« OÙ SONT LES PREUVES ? »
Pour l'avocat de Philippe Alcide Dit Clauzel, Me Cyril Chelle, la présence de Wansy Jeanfort - inscrit au registre du commerce depuis 2003 - et d'André Jandia, ne posent pas de problème. Dans le cas contraire, « il n'y a de toute façon que 25 postes à pourvoir » , a-t-il rappelé, soulignant au passage que son client et ses colistiers en avaient raflé 19. Quant aux manquements du préfet : « Où sont les preuves ? Et pourquoi avez-vous attendu cinq jours pour en faire état alors que vous parlez aujourd'hui d'une atteinte à la démocratie ? » L'affaire a été mise en délibéré au 15 décembre.
Avant de quitter le tribunal, Philippe Alcide-dit-Clauzel a lancé : « Le perdant cherche toujours des excuses pour pleurer. Mais il faut désormais se mettre au travail et arrêter de tergiverser. »

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire