En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies, cliquez ici. X Fermer
  • Actualité
  • - Éducation / Santé / Environnement
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +
CAMOPI

Camopi n'en peut plus d'attendre

A. S.-M. Mercredi 21 septembre 2016
Camopi n'en peut plus d'attendre
Le comité d'accueil est prêt pour recevoir le sous-préfet et le recteur à Camopi (DR)

Alors que le sous-préfet aux communes de l'intérieur et le recteur doivent arriver aujourd'hui, la tension monte dans la commune.

La matinée d'hier a été très mouvementée à Camopi où les parents d'élèves bloquent depuis dix jours écoles, collège, antenne de la CTG, poste et mairie pour réclamer notamment des logements pour les enseignants. Ce sont deux réunions organisées en mairie qui ont provoqué leur colère. D'abord une réunion du parc national. « On est allé les déloger » , raconte Tolozen Chanel, porte-parole des parents d'élèves. « Mais après, il y a eu une réunion organisée discrètement par le fils de monsieur Cazala, le conseiller du maire, avec quelques élus. C'est ça qui a vraiment énervé les gens, surtout les jeunes. » Il y aurait eu un peu de casse dans la mairie, un drapeau tricolore arraché et un adjoint bloqué à l'intérieur du bâtiment. « J'avais prévenu que les choses allaient déraper. Ça ne fait que commencer car beaucoup de jeunes sont excédés » , commente Tolozen Chanel.
C'est dans ce contexte que la « mission fleuve » du rectorat est arrivée avec cinq enseignants remplaçants. Ces derniers ont découvert qu'aucun logement n'était disponible. « Ils ont dit que s'ils n'avaient pas de logement d'ici vendredi, ils repartaient à Cayenne. »
LE RECTEUR ET LE SOUS-PRÉFET ATTENDUS AUJOURD'HUI
Aujourd'hui, c'est au tour du sous-préfet aux communes de l'intérieur, Éric Infante, d'arriver sur place en compagnie du recteur Youssoufi Touré. Avant son départ, le recteur prévenait : « Il ne faut pas s'attendre à avoir des logements demain juste parce que le recteur y va. » Sur place, la délégation pourrait toutefois annoncer l'installation de structures légères à moyen terme. « À plus long terme, on va reprendre les engagements de 2014 et mettre des traceurs pour avancer » , ajoute le recteur.
Pour les habitants, cette visite est d'ores et déjà incomplète. « Nous n'avons toujours aucune réponse du président de la CTG, or on veut que ce soit lui qui vienne » , insiste Tolozen Chanel. Par communiqué, le président de la collectivité, actuellement hors du territoire, a annoncé qu'il avait « demandé à ses vice-présidents d'organiser une mission dans la commune afin d'être au plus proche de la population » . Réponse des parents d'élèves, par la voix de leur porte-parole : « Nous voulons que ceux qui viennent aient autorité pour signer des engagements. Sinon, ça ne sert à rien, on continuera de bloquer. »

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire