France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Actualité
  • - Éducation / Santé / Environnement
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

Vers la création d'une banque de semences en Guyane

Marine JACQUES Vendredi 08 juin 2018
Vers la création d'une banque de semences en Guyane
Fanny Miss, gérante de la pépinière Agro-forestière à Macouria (DR)

Le projet de banque de semences forestières et fruitières en Guyane est celui de la pépinière Agro-forestière située à Macouria. Convaincu, le ministère de la Transition écologique et solidaire va le soutenir fiancièrement.

Le ministère de la Transition écologique et solidaire a désigné les lauréats de l'appel à projets d'initiatives citoyennes qui visent à lutter contre le dérèglement climatique. Sur 1 200 projets présentés, 420 ont été retenus par l'Agence de l'environnement et la maîtrise de l'énergie, par l'Agence française pour la biodiversité et le ministère de la Transition écologique et solidaire. Ces 420 projets ont ensuite été soumis au vote des citoyens-internautes. Le nombre de voix a permis de désigner 44 lauréats dont un Guyanais.
Il s'agit de la pépinière Agroforestière, située à Préfontaine à Macouria, qui veut créer une banque de semences forestières et fruitières en Guyane. Fanny Miss, gérante de la pépinière, a su sensibiliser les internautes puisque son projet de banque de semences est arrivé en tête des projets guyanais soumis au vote. « Je tiens à remercier les 470 personnes qui ont voté pour ce projet ainsi que les partenaires » , souligne-t-elle.
La banque de semences vise à stocker des graines durant plusieurs mois ou années pour mieux anticiper la préparation de plants de qualité aux normes européennes. Ces plants garantiront la réussite de programmes de plantations d'espèces d'arbres locales dans les domaines de l'agriculture, de la sylviculture ou encore du développement paysager urbain.
REVALORISATION DES ESSENCES D'ANTAN
Ce projet est né du constat que les graines ou plants nécessaires à la réalisation de ces programmes de plantation n'étaient commercialisés ni en Guyane ni aux Antilles. L'importation depuis l'étranger serait devenue quasi systématique alors que la Guyane dispose de plus de 1 500 espèces d'arbres.
Les semences que compte stocker la pépinière Agro-forestière sont issues de la diversité des essences amazoniennes et auront des intérêts, selon Fanny Miss, pour le bois d'oeuvre, le bois énergie, mais aussi pour la revalorisation des espèces fruitières d'antan, comme la pomme cannelle qu'on ne retrouve plus sur les étals des marchés. Ces semences seront commercialisées afin de développer non seulement l'activité de la pépinière, qui accueille déjà des étudiants guyanais en stage, mais aussi le métier d'artisan semencier.
Pour l'heure, les lauréats ne connaissent pas le montant dont ils pourront bénéficier mais le ministère de la Transition écologique et solidaire compte débloquer un million d'euros pour chacune des trois thématiques : biodiversité, économie circulaire et énergie. C'est un nouveau coup de pouce pour la pépinière Agroforestière qui est également lauréate de l'appel à projets « Amont forestier » du ministère de l'Agriculture.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
5 commentaires

Vos commentaires

MONSIEUR GUYANE 09.06.2018
Banque du sperme

Pourquoi ne pas aussi financer une banque du sperme pendant qu'on y est afin de faire un grenier de toutes les ethnies qui existent en Guyane pour les générations futures?
Franchement, on ne sait pas quoi inventer pour faire des projets débiles et piquer de l'argent public...

Répondre Signaler au modérateur
Ergo sum 08.06.2018

Tout à fait. C'est un battage typiquement bobolo - pc, détaché de la réalité. Dire que les graines ou plants forestiers nécessaires manquent en Guyane relève du pur mensonge : au moins deux entreprises très correctes fournissent des arbustes forestiers depuis des années... et d'autres voulaient le faire, mais bloquées par ceux-mêmes qui poussent cette dame à présent par le financement public.
La promotion / financement public de cette entreprise n'est que du favoritisme habituel, au détriment d'autres entrepreneurs déjà installés ou empêchés.
Le meilleur, c'est que la DRIRE aussi produisait et vendait des arbustes il y a peu encore et le continue encore en toute vraisemblance (à l'origine pour fournir des arbustes aux reforestations minières...)
Cette dame a eu de "bons contacts" et a réussi sa force de vente par la magique "banque de semence". Inutile, irréalisable, économiquement nulle. Pas grave, ça sonne bien. Elle mérite alors l'argent public, il y en a tellement...

Répondre Signaler au modérateur
Paassy 08.06.2018
WTF ???

Je me demande avec quel sérieux ce projet a été sélectionné. Stocker plusieurs mois des graines récalcitrantes (qui ne supportent pas un stockage de quelques semaines voir jours) qui sont caractéristiques de la majorité des essences locales est complètement irréalisable. Dans toute la zone tropicale à travers le monde les semenciers et les botanistes n'ont jamais réussi !
Quand à nous annoncer que la pomme cannelle a disparu des étals de marché et qu'il y un potentiel à développer la commercialisation de ce fruit "oublié", on nage dans un délire totalement dissocié de la réalité Guyanaise.

Répondre Signaler au modérateur
MISS 09.06.2018
Informations

Bonjour, Ce projet est issu d'une demande locale et d'un constat partagé avec de multiples acteurs des différentes filières (agricoles, forestières, paysagistes) qui sont partenaires du projet. Une banque de semences (et plus largement de matériel végétal de qualité) est la base de développement de toute filière. De nombreux pays tropicaux sont déjà dotés de ces dispositifs (Costa Rica, Colombie, Brésil, ...) avec notamment les mêmes essences que celles de Guyane. Aujourd'hui les professionnels sont souvent contraints d'importer des semences (coût élevés, procédures administratives contraignantes) afin de pouvoir réaliser leurs projets. Notre projet s'articule complètement avec les initiatives existantes et vise à faire évoluer la réglementation.
Les essences ciblées sont celles ayant le plus de "chances" pour le stockage à long terme, certaines étant déjà bien connues. Les fruitiers d'antan recherchés sont plus particulièrement le jaune d'oeuf, zolive, sapotilles (multiples variétés), noisette de cayenne que l'on ne retrouve plus sur les étales de marchés et qui ont des vertues pour la santé voir des propriétés cosmétiques intéressantes. Ce projet permettra ainsi à d'autres filières de voir le jour (agrotransformation, cosmétique) et qui manquent aujourd'hui de matière première en grande quantité.
Enfin, ce projet est soutenu par des votes citoyens et sélectionné pour son sérieux.

Répondre Signaler au modérateur
GILLES BERNARD 09.06.2018

Plutôt que vous étaler sur vos projets dans cette entreprise privée, pourquoi ne pas avoir indiqué vos antécédents, ce qui permettrait de mieux comprendre le filon...(https://fr.linkedin.com/in/fanny-miss-b13b4a64)

Répondre Signaler au modérateur
L'info en continu