En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies, cliquez ici. X Fermer
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +

Abattu au saut du lit par un braqueur

Bernard DORDONNE Jeudi 21 Janvier 2016 - 09h30
Abattu au saut du lit par un braqueur

Un jeune homme, qui passait la nuit dans une exploitation agricole de Matiti, a été abattu froidement par des braqueurs venus faire leur course dans le cheptel de la ferme Méga farm. La section de recherches de la gendarmerie a été chargée de l’enquête.

Hier aux alentours de 2 heures du matin, Francisco Joao Feriera Desouza, âgé de 22 ans et venu passer la nuit dans la ferme avec ses amis, a été abattu par des braqueurs à la ferme agricole Méga farm, située à la zone de Wayabo, savane Matiti à Kourou. Une exploitation gérée par Jacques Nicolas, propriétaire du Méga bœuf, route de Montabo à Cayenne.

Selon les premiers éléments de l’enquête, les braqueurs étaient venus à pied afin de voler des bœufs dans le cheptel de l’exploitant lorsque les aboiements d’un chien ont réveillé deux ouvriers de l’exploitation qui dormaient dans un hamac sous un carbet. Le temps que ces deux assistants agricoles en charge d’entretenir la ferme et de nourrir les animaux réagissent au bruit, les quatre individus, tous armés, les ont surpris et aspergé au visage de gaz lacrymogène avant de les ligoter. Au même moment, Francisco qui dormait quant à lui dans un studio situé juste à côté du carbet s’est réveillé en sursaut de son lit avant de se mettre à crier. Afin de le faire taire, un des voleurs a alors pointé son fusil à canon scié dans sa direction et l’a abattu d’une décharge de plomb en plein thorax.

Pris de court, les voleurs ont par la suite fouillé le carbet ainsi que le studio du propriétaire avant de prendre la fuite au volant d’une camionnette de l’entreprise. Un engin qu’ils ont finalement abandonné et incendié à l’entrée de l’exploitation.

Alertés par les ouvriers, le propriétaire de l’exploitation, le procureur de permanence et les gendarmes de la compagnie de Kourou se sont tous rendus sur place afin d’entamer les investigations. Hier matin, le parquet a saisi les gendarmes de la section de recherches de la Madeleine pour faire toute la lumière sur cet assassinat.

Durant toute la matinée, le lieu du crime a été bouclé après le lycée agricole afin de poursuivre les investigations effectuées par l’équipe de l’identification criminelle. Ils ont passé les lieux du drame au peigne fin à la recherche de traces et autres empreintes de pneus permettant de déterminer le véhicule qui a permis aux assassins de prendre la fuite.

En apprenant les faits, les syndicats d’exploitants agricoles ont demandé aux autorités de veiller à assurer leur sécurité, leurs outils de travail, leur bétail et leur production.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
19 commentaires

Vos commentaires

chris15 22.01.2016

L'état d'urgence s'impose en Guyane les terroristes ne sont pas qu'en métropole!Le gouvernement doit assurer la protection de tous les français

Répondre Signaler au modérateur
aucun 22.01.2016
l'état d'urgence est une vaste foutaise

l'état d'urgence est une vaste foutaise et une excuse pour permettre aux socialistes de faire taire tous ceux qui "ne votent pas bien", à savoir : l'extrême droite, l'extrême gauche, les écolos et les corses ! encore plus que les terroristes, ces gens là se sont pris (et se prennent encore) perquisitions, assignations à résidence et condamnations en tout genre, l'idée étant bien sûr de les priver de leurs droits civiques avant 2017 ! pendant ce temps, les terroristes vont bien, merci pour eux. PS : la sécurité individuelle est de responsabilité ... individuelle !

Répondre Signaler au modérateur
cris 22.01.2016
Bizarre

Je pense que Francisco Joao Feriera Desouza était un employé non déclaré de la ferme, situation illégale développe aussi ce type de violence !

Répondre Signaler au modérateur
cél 21.01.2016

Wayabo et particulièrement l'usine d'eau potable de la CACL n'est pas sécurisé et donne un accès direct sur le Kourou devenu un débarcadère pour les orpailleurs clandestins. Depuis il y a une recrudescence de la violence. Par ailleurs comment ne pas blâmer la mairie de Kourou qui a distribué des parcelles sans même envisager une meilleure accessibilité de cette zone qui aurait permis des déplacements plus adaptés des forces de l'ordre? Malheureusement avec Ringuet c'est parti pour être la même couyonnade. Franchement j'ai peur pour ces jeunes agriculteurs qui se font voler leur batail et qui travaillent dans cet endroit où chaque jours il faut prier pour que rien ne leur arrive sinon les délais d'intervention des secours sont à mourir 5 fois... Bref fallait il ce drame pour changer les choses? Wait and see mais surtout RIP

Répondre Signaler au modérateur
Christelle 21.01.2016

Notre Guyane va de mal en mal, et surtout la loi ne nous donne aucun droit de riposté envers ces individus sans loi, ni foi.
nous avons juste le droit de resté chez nous, dans une peur et une crainte à ce que sa ne nous arrive jamais
La Guyane an nou lévé pou sa violonce'a STOP

Répondre Signaler au modérateur
joko973 21.01.2016

Des brésiliens qui ont eu peur d'être reconnus par le jeune qu'ils ont assassiné ? Toute la racaille environnante se donne rendez vous en Guyane et sert de modèle à nos jeunes.

Répondre Signaler au modérateur
HolyFaith 21.01.2016

Je ne partage pas votre avis et votre rhétorique est juste sans fondement .Si je suis votre logique et poursuit ma réflexion selon votre point de vue,je pourrais penser que vous étiez présent au moment de l'assassinat(je ne cautionne personne)! En tout cas, une chose est sûre, quelque soit l'individu ayant commis le crime, il devras être sévèrement punis. L'origine d'une personne ne défini pas son caractère. Malgré la mauvaise image que renvoi ces criminels d'origine brésilienne dans notre pays.Pour ma part, je peux dire qu'ils ne sont pas tous comme ça; bien souvent ce sont des gens aimable et de très bon travailleur.

Je suis sidéré par cette façon de résonner et je m'attriste de voir qu'un guyanais (comme moi)puisse distiller sa xénophobie sans qu'il se rend compte!

Répondre Signaler au modérateur
aucun 21.01.2016
oui mais ...

sans faire l'apologie de la xénophobie, il faut tout de même se souvenir qui si nous en sommes là (à savoir dans une situation où les criminels étrangers ont de fait un meilleur traitement que les honnêtes citoyens français et guyanais), c'est justement grâce à de bonnes âmes comme vous qui depuis 40 ans ont voulu inscrire dans la loi la "non stigmatisation" en oubliant de préserver les acquis des locaux légitimes ! le résultat et que maintenant un criminel étranger s'en sort toujours (la preuve, à chaque crime on découvre un multirécidiviste), alors que les honnêtes gens qui ne font que riposter, eux, sont toujours en taule ! alors peut être est t-il temps de remettre quelques pendules à l'heure et de "lâcher la grappe" aux "locaux" quand ils s'agacent de la situation !

Répondre Signaler au modérateur
joko973 22.01.2016

Comme vous avez pu le constater, j'ai pris soin de terminer ma phrase par un point d'interrogation. Ce qui signifie que je pose une question, je n'affirme pas comme vous le sous entendez. Je constate que depuis l'installation du village brésilien, on ne peut plus rien laisser au dégrad saramaka.

Répondre Signaler au modérateur
René 21.01.2016

ah oui ??!!? il n'y a que les étrangers qui volent des boeufs en Guyane??

Répondre Signaler au modérateur
aucun 21.01.2016
non mais ...

il n'y a qu'en france que les citoyens sont punis pour s'être défendu (ailleurs c'est des héros)

Répondre Signaler au modérateur
René 21.01.2016

je ne vois pas le rapport...

Répondre Signaler au modérateur
aucun 21.01.2016
théorie des ensembles

le rapport, c'est que ça va ensemble : on refuse de stigmatiser (alors que franchement en guyane, la situation est flagrante), et pour se prouver à soi-même (et aux autres) que l'on ne stigmatise pas, on accable les siens. c'est du gauchisme à la française pur et dur. c'est absurde au possible, mais ça fait 40 ans qu'on nous bourre le crâne, au point qu'aujourd'hui, des gens comme vous sont prêts ici à perdre leur temps et énergie à essayer de convaincre des gens comme moi que c'est une solution idéale ... alors que c'est évidement la cause du problème !

Répondre Signaler au modérateur
René 21.01.2016

la cause du problème,ce sont les congélateurs...

Répondre Signaler au modérateur