En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies, cliquez ici. X Fermer
  • Actualité
  • - Éducation / Santé / Environnement
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +

La grève accouche d'une université

Kerwin ALCIDE Mardi 12 novembre 2013

Hier midi, des représentants du collectif d'étudiants et de l'intersyndicale ont signé avec le préfet, le recteur et Anne Corval, administratrice provisoire, le protocole d'accord prévoyant la création de l'université de Guyane pour la rentrée 2015 ou au plus tard pour la rentrée 2016 (JA) - photos : Jody Amiet

Afficher toutes les miniatures

Après cinq semaines de grève, le collectif d'étudiants et l'intersyndicale ont paraphé hier un protocole d'accord qui prévoit la création de l'université de Guyane au plus tard à la rentrée 2016.

Il y a eu un novembre-96 qui s'est soldé par la création d'un rectorat. Il y aura un novembre 2013. Plus précisément le 11 novembre 2013, jour de la commémoration de la fin de la Première guerre. Un clin d'oeil du destin qui en a fait sourire plus d'un hier, à l'occasion de la signature du protocole de fin de conflit, en préfecture. La fin de ce conflit a été saluée par un concert de klaxon dans les rues de Cayenne, et quelques notes de musique traditionnelle devant la préfecture. L'accord prévoit la création de l'université de plein exercice « à la rentrée 2015 ou au plus tard à la rentrée 2016 » . « C'est une belle victoire. C'est la vôtre » , lâchait Jean-Étienne Antoinette à l'adresse de Didier Béreau, l'un des porte-parole de l'intersyndicale. Mais, le sénateur-maire concède que « le plus difficile reste à faire » surtout que le « calendrier est tendu » . Comme l'a rappelé le président de Région Rodolphe Alexandre, il faut désormais « mettre en place les filières » et aussi le budget. Il sait que la Région, et la collectivité unique le cas échéant, devra augmenter sa participation financière. La signature du protocole est « porteuse de beaucoup d'espoir » , a précisé Anne Corval, l'administratrice provisoire qui a la lourde tâche de mettre cette université en musique « dans un temps relativement court » .
REPRISE DES COURS
De son côté, l'intersyndicale se prépare à se remettre rapidement au travail. Le pôle universitaire sera ouvert dès aujourd'hui et les cours reprendront lundi prochain au plus tard. Questionné sur le rattrapage des cours, Laurent Linguet se veut rassurant : « Le nouveau calendrier est tenable » . Il estime qu'aucun examen n'aura lieu en dehors du calendrier universitaire. « On s'est battu pour avoir de vrais diplômes donc les cours ne seront pas bâclés » , confiait-il, ajoutant que le personnel enseignant est prêt « à réduire le temps de congé » et « augmenter le temps de travail » .
Laurent Linguet a aussi annoncé que le collectif des étudiants et l'intersyndicale survivront au mouvement afin de rester vigilant, notamment sur le travail du directoire. Cette instance, réclamée depuis la nomination d'Anne Corval, ne figurait pas au projet de protocole proposé samedi. C'est pour cette raison que l'intersyndicale et les étudiants n'avaient pas voulu le signer, évoquant la « prudence » . Le document a fait plusieurs navettes entre la préfecture et le piquet de grève avant qu'une version définitive soit adoptée, hier matin.
LE RÔLE DE TAUBIRA
L'accord devait aussi intervenir avant que les Antilles parviennent à le faire capoter, reconnaît l'un des meneurs. Conscients du désastre que provoquera le départ du pôle guyanais, les Antillais, le ministre des Outremer en tête, avaient tout fait pour retarder l'échéance. Pourtant, c'est son homologue du gouvernement qui semble avoir accéléré les discussions en Guyane. Absente au moment de la signature hier matin, Christiane Taubira aura pesé de tout son poids « gouvernemental » dans ce dossier. Le préfet tout comme Jean-Étienne Antoinette, l'un de ses proches, ont salué son implication. « Sans son intervention, on n'aurait pas abouti aujourd'hui » , a-t-il admis. Certainement un clin d'oeil à Rodolphe Alexandre : Guyane 73 avait invité la ministre à s'occuper des problèmes inhérents à sa fonction.
(JA) -
Que dit le protocole d'accord ?
Il prévoit la création de l'université de plein exercice en 2015 ou au plus tard à la rentrée 2016. Le décret sera pris « en 2013 ou au plus tard au premier trimestre 2014 » . Une feuille de route détaillée avec « un calendrier de transition sera établie en toute priorité » . Anne Corval est nommée administratrice provisoire et doit rendre des comptes « exclusivement » à la ministre de l'Enseignement supérieur. Comme les grévistes l'avaient souhaité, le protocole prévoit la mise en place « immédiate » d'un directoire qui « veillera au respect et à la mise en oeuvre des nouvelles dispositions concernant le pôle universitaire » . Anne Cor val est également chargée « d'organiser et d'animer la concertation et le travail collectif et de mettre en oeuvre, étape par étape, l'université de Guyane dans les délais impartis » . L'État s'engage à mettre les moyens à disposition de l'université de Guyane. En attendant des calculs approfondis, le pôle guyanais disposera « de 20 à 30 emplois d'enseignants-chercheurs sur trois ans et de 20 à 30 emplois de BIATSS (personnel non-enseignant, ndlr) sur trois ans à partir de 2013 » . Puis, « aucune poursuite administrative, disciplinaire et/ou pénale ne sera engagée contre les acteurs du mouvement de grève » .

Consultez le protocole d'accord en intégralité ici  
 
Réaction de Rodolphe Alexandre, président de la Région

" Le Président de Région, Rodolphe Alexandre, prend acte avec soulagement et satisfaction de la fin du mouvement de revendications au Pôle Universitaire de Guyane.
Il salue cette victoire de l’Intersyndicale et du Collectif étudiants qui ont su persévérer et faire sauter un certain nombre de verrous afin d’obtenir, à travers cette université de plein exercice que l’ensemble de la Guyane appelait de ses voeux, un outil de développement décisif pour l’avenir de notre territoire. Il félicite par ailleurs l’ensemble des acteurs de cette grève pour avoir
su éviter un que se conflit ne se radicalise, preuve d’une grande qualité de l’encadrement et d’une grande maturité des étudiants impliqués dans ce mouvement.
Dans le cadre de l’élaboration du Schéma régional de l’enseignement supérieur, il invite maintenant l’administratrice provisoire, Anne Corval, ainsi que tous les acteurs compétents en matière d’enseignement supérieur, à se réunir autour d’une table, afin, compte tenu des délais particulièrement contraints, de mettre en place au plus vite une méthodologie de travail, de
définir le cadre juridique de l’entité provisoire qui se substituera au PUG, ainsi que les conditions de délivrance des diplômes pour la présente année universitaire, les filières à mettre en place pour l’an prochain, les budgets, les recrutements des enseignants-chercheurs et des professeurs d’université, etc
."


Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
1 commentaire

Vos commentaires

G.I-973 12.11.2013
Notre avenir nous appartient

Cela fait énormément de bien de savoir la jeunesse en train de prendre en main leur avenir et par la même l'avenir de notre département qui n'attend que cela depuis des siècles! Ceci n'est que le début... Quelle source d'espoirs!

Répondre Signaler au modérateur