France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +
ASSISES

Acquitté pour le meurtre de Babou à Balata

Daniel SAINT-JEAN Vendredi 20 juin 2014
Me Christine Charlot a invité les jurés « à ne pas se laisser submerger par l'insécurité qui règne sur Balata » , comme les invite l'avocat général (photo d'archives)

Quinze ans de réclusion avaient été requis à l'encontre de Thomas Terence West, accusé du meurtre de Tribunae Cummings, dit Babou, le 24 décembre 2007 à La Montagne, quartier de Balata à Matoury. Il a été acquitté.

« Dans cette affaire, il y a des zones d'ombre. Mais au-delà des contradictions, nous devons rechercher la vérité. La justice doit jouer son rôle pour éviter que les criminels ne se retrouvent en liberté. » À l'issue des deux jours de débat, les réquisitions de l'avocat général soulignent que « c'est la vie d'un homme qui a été interrompue ce 24 décembre 2007, lorsque Tribunae Cummings a été abattu d'un coup de fusil et achevé avec un revolver, sur le bord de la rue Gragé, quartier La Montagne à Balata » (voir notre précédente édition).
Pour lui, « il y a des éléments matériels et des témoignages troublants » qui accréditent la culpabilité de Thomas Terence West. L'enquête a débuté par « des renseignements » mettant en cause trois individus dont un mineur. Ce dernier désigne Thomas Terence West et Anthony Ford comme les auteurs du braquage « pour du kali et 200 euros » .
Et l'avocat général de poursuivre : « Ces individus qui vous piquent ou vous flinguent. Ils sont responsables du sentiment d'insécurité dans ce quartier. Si l'accusé n'a pas fait feu sur la victime, il était présent et donc coauteur. Ce n'est pas après un petit braquage que l'on se refait un look! Que l'on quitte la Guyane. » En conclusion, l'avocat général invite « à lancer un signal fort à ce type d'individu » , en le condamnant à 15 ans de réclusion et à une interdiction du territoire définitive.
« IL FAUT QUELQUEFOIS ASSUMER L'ACQUITTEMENT! »
En réponse, Me Christine Charlot invite les jurés « à ne pas se laisser submerger par l'insécurité qui règne sur Balata » , comme les y invite l'avocat général. « Devant une cour d'assises, on fait du droit. On juge des faits reprochés à un homme, on ne se raccroche pas à des idées reçues, à des préjugés pour couvrir des zones d'ombre » , souligne l'avocate avant de préciser : « Il faut quelquefois assumer l'acquittement! »
Reprenant les contradictions du dossier, Me Charlot met l'accent sur l'absence de témoins et de preuves tangibles : « Les conclusions de l'enquête se basent sur des on-dit, des approximations » . Et de préciser que « son client n'a pas quitté la Guyane dans la précipitation, mais après le Nouvel an, et qu'il a travaillé ensuite à Maripasoula » .
À l'issue de la plaidoirie, Thomas Terrence West réaffirme son innocence : « Je ne suis pas un meurtrier. Je n'ai rien à faire dans ce dossier. » Le jeudi 11 mars 2010, la cour d'assises des mineurs l'avait condamné, alors qu'il était en fuite, à 20 ans de réclusion criminelle pour le meurtre en réunion de Tribunae Cummings. Cette fois, il est déclaré non coupable.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire