En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies, cliquez ici. X Fermer
  • Actualité
  • - Éducation / Santé / Environnement
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +

Le tribunal n'ordonne pas le déblocage du Char

Marine JACQUES Mercredi 17 mai 2017
Le tribunal n'ordonne pas le déblocage du Char
(MJ)
Le président du tribunal de Cayenne, Patrick Chevrier, a rejeté, lundi, les demandes de la direction du centre hospitalier Andrée-Rosemon (Char) concernant le blocage de l'établissement. La direction du Char avait demandé au tribunal, en engageant un référé d'heure à heure, de constater l'existence d'un trouble manifestement illicite, le risque d'un dommage imminent, d'ordonner la levée du barrage filtrant et d'interdire au syndicat UTG-santé et aux quatre autres défendeurs nommés dans l'ordonnance du jugement, de mettre en place un autre blocage des voies d'accès au Char.
DANS L'ATTENTE D'UNE NÉGOCIATION
D'après le Code de procédure civile, et par la voix de ses avocats Charles Pareydt, du barreau de Paris, et Régine Gueril-Sobesky, du barreau de Cayenne, la direction du Char a demandé de prononcer une astreinte de 100 euros par personne se maintenant sur les lieux du blocage et par heure de présence constatée par huissier ou officier de police judiciaire. Elle a également demandé d'ordonner une astreinte de 100 euros par heure de retard pour les défendeurs ne débarrassant pas dans les temps les points d'accès des palettes et autres objets. Il a été enfin demandé de condamner les défendeurs dont l'UTG-santé au paiement de 5 000 euros. Les documents et procès-verbaux présentés par la direction du Char prouvent que la circulation du public, des usagers et des entreprises prestataires est perturbée par le filtrage des véhicules à certaines entrées de l'établissement (notre photo), est-il indiqué dans l'ordonnance du jugement. Lors de l'audience du 11 mai, le syndicat UTG-santé et les quatre autres défendeurs ont précisé qu'ils ont toujours « laissé libre l'accès des urgences, passage par lequel tous les sites de l'hôpital sont accessibles » . Le juge du référé ayant constaté que toutes les entrées n'étaient pas bloquées en même temps et en permanence, il a rejeté les demandes de la direction du Char. Hier après-midi vers 14 heures, les grévistes et les membres de l'UTG-santé se sont réunis, en présence du sénateur Antoine Karam, pour discuter de la suite du mouvement. Aucune négociation avec la direction du Char et l'Agence régionale de santé (ARS) n'était encore programmée hier après-midi.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
4 commentaires

Vos commentaires

DanaLize 19.05.2017
Pas de sortie de crise

On voit beaucoup d'élus au CHAR, mais pas de sortie de crise , le CHAR l'attend.

Répondre Signaler au modérateur
René 19.05.2017
Elus ?

Les élus ont toujours , dans leurs cartons, les implaçables à placer.... alors ils attendent de pouvoir les boulonner quelque part dans l'hôpital .... cela fera des UTGistes en plus.

Répondre Signaler au modérateur
René 18.05.2017
CHAR

Pauvre CHAR, Il mérite mieux que ça.

Répondre Signaler au modérateur
Pôpa zo 18.05.2017
EDF

Allô, Monsieur electron d'UTG, je viens de recevoir ma facture EDF, je peux vous envoyer la facture pour toutes les coupures de votre part ...........

OUI ______ NON ________ SANS OPINION

héhé

Au suivant .........

Répondre Signaler au modérateur