En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies, cliquez ici. X Fermer
  • Actualité
  • - Éducation / Santé / Environnement
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +

Un mouvement gradué selon les grévistes d'EDF

Bernard DORDONNE Lundi 20 mars 2017
Un mouvement gradué selon les grévistes d'EDF
EDF en grève à partir d'aujourd'hui (photo d'archives)

Le syndicat UTG-CGT éclairage a déposé la semaine dernière un préavis de grève sur sept grands points de revendications : emploi, reconnaissance, organisation, conditions de travail, formation, sécurité et investissements. Il sera mis en application à partir d'aujourd'hui.

Davy Rimane, l'un des leaders syndical à EDF Guyane, se veut rassurant, alors qu'une grève démarre aujourd'hui : « Il ne faut pas que la population s'inquiète de trop pour l'instant. Nous savons que c'est compliqué pour elle mais nous serons indulgents. On va s'assurer que le travail est fait malgré tout. Si les choses viennent à traîner en longueur, la grève prendra une autre tournure. »
D'où l'appel qu'il lance à la population pour soutenir le mouvement. « Cela fait des années qu'on en parle. Aujourd'hui, on en a ras-le-bol. Cela ne peut plus durer. Sur le plan des investissements, EDF Guyane ne peut pas s'inscrire dans la politique d'austérité de l'État. C'est un suicide. Par rapport à la réalité guyanaise, il y a des choix politiques qui sont faits sauf que la Guyane ne peut pas s'inscrire dedans. Le pays est en plein développement et en pleine construction. On est en train de nous détruire de l'extérieur car on nous impose des choses qui ne sont pas en phase avec notre réalité. »
LES ACCORDS DE 2015 EN DISCUSSION
Le syndicat porte sept revendications. Sur le plan de l'emploi, les grévistes demandent l'arrêt des suppressions d'emplois vacants au travers des réorganisations et l'embauche des intérimaires. Concernant la reconnaissance et l'évolution, ils exigent l'application de « l'accord mesures sociales et parcours professionnels de décembre 2015. L'UTG dénonce aussi un management « par la peur et la pression » .
Davy Rimane reproche à la direction d'EDF de ne pas avoir respecté les engagements de décembre 2015. « Pendant un an, nous avons privilégié le dialogue. Mais le directeur local a une posture psychorigide qui est insupportable. »

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire