En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies, cliquez ici. X Fermer
  • Actualité
  • - Éducation / Santé / Environnement
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +

Emanèse Jeanty : une réussite multiculturelle

Dayale GUERRIER Vendredi 09 février 2018
Emanèse Jeanty : une réussite multiculturelle
Emanèse Jeanty (à droite), ancienne élève du lycée Félix-Éboué, a rencontré hier, durant près de deux heures, les élèves d'hypokhâgne et khâgne (DR)

Hier, à Félix-Éboué, les étudiants d'hypokhâgne et de khâgne, respectivement en première et deuxième année de classe préparatoire aux grandes écoles, rencontraient une des leurs. Emanèse Jeanty, ancienne élève du lycée, âgée de 26 ans et travaillant à l'international, est venue leur parler de son expérience.

Chargée de mission universitaire à l'ambassade de France, au Canada, Emanèse Jeanty est d'origine haïtienne.
Basée à Otawa depuis septembre 2016 et entamant les derniers mois de son contrat qui prend fin en août, elle revient devant les élèves, pour et avec eux, sur deux années intenses et belles en terme de rencontres. La jeune femme commence avec une petite introduction durant laquelle elle se présente et explique son parcours : hypokhâgne à Félix-Éboué, une licence d'anglais à Paris suivie d'un master qui la conduira à la Nouvelle-Orléans et enfin cette candidature sur CV web - une plateforme de recherche d'emploi - qui la mènera au poste qu'elle occupe aujourd'hui.
LES QUESTIONS DES ÉLÈVES
Ce sont les professeurs qui ouvrent le bal des questions. Les supplications de la jeune femme - « Posez des questions s'il vous plaît! - auront raison du silence de cathédrale des élèves. Quelques-uns lui demandent comment s'est passé son année d'hypo-khâgne, sa première année au Canada ou encore si elle compte revenir en Guyane. Divisée entre l'envie de continuer à découvrir le monde et le désir de revenir aux sources - puisque la Guyane est le département où elle a grandi - Emanèse Jeanty indique, poliment, que le Canada, qu'elle avait mis du temps à apprivoiser, lui manquerait et que l'adieu à cette vie pleine de responsabilités et de mouvements serait difficile.
ÉTUDIER, PAS SEULEMENT DANS L'HEXAGONE
Durant la rencontre les élèves comprennent que la culture générale, la persévérance, la réactivité et la capacité d'adaptation sont les maîtres mots du parcours de la jeune femme. Des qualités qu'ils devraient acquérir facilement d'autant qu'elle Emanèse Jeanty a commencé comme eux en hypokhâgne. Outre son expérience, elle a surtout donné des conseils aux élèves. « On a souvent le syndrome de l'imposteur, j'ai dû lutter contre ça aussi. On pense ne pas être à sa place et on se laisse impressionner. Ne doutez pas de vos capacités, si vous êtes à un endroit et que vous exercez une fonction, c'est que vous en avez les capacités! Surtout si vous avez le parcours qui va avec » . Après des encouragements et un échange cordial, parsemé de petites anecdotes et d'éclats de rire, l'ancienne lycéenne de Félix-Éboué prend le temps d'échanger individuellement avec certains élèves et de distribuer carte et coordonnées. Pour Kassandra Cicéron, l'une des élèves, la rencontre était enrichissante. « C'est très intéressant d'avoir pu entendre son expérience car on pense souvent à la Métropole en matière de mobilité ou à l'Europe. Elle a prouvé qu'on peut réussir ailleurs. »

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire