France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

Une piste pour désenclaver Ouanary

Guillaume REUGE Mercredi 07 novembre 2018
Une piste pour désenclaver Ouanary
Habitants du village et opérateurs touristique souhaitent que la piste d'atterrissage de la commune soit rénovée. Un tel investissement, au moins 900 000 euros, permettrait de désenclaver Ouanary (GR)

Créée par le pionnier François Susky, dans les années 1980, et en jachère depuis vingt ans, la piste d'atterrissage de Ouanary est en chantier. Sa réfection permettrait à la commune de se désenclaver.

« Une des plus belles balades de Guyane » Le trajet Cayenne-Ouanary survol, entre autres, l'embouchure de l'Approuague. (GR)
Le projet de rénovation de la piste d'atterrissage de Ouanary est également porté par l'aéroclub de Cayenne, Zel Lagwiyann. (GR)
Le premier biplace s'était posé sur la digue de Ouanary. C'était dans les années 1980 et la piste d'atterrissage n'existait pas. À son bord, François Susky, le pilote le plus célèbre de Guyane. En 1985, il décide de créer la piste en contre-bas du village. Elle restera en activité jusqu'au début des années 2000. Mais depuis, « la dotation de l'État a diminué » et la commune de 84 âmes n'a plus les moyens d'entretenir les 800 mètres de piste communale. « La nature a repris ses droits » , constate Éric Rozé, maire de Ouanary depuis 1995. La commune, déjà isolée à l'échelle de la Guyane, se retrouve « totalement enclavée » , explique l'édile, un brin nostalgique de l'époque où des avions de vingt places se posaient à Ouanary.
LES TROIS PISTES DE L'EST HORS-SERVICE
« J'ai profité de la présence de la société Ribal qui retape celle depuis Saint-Georges pour faire déboiser les abords de la piste, mais nous n'avons pas les moyens d'en faire plus » , explique Éric Rozé. Il manque 900000 euros à la commune pour la remettre en état de fonctionnement. Une somme astronomique et au-delà des ressources de Ouanary qui doit déboiser davantage, ressurfacer la piste, la damer et l'élargir car actuellement elle ne fait que 20 mètres en largeur, ce qui empêche les avions de faire demi-tour. Par ordre de comparaison, la piste de Saül, en réfection actuellement, fait 48 mètres de large. Outre Ouanary, c'est tout l'est de la Guyane qui est privé de ligne aérienne. La piste de Saint-Georges n'est plus utilisée depuis le prolongement de la RN2 de Régina jusqu'au Brésil. Celle de Camopi, achevée en 2013, n'est pas ouverte aux vols privés et commerciaux. La piste « est belle » selon les pilotes de l'aéroclub de Cayenne-Matoury Zel Lag-wiyann, mais « il faut une autorisation pour pouvoir s'y poser » . Sans être envieuses de ses cousines de l'ouest, Ouanary lorgne les avions d'Air Guyane qui apportent leur lot de touristes.
LE TOURISME POUR DÉSENCLAVER
Éric Rozé en est persuadé, ses administrés sont pour l'ouverture au tourisme : « C'est ce qui fait tourner l'économie du village! » Entre les grottes, la montagne d'Argent et le point de vue sur l'embouchure de l'Oyapock, Ouanary ne manque pas d'atouts. « Ce village très typique est une curiosité touristique de part sa position sur la carte » , explique Céline La-porte, directrice de l'association Peupl'en harmonie, qui propose des circuits de deux à trois jours sur Ouanary. « Une ligne aérienne apporterait de la plus-value et permettrait de réduire les temps de transport. De Cayenne, il faut minimum trois heures de voitures plus deux heures de pirogue pour rejoindre Ouanary. »
VERBATIM - Une ligne ouverte à Camopi en 2019
« L'aérien synonyme de désenclavement des communes isolées est une évidence. Moins pour Saint-Georges où l'ouverture de la route a supplanté l'avion. À Ouanary, des travaux ont été enclenchés par le maire, mais la commune ne dispose pas d'infrastructures, de caserne, donc l'ouverture d'une ligne régulière n'est pas pour tout de suite, même si la réfection permettrait déjà aux vols privés de s'y poser. Notre priorité, c'est Camopi. Il y a une nécessité d'ouvrir ce service et ce sera fait en 2019. Après le désenclavement numérique, il faut qu'il soit aussi physique. Actuellement, il n'y a pas de vols réguliers, seulement des vols privés et la population augmente. Ce qui bloque depuis que nous avons récupéré le dossier (depuis la fusion en 2016 entre le Département et la Région, ndlr), ce sont les garanties financières de l'État. Avec l'obligation de service public (OST), les lignes aériennes sont subventionnées. À hauteur d'1,4 million d'euros par an pour l'État en Guyane et 8 millions pour la CTG. Nous espérons un engagement plus important de l'État et nous n'avons pas encore obtenu le financement, c'est pourquoi nous n'avons pas obtenu le financement qui nous permettrait de déclencher l'OST et de faire exploiter la ligne par une compagnie, Air Guyane, par exemple. »
Isabelle Patient, vice-présidente de la Collectivité à l'aménagement et au transport.
ILS ONT DIT
Rémi Pernod, membre de l'aéroclub Zel Lagwiyann : « La plus belle balade »
(GR)
« Je me suis posé une dizaine de fois à Ouanary pour amener des techniciens EDF nécessaires à l'entretien du groupe électrogène du village.
Cayenne-Ouanary en avion, c'est la plus belle balade de Guyane. On survol le marais de Kaw, la réserve du Connétable, les trois pitons de la montagne Favard, l'Approuague... C'est un trajet court et très varié. »
Céline Laporte, opératrice touristique : « Pas que des camps en forêt »
(GR)
« Actuellement, je peux emmener à Ouanary quinze touristes au maximum, une fois tous les deux mois. Dès l'ouverture des dates, les réservations se remplissent en une semaine. Il y a une vraie demande pour cette destination moins connue. Je souhaite développer le tourisme dans les villages et montrer qu'il n'y a pas que des camps en forêt en Guyane. La réfection de la piste permettrait d'ouvrir Ouanary au tourisme. »

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire
L'info en continu
1/3