En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies, cliquez ici. X Fermer
  • Actualité
  • - Éducation / Santé / Environnement
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +

Y a-t-il trop de césariennes en Guyane ?

France-Guyane Mardi 28 Novembre 2017 - 12h07
Y a-t-il trop de césariennes en Guyane ?
Environ 2700 naissances ont lieu chaque année au centre hospitalier de Cayenne. (photo d'archives)

Alors que le ministère de la Santé veut réduire les actes médicaux inutiles, un document fait le point sur le nombre d'opérations pour onze types d'actes. La Guyane est souvent un des départements qui en fait l'usage le moindre, sauf pour les césariennes et l'ablation de l'utérus.

Pour réduire le déficit de la Sécurité sociale, le ministère de la Santé compte faire la chasse aux actes médicaux inutiles. « Il y a une marge de manœuvre énorme, sans toucher à l’égalité des chances : 30% des dépenses de l’assurance-maladie ne sont pas pertinentes », affirmait la ministre Agnès Buzyn, en octobre. Le ministère a dressé, pour onze types d'actes, le nombre d'opérations rapporté au nombre d'habitants. Dans la plupart des cas, on se rend compte que les Guyanais font un usage très modéré, voire très faible, de ces actes. Sauf pour la césarienne et l'ablation de l'utérus.
Ainsi, 23 % des naissances se sont faites par césarienne, en 2014*. La moyenne nationale est de 18,9 %. La Guadeloupe en affiche seulement 12,7 %.
La même année, il s'est pratiqué 250 ablations de l'utérus pour 100 000 habitants en Guyane, 192 en moyenne nationale. Seule la Corrèze et la Martinique connaissent des taux plus élevés.
Pour les autres interventions listées par le ministère, la Guyane est toujours en dessous de la moyenne nationale et figure souvent parmi les cinq départements en faisant l'usage le plus faible. Ce constat est à relier avec les difficultés d'accès aux soins d'une grande partie de la population, y compris sur le littoral.
C'est le cas de
  • la chirurgie de la fracture de la hanche : 60 pour 100 000 habitants en Guyane ; 119 au niveau national.
  • l'ablation des amygdales : 28 pour 100 000 habitants en Guyane ; 101 au niveau national.
  • la chirugie de l'appendicite : 80 pour 100 000 habitants en Guyane ; 118 au niveau national.
  • la chirurgie de l'obésité : 8 pour 100 000 habitants en Guyane ; 72 au niveau national.
  • la chirurgie de la tumeur bénigne de la prostate : 220 pour 100 000 habitants en Guyane ; 221 au niveau national.
  • la chirurgie du syndrome du canal carpien : 60 pour 100 000 habitants en Guyane ; 119 au niveau national.
  • l'ablation de la vésicule biliaire : 150 pour 100 000 habitants en Guyane ; 175 au niveau national.
  • la prothèse du genou : 70 pour 100 000 habitants en Guyane ; 147 au niveau national.
  • l'ablation de la thyroïde : 60 pour 100 000 habitants en Guyane ; 119 au niveau national.
Atlas des actes médicaux


Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
5 commentaires

Vos commentaires

stéphanie 28.11.2017
Mafia médicale

C'est surtout que c'est un acte payant et donc rémunérateur pour le praticien.
Il n'hésite donc pas entre cette solution et une autre lorsqu'il y a complication lors d'un accouchement. A bon entendeur salut…

Répondre Signaler au modérateur
PEFL 28.11.2017
undefined

Il y a surtout trop de naissances non ?

Répondre Signaler au modérateur
RAF973 28.11.2017

+1

Répondre Signaler au modérateur
mica 28.11.2017
YES

Commentaire partagé,trop de naissances.

Répondre Signaler au modérateur
Amazone973 29.11.2017

Raccourci que de dire trop de naissances
il serait plus intéressant de pointer notamment le moyenne inférieure pour tous les autres actes chirurgicaux de notre département
ce qui indique je pense une preuve que le domaine de la santé est délaissé chez nous puisqu'il faut presque systèmatiquement partir aux Antilles ou en France pour se faire dignement soigner
Après oui le taux de natalité élevé doit nous interpeller compte tenu du fait de la situation socio économique du département

Répondre Signaler au modérateur