France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +
TRIBUNAL

60 000 euros d'amende pour son sachet de pruneaux

B. D. Jeudi 14 août 2014

Paulin Kasalie, un quadragénaire résidant à Saint-Laurent du Maroni, a été condamné à deux ans et demi de prison et 60 000 euros d'amende. Vendredi, il avait été interpellé par les douanes avec près de 3 kilos de cocaïne, fourrés dans des pruneaux.

Habitant de Saint-Laurent, Paulin Kasalie, 41 ans, était interpellé vendredi dernier sur la route conduisant à l'aéroport Félix-Éboué. Avec lui, 2,930 kilos de cocaïne. La drogue était conditionnée en ovules, fourrée dans plus de 300 pruneaux dénoyautés.
Ce mode de conditionnement a entraîné de nombreuses interrogations mardi, à l'audience correctionnelle. Et notamment : « comment les trafiquants ont imaginé qu'ils pouvaient passer la douane avec autant de pruneaux alors que c'est en France qu'ils sont fabriqués ? »
SA NIÈCE INTERPELLÉE AVEC DE LA DROGUE DIX JOURS AUPARAVANT
À la barre, le prévenu n'avait pas les mêmes préoccupations que l'assistance, il voulait convaincre le président, Bruno Lavielle, de son innocence : « Je ne consomme pas de stupéfiants. J'ai une grosse dette à rembourser. J'aurais touché 6 000 euros à la livraison. Ils m'ont donné 1 200 euros pour acheter le billet d'avion. C'est la première fois que je fais ça, je ne vais pas recommencer, ne me mettez pas en prison » .
« Vous avez peur d'aller en prison, mais ça ne vous a pas fait peur d'empoisonner des gens, et notamment les jeunes, avec de la drogue très souvent mélangée à d'autres produits nocifs! » a rétorqué le président du TGI avant de lui demander : « Ne trouvez-vous pas bizarre que votre nièce ait été interpellée, il y a dix jours pour les même faits ? »
PLUS DE 120 000 EUROS DE DROGUE
N'ayant pas obtenu de réponse, le magistrat a de nouveau conseillé au prévenu de régler ses dettes sans commettre de délits.
Le représentant de l'administration des douanes a indiqué que la drogue saisie a une valeur de 120 700 euros à la revente.
Le procureur adjoint, Alain Zakrajsek, a fustigé le comportement du prévenu à la barre. « Il tente de se faire passer pour une victime mais lorsqu'il répète ce genre de procédé pour transporter de la drogue, il devient la cheville ouvrière d'un trafic de stupéfiants en Guyane. Si le prévenu est d'un niveau social précaire, il est aussi d'un niveau intellectuel sujet à caution » et de réclamer trois ans de prison et son maintien en détention.
« HUIT PERSONNES À NOURRIR »
Une réquisitoire qui n'a pas ébranlé Me Marie-Joëlle Seka, avocate de la défense. « Il a une famille de sept enfants et c'est lui qui la nourrie. C'est parce qu'il est acculé qu'il est passé à l'acte. C'est comme une personne qui joue au loto tous les jours, elle va jouer jusqu'à son dernier sou pour tenter de gagner le gros lot » .
Paulin Kasalie a finalement été condamné à trente mois de prison et 60 000 euros d'amende.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire