En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies, cliquez ici. X Fermer
  • Actualité
  • - Éducation / Santé / Environnement
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +

Le malathion : interdit en Europe, pulvérisé en Guyane

Thomas FETROT Jeudi 14 août 2014
Du malathion sera pulvérisé en Guyane pendant 180 jours.

Une dérogation a été donnée à la Guyane pour faire usage du malathion, un insecticide hautement toxique interdit en Europe depuis 2007, afin de lutter contre le chikungunya. Problème : le degré de nuisance du produit, qualifié de « mortel » par des scientifiques.

Le malathion est un insecticide et un neurotoxique. Un composé dit « organophosphoré » dont l'utilisation est interdite en Europe depuis 2007 et en France depuis 2008. Pourtant, par le biais d'une dérogation, la préfecture et le conseil général (chargé des opérations de démoustication) ont reçu le 5 août l'autorisation d'en faire usage dans le département. Ce, pendant une durée de 180 jours, dans le but de lutter contre la propagation du virus du chikungunya, qui a touché 1528 personnes en Guyane selon l'Agence régionale de Santé.
LES AUTORITÉS APPROUVENT
Une décision devenue effective depuis la parution hier au Journal officiel de l'arrêté signé par le ministère de l'Écologie, du Développement durable et de l'Énergie ainsi que celui des Affaires sociales et de la Santé. Pour justifier de cette dérogation (inscrite à l'article 55, paragraphe 1 du règlement de l'Union européenne), sollicitée par le préfet depuis le 21 février, il est fait état de la résistance des moustiques au produit actuellement utilisé en Guyane, la deltaméthrine. Une décision approuvée par l'Agence nationale de sécurité sanitaire et de l'alimentation ainsi que par le Haut conseil de la santé publique. Un consensus des plus surprenants, compte tenu de la haute toxicité du malathion.
« ÇA TUE TOUT! »
Christophe Duplais, chimiste du Centre national de la recherche scientifique, s'insurge contre cette mesure. « Il s'agit d'une molécule qui va se dégrader en quelque chose d'encore plus nuisible, affirme-t-il. Ça tue tout. » De fait, le malathion pulvérisé se décompose en une autre substance nommée le malaoxon et considérée comme étant 60 fois plus nuisible.
« Le problème est que les pulvérisations se font depuis la route, sur 5 à 10 mètres, poursuit le scientifique. Plus loin, on ne trouve que des traces du produit. Elles ne suffisent pas à tuer le moustique mais constituent des doses homéopathiques qui favorisent la résistance. Par ailleurs, pulvériser, ça veut dire que le produit va dans les jardins, les fruits, les légumes. » De plus, le malathion s'attaque aussi aux insectes dits « utiles » , comme les abeilles. Sur les zones aquatiques, il s'avère nocif pour les populations d'amphibiens.
« Des gens prennent des décisions et choisissent d'utiliser un produit mortel et toxique sans consulter ni les scientifiques ni la population, peste Christophe Duplais. Quel niveau de risque doit-on atteindre pour se protéger contre le chik ? »
Une dérogation a également été accordée pour Tahiti et la Nouvelle-Calédonie. À Nouméa, l'usage du malathion suscite de nombreuses réactions d'hostilité au sein de la population.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
14 commentaires

Vos commentaires

RODY95 18.08.2014
page 2...

hello la population
un truc aussi grave que ce moustique se trouve en page 2 du site :-( on préfère parler du tour de Guyane , ok c est important mais la santé ( notre santé ) avant tout

Répondre Signaler au modérateur
cat 18.08.2014

Je vois toujours la pétition :
https://secure.avaaz.org/fr/petition/Collectivites_de_Guyane_Ministere_de_la_Sante_Ministere_de_lEcologie_Interdiction_dun_insecticide_toxique_le_Malathion_e

Répondre Signaler au modérateur
Yana's 16.08.2014
Rien que pour toi chère Guyane...

J'aimerais que l'on m'explique: aux Antilles et à la Réunion, où l'épidémie a eu une progression beaucoup plus fulgurante, ce produit n'a jamais été utilisé! Comme par hasard, la Guyane obtient une dérogation européenne!? Alors il nous en faut une pour notre approvisionnement en carburant!
De qui se moque-t-on? A qui profite cette expérimentation?
Et enfin, merci à tous nos chers politiques, c'est à se demander s'ils vivent ici, avec leur famille!

Répondre Signaler au modérateur
mino973 16.08.2014
Commenter... et agir!

Il y a une pétition à signer là: https://secure.avaaz.org/fr/petition/Collectivites_de_Guyane_Ministere_de_la_Sante_Ministere_de_lEcologie_Interdiction_dun_insecticide_toxique_le_Malathion_e

Répondre Signaler au modérateur
AG973 18.08.2014
Hum...

La pétition n'est plus en ligne, que faire?

Répondre Signaler au modérateur
gwada 67 16.08.2014
Comme la chlordécone?

Pour la chlordécone autorisée aux antilles mais interdit en Europe on nous a tenu le même discours de ne pas nous inquiéter. Aujourd'hui les conséquences sont dramatiques : terres, rivière et bord de mer (poissons et crustacés)contaminés. Explosion des cas de cancer en guadeloupe. La guyane doit dire non!

Répondre Signaler au modérateur
skol973 15.08.2014

Cela 22 ans que je me bats contre la mairie de Cayenne afin de venir enlever des carcasses de voitures chez un voisin de ma mère à la cité des manguiers à Cayenne. Le 26 juillet dernier, sa maison a été détruite par un incendie. Le 1er adjoint au maire s'est déplacé pour venir voir la situation et il avait promis de faire le nécessaire, à ce jour, les épaves sont toujours là. Ma mère ne peut pas rester sur sa terrasse à cause des moustiques, je pense que si c'était les parents de mme le maire, elle aurait réglé la situation. Autre chose, concernant ce produit, il est aussi dangereux que la fusée qui a fait des communes des savanes, le recors de cancer de l'utérus et de la tyroïde, je constate que nos pigeons d'élus ne se battent pas pour cette cause. D'autre part, pourquoi, après chaque lancement, les feuilles des plantes ont une tâche noire sur elles.Population guyanaise, mobilisons nous contre ses élus qui veulent détruire leur peuple.

Répondre Signaler au modérateur
RODY95 18.08.2014

bon courage à vous mais bon puisque il y a un souci entre la mairie et vous depuis de nombreuses années
ces gens la ne comprennent que par la force alors rassemblez un max de personnes descendez à la mairie de Cayenne et prenez pacifiquement bien sur la maire en otage
c est comme ça que ces gens la comprennent par la force
virons les incompétent
petite anédocte , il me fallait un papier à la mairie ( demande faite 2 mois avant mon arrivé ) l employé me regarde des paripous pleins la bouche pour me dire que le papier n est pas prêt , je commence à râler il édite mon document
quel sérieux manger des paripouts devant un " client " si j étais la pour faire un audit du personnel cet personne pointerai au pôle emploi

Répondre Signaler au modérateur
AG973 15.08.2014
Hein?

Après le chlordécone le génocide continue je vois!!! Si simple de forcer les gens à nettoyer leur lieu de vie, de verbaliser les contrevenants professionnels ou non pour les épaves. Sur la route de la Madeleine, près de l'Eglise Saint-Paul, il y a un garage avec une série d'épaves. Lotissement Orchidées avec des épaves dans plusieurs jardins. Meuuu non, on préfère assassiner la population avec des produits qu'on ne vaporiserai même pas sur un moustique hexagonal, et là, ce sera sur des êtres humains. Vite, une pétition, et la CLCV Guyane, où est-elle? Europe-Ecologie-Les-Verts avec GAILLOU? Akoté zot fika?? Le MDES ne dit rien parce que son poulain est complice de la venue de ce produit chez nous. Honte à vous messieurs, hoooooonte!!!

Répondre Signaler au modérateur
Brata 14.08.2014

La Guyane est vraiment la terre du roi Ubu... Madame le Maire de Cayenne et tout les autres maires de Guyane, la prochaine fois que vous souhaitez rebaptiser une rue, appelez la "Alfred Jarry" car aucun auteur, même créole, ne font penser au quotidien que vivent les Guyanais depuis plus de 2 siècles : Un quotidien dans la 4e dimension.

Répondre Signaler au modérateur