En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies, cliquez ici. X Fermer
  • Actualité
  • - Éducation / Santé / Environnement
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +

Université : vers de nouveaux blocages ?

Rosane FAYET Lundi 02 décembre 2013
Un ultimatum, fixé à jeudi midi, a été voté par l'assemblée générale (photo d'archives)

Vendredi, une assemblée générale était organisée par les anciens grévistes du Pug. Certaines déclarations faîtes par Anne Corval à la communauté universitaire les font bondir. Une motion a été votée avec un ultimatum.

Un directoire. Et immédiatement s'il vous plaît. Voilà le nouvel axe de bataille du collectif étudiant et de l'intersyndicale au Pôle universitaire guyanais (Pug). Son administratrice provisoire, Anne Corval, s'adressait vendredi midi à la communauté universitaire. L'une des promesses phares du protocole de fin de conflit y est évoquée : la mise en place du directoire, censé « veiller à la mise en oeuvre des nouvelles dispositions » , ainsi que l'exprime le protocole. Pour elle, il se composerait de deux équipes. D'une part, un conseil qui gérerait les affaires courantes. De l'autre, un conseil de prospective. Problème : les acteurs des cinq semaines de grève se sentent écartés de la partie gestion et fonctionnement, et sans représentant étudiant dans la seconde. Ils exigent alors que le directoire soit constitué « immédiatement » et en « concertation avec l'ensemble des syndicats et étudiants » , conformément au protocole.
« On a le sentiment qu'on prend les mêmes et on recommence! Avec des responsables actuels, qui n'ont jamais pris part au mouvement » , accuse l'intersyndicale. Juridiquement le Pug fonctionne toujours dans le cadre de l'UAG. Anne Corval aurait alors annoncé la convocation du conseil d'administration (CA) de l'IESG dans les jours qui viennent. Incompréhension pour l'intersyndicale : « Par définition le CA ne peut plus se tenir! C'est bien le directoire qui doit désormais substituer au CA » .
Près de la moitié de ses membres ayant démissionné, à commencer par son président de droit (le président du conseil général). L'exigence du directoire a donc été votée dans une motion (1) en assemblée générale vendredi soir. D'autres promesses du protocole non tenues sont également évoquées dans celle-ci. La motion exige, pour finir, que ces « différents points soulevés soient satisfaits, au plus tard jeudi prochain à 12 heures » . Un ultimatum dont on ne connaît pas bien l'après. Plusieurs idées sont soufflées : de l'invasion du CA (s'il a lieu), à des débrayages courts durant la semaine, jusqu'à une nouvelle mobilisation générale, suggère-t-on du côté du MDES. Une assemblée, jeudi 18 h, décidera de la suite des événements. Une chose est sûre, les désaccords au sein de l'intersyndicale sont désormais plus visibles.
 
 
MOTION :
" RESPECT DU PROTOCOLE DE FIN DE CONFLIT ! ENSEMBLE, BÂTISSONS L'UNIVERSITÉ DE GUYANE !

Motion votée à l'unanimité de l'Assemblée générale du PUG, Campus de Troubiran, vendredi 29 novembre 2013

Le protocole de fin de conflit signé le 11 novembre dernier représente un acquis indéfectible de la mobilisation des étudiants, des enseignants, des personnels, des lycéens et de la population guyanaise. Il doit être un point d'appui pour bâtir une Université de qualité en Guyane.

L'Assemblée demande la mise en place immédiate du Directoire, en concertation avec l'Intersyndicale et le Collectif étudiant, conformément au protocole de fin de conflit. Aucune décision concernant la gouvernance ne peut être prise en dehors de ce cadre.

L'Assemblée demande à l'Administratrice provisoire du Pôle et de l'IESG de donner aux services administratifs la consigne de limiter les services des vacataires à 60 heures.

L'Assemblée met en place une commission de contrôle des 60 heures, qui veillera à ce qu'aucun vacataire ne se voit proposer de signer un contrat mentionnant plus de 60 heures sur l'année universitaire.

L'Assemblée met en place une commission de contrôle de la Vie étudiante, qui fasse le suivi des avancées et veille à lever les blocages possibles quand à l'amélioration des conditions de vie, d'étude et d'activités physiques et sportives sur le Campus.

Nous veillerons à ce que le protocole de fin de conflit soit respecté intégralement par l'ensemble des signataires, et nous nous donnerons tous les moyens nécessaires pour lever les blocages éventuels. Nous demandons que les différents points soulevés dans cette motion soient satisfaits, au plus tard le jeudi 5 décembre 2013 à 12h.

Moyens d'action :

Conférence de presse lundi matin

Assemblée Générale jeudi 5 décembre à 18h. "
 
 

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire
L'info en continu
1/3