En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies, cliquez ici. X Fermer
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +

Chambre de commerce : élections truquées ?

Pierre ROSSOVICH Vendredi 13 janvier 2017
Chambre de commerce : élections truquées ?
Le tribunal administratif a examiné hier la requête de Jean-Luc Davidas qui demande l'annulation des élections de la chambre de commerce, remportées par la liste de Richard Gabriel en novembre dernier (PR)

Jean-Luc Davidas demande l'annulation des élections de la chambre de commerce. Il accuse la liste gagnante de Richard Gabriel de fraudes graves. Le tribunal administratif a étudié le dossier hier. La décision est rendue aujourd'hui.

Le tribunal administratif de Cayenne statuait hier matin sur le recours engagé par la liste « Cap CCI Guyane 2016 » , menée par Jean-Luc Davidas (Multibat), contre la préfecture, suite à de supposées « fraudes » lors du dernier scrutin des élections de la Chambre de commerce et d'industrie (CCI). Les élections qui se sont déroulées du 20 octobre au 2 novembre ont vu la victoire la liste « Donnons de l'énergie à notre économie » de Richard Gabriel (hôtels Amazonia) qui a obtenu 31 sièges à la Chambre contre trois pour celle de Jean-Luc Davidas. Selon ce dernier, plusieurs enveloppes ont été dérobées pour empêcher le vote par correspondance. Une plainte a été déposée et le procureur de la République a ordonné une enquête. Selon son avocat Me Jean-Yves Marcault-Derouard, « de très nombreuses preuves de manoeuvres » existent.
UN « TSUNAMI D'IRRÉGULARITÉS »
Hier à la barre, l'ancien bâtonnier a évoqué un « tsunami d'irrégularités » . Plusieurs électeurs potentiels n'ont pas reçu le matériel de vote » , plaide l'avocat. La partie civile a apporté au dossier des captures d'écran de discussions d'un groupe Whatsapp, incluant des membres de la liste de Richard Gabriel. Ces discussions feraient part « d'opérations souterraines » pour collecter les enveloppes des électeurs. Un challenge pour récupérer le maximum d'enveloppes aurait même été lancé sur ce groupe Whatsapp : « Celui ou celle qui ramasse le plus de votes gagne un week-end au Royal Amazonia du fleuve » .
La partie civile accuse également la liste de Richard Gabriel d'avoir fait voter les morts! En l'occurrence Michel Néron pour Ubi-Pharm, pharmacien à la cité Chatenay, décédé en 2012. Pour la défense, représentée par Me Pierre-Édouard Gontran de Robert, il s'agit d'un dossier « vide, fantôme, hors-sol » . « Un procès de mauvais perdants qui s'étaient vus calife à la place du calife » . « Les discussions Whatsapp n'ont aucune valeur juridique » , « la collecte d'enveloppes est non répréhensible » , « qu'est-ce qui nous prouve que les faux votes ont été attribués à la liste de Richard Gabriel ? » , continue la défense, qui conteste toutes les accusations. 3 751 votes ont été enregistrés le jour du dépouillement, sur 9 328 électeurs. Le tribunal administratif rend sa décision ce midi.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
1 commentaire

Vos commentaires

jess 14.01.2017

qu'ils se battent en justice c'est tic et bande après ils savent se parler pour détourner du fric toucher des sybventions et se les répartir

Répondre Signaler au modérateur