France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Actualité
  • - Éducation / Santé / Environnement
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
CAYENNE

Inquiétude concernant la rentrée de l'école d'infirmières

Samir MATHIEU Mercredi 1 Août 2018 - 15h01
Inquiétude concernant la rentrée de l'école d'infirmières
Les membres du CHSCT mécontents après la réunion avortée sur l’avenir de l’école d’infirmières de Cayenne - S.M.

L’incertitude plane toujours sur la rentrée de l’école d’infirmières de Cayenne. Installée dans des locaux vétustes et dangereux, l’école n’a même plus de salle pour les travaux pratiques ! Une réunion devait avoir lieu ce matin pour aborder le dossier. Elle a du être annulée car les représentantes de la CTG et de l'ARS étaient absentes !

Le Comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) de l’hôpital Andrée-Rosemon de Cayenne est inquiet et en colère. En cause, la situation dégradée de l’école d’infirmières (IFSI) qui se situe dans l’ancien campus Saint-Denis. Les locaux sont délabrés à tel point qu’un avis de DGI (Danger grave et imminent) a été émis le 18 juin dernier. Normalement suite à une telle décision, un CHSCT extraordinaire doit se tenir immédiatement les jours qui suivent. Là, cela fait un mois et demi, et toujours rien. (...)
Les membres du CHSCT mécontents après la réunion avortée sur l’avenir de l’école d’infirmières de Cayenne -


LE POINT COMPLET DANS VOTRE EDITION DE JEUDI

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
3 commentaires

Vos commentaires

skol973 04.08.2018

Il y a une pdte du CA du CHAR qui est un fantôme. Depuis 2015, elle est apparue que 2 fois, même durant le conflit des urgentistes, elle était absente. Je vous rappelle que cette pdte, est cadre infirmière au CHOG à SLM. Comment a t elle pu fermer les yeux sur l état de bâtiment ? On s étonne que nos jeunes préfèrent partir. Je pourrais dire qu'il y a des élus qui devraient rendre leurs tabliers. Vous avez un pdt de la CTG qui bougent, donc si vous n arrivez pas à le suivre...

Répondre Signaler au modérateur
Ergo sum 01.08.2018

Et ça veut l'Ecole de Santé des Armées en Guyane, ça veut une faculté à SLM ça veut ceci et cela.

Vous n'avez aucun mot sur les nominations à l'ARS mais trouvez des élus un tant si peu respectables pour vous représenter à la tête de la CTG, sinon ce pays finira très mal.
Il n'y a que rien de mieux en Guyane ? Rien et personne ?

Répondre Signaler au modérateur
dtc97300 01.08.2018

Heureusement on cherche les nouveaux talents...mon dieu.

Répondre Signaler au modérateur