France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Actualité
  • - Éducation / Santé / Environnement
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +

Un « café des parents » sur la violence en milieu scolaire

Prince ESSONNE MFOULOU-ZÉ Samedi 05 mai 2018
Un « café des parents » sur la violence en milieu scolaire
Le café-parents de mercredi au collège Concorde-Maurice Dumesnil a rassemblé une vingtaine de parents d'élèves et quelques personnels d'encadrement autour de la problématique de « la violence à la descente des bus » (PEM)

Face au phénomène de violence en milieu scolaire, plusieurs établissements de l'académie de Guyane veulent renouer le dialogue avec les parents d'élèves. Certains d'entre eux, à l'exemple du collège Concorde-Maurice-Dumesnil de Matoury, organisent ce qu'ils appellent des « cafés-parents » .

Après une première rencontre du genre organisée en mars dernier, le collège Concorde-Maurice-Dumesnil de Matoury a servi de cadre à un deuxième café-parents hier après-midi. Proposés conjointement par Kelly Jean-Baptiste, médiatrice en milieu scolaire, Gwladys Adonaï, conseillère principale d'éducation et Cécile Émonides, assistante sociale, le café-parents a rassemblé une vingtaine de parents d'élèves et quelques personnels d'encadrement autour de la problématique de « la violence à la descente des bus » . Un sujet qui a beaucoup fait parler de l'établissement en début d'année.
« Nous essayons de créer un espace où les parents peuvent s'exprimer librement, sans stress, explique Kelly Jean-Baptiste. Les gens ont tendance à dire d'eux qu'ils sont démissionnaires de l'éducation de leurs enfants. Il a donc fallu que nous mettions en place un cadre qui nous permet d'aller à leur rencontre et d'aborder avec eux des sujets relatifs au comportement des enfants à l'intérieur et aux abords des établissements scolaires. Nous avons constaté que ce sont des problèmes dont ils n'ont pas toujours une connaissance exacte. »
Afin de mieux sensibiliser les parents, les organisateurs leur ont projeté une vidéo récupérée sur les réseaux sociaux. Celle-ci montrait une scène de bagarre opposant des élèves du collège à hauteur de la station de bus qui dessert l'établissement. Plusieurs parents se sont dits choqués par l'extrême violence de la scène et, aussi, par l'indifférence des autres qui se contentaient de regarder ou de réaliser des vidéos.
DISCUSSION AUTOUR DU HARCÈLEMENT À L'ÉCOLE
Un autre sujet abordé était celui du harcèlement à l'école. Le but était de sensibiliser les parents sur les signes qui montrent qu'un enfant subit ce genre de pressions.
D'une manière générale, les objectifs des cafés-parents visent à valoriser, accompagner et soutenir les parents dans leur rôle d'éducateurs, avec les conseils de professionnels que sont les enseignants, l'assistante sociale, la conseillère principale d'éducation et la médiatrice en milieu scolaire. Une initiative qui favorise les échanges d'expériences, la consolidation du lien social et la solidarité autour de l'éducation des enfants.
ELLES ONT DIT
Cécile Émonides, assistante sociale du collège : « Nous devons nous assurer que l'enfant est dans de bonnes conditions d'étude »
Le rôle d'une assistante sociale, c'est le bien-être du collégien. Les questions qui se posent au professionnel dans cet angle sont multiples : est-ce que l'élève dispose de tout le matériel dont il a besoin pour le bon suivi des cours ? Comment se sent-il au milieu des autres ? Subit-il un harcèlement ? Arrive-t-il à l'heure en classe ? Est-il habillé correctement ? Bref, tous les aspects qui font que sa scolarité se déroule au mieux, de la rentrée à la clôture de l'année scolaire. Nous nous intéressons également à la relation parents-enfants. Nous devons comprendre si l'environnement proche de l'élève est propre à lui permettre de bien suivre ses cours. C'est un peu dans ce sens que nous menons des échanges avec eux dans le cadre des cafés-parents.
Gwladys Adonaï, conseillère principale d'éducation : « Il faut croire aux valeurs de la République pour jouer ce rôle »
On a tendance à croire que le CPE, c'est le shérif de l'établissement scolaire mais on est plus que ça. La vigilance, c'est bien sûr sur la sécurité et le bien-être des élèves. Mais le nombre élevé des élèves devient problématique, surtout avec cette violence qu'ils vivent dans leurs quartiers et qui ressurgit très souvent dans l'établissement. Cependant, il faut aimer son travail et croire aux valeurs de la société et de la République pour jouer ce rôle. Parce que c'est devenu de plus en plus difficile.
Cléonie Prosper, parent d'élève : « Je n'avais aucune idée de l'extrême violence des affrontements »
J'ai vraiment été marquée par la vidéo qui montrait cette scène de bagarre entre les enfants. J'ai toujours entendu qu'il se passait des choses dans les écoles, aux abords et dans la rue. Mais je n'avais aucune idée de l'extrême violence que peuvent avoir ces affrontements. Là, c'était carrément terrifiant. J'ai ma fille qui fréquente ce collège. D'habitude, je l'accompagne devant l'arrêt de bus le matin et je la laisse revenir toute seule après les cours. Maintenant, je vais être obligée d'aller la chercher. Parce qu'on ne sait jamais ce qui peut se passer.
Propos recueillis par PEM

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire