En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies, cliquez ici. X Fermer
  • Actualité
  • - Éducation / Santé / Environnement
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +

La situation s'apaise à Camopi

A. S.-M. Jeudi 22 septembre 2016
La situation s'apaise à Camopi
Pour Tolozen Chanel (au centre), « cette mobilisation aura au moins eu le mérite de fédérer les parents et de voir le maire actuel et son prédécesseur côte à côte (DR)

Le recteur et le sous-préfet aux communes de l'intérieur étaient hier à Camopi. Les habitants sont satisfaits mais restent vigilants. Le blocage pourrait se poursuivre suite à un malentendu.

Les parents d'élèves sont plutôt satisfaits de la rencontre d'hier matin avec sous-préfet et recteur, « même si on attendait plus » , précise Tolozen Chanel, porte-parole des parents d'élèves.
« Le recteur et le sous-préfet ont répondu à peu près à tout ce qu'on demandait, mais sur certains sujets, ils ne peuvent pas répondre à la place de la CTG et on attend toujours la venue de Rodolphe Alexandre » . Concernant la question centrale, celle des logements d'enseignants, vingt d'entre eux pourront être logés d'ici début 2017 grâce à trois programmes (lire ci-dessous).
Parmi les autres points, beaucoup dépendent en fait de la municipalité comme l'entretien des écoles et la restauration scolaire. D'autres sont à l'étude comme le projet d'internat. Sur ce sujet, le recteur se dit d'ailleurs plutôt favorable à un internat sur le littoral pour les élèves venus de l'intérieur. « Il faut construire l'avenir et non réparer les erreurs du passé » , argumente Youssoufi Touré. Il oppose, en revanche, un « non » catégorique à un quelconque droit de regard des habitants sur le recrutement des enseignants. Recrutement qui est d'ailleurs toujours en cours puisqu'il manque actuellement six enseignants en primaire et quatre au collège, les enseignants remplaçants arrivés en début de semaine devant repartir à la Toussaint.
« UNE MÉTHODE DE TRAVAIL »
Plus globalement, c'est surtout « un tableau de bord » que les représentants de l'État ont proposé aux habitants et à la municipalité de Camopi. « J'ai proposé une méthode de travail » , explique Éric Infante, sous-préfet aux communes de l'intérieur. « Il faut prendre chaque point pour voir qui en a la responsabilité et voir comment l'État peut accompagner. Nous mettons aussi en place un comité de suivi avec des habitants pour faire le point, chaque mois, sur l'avancée des projets. »
À l'issue des échanges, un protocole d'accord a été rédigé mais « les parents attendent de voir si les promesses seront bien suivies d'effet » , précise Tolozen Chanel. Ils bloquent donc toujours les écoles et le collège jusqu'à demain, jour où ils espèrent la livraison de matériel informatique pour l'école primaire. « Si c'est bien le cas, l'école reprendra lundi. Sinon, on continuera de bloquer » , confie Tolozen Chanel. Mais sur ce point, il semble qu'il y ait un malentendu. « Nous avons demandé au maire de nous donner un état des lieux du matériel informatique d'ici vendredi » , explique le recteur. « Nous allons l'aider à acheter le matériel, mais il ne pourra jamais être livré d'ici vendredi. » Selon le sous-préfet, cette question des délais aurait pourtant été évoquée à plusieurs reprises.
Deux manifestations de soutien
Deux manifestations en soutien aux parents d'élèves de Camopi sont organisées par les organisations amérindiennes ce matin devant le rectorat à Cayenne et devant l'antenne du rectorat à Saint-Laurent à partir de 7 heures.
20 logements à venir rapidement
Le premier projet de logement concerne quatre villas situées sur le site de la scierie. Celle-ci sera propriété de la commune dès la semaine prochaine, l'État ayant « débloqué le dossier d'acquisition » . Trois T3 et un T4 seront donc rapidement disponibles après un grand nettoyage. Le second projet s'attache à la réhabilitation de huit logements, inoccupés faute d'entretien. La commune s'est engagée à réhabiliter ces logements rapidement. Chacun pourra accueillir un enseignant. Enfin, le plus gros projet concerne la construction de huit nouveaux logements par un bailleur privé. Il s'agit de structures modulaires de type T2 avec un espace commun. Le sous-préfet aux communes de l'intérieur insiste : « Ce ne sont pas des préfabriqués mais des structures en dur pouvant tenir au moins quinze ans. » Ils seront financés pour moitié par la commune et pour moitié par l'État.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire