France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
INTERNET

Un nouveau câble sous-marin va permettre à la fibre de se renforcer en Guyane

Samir MATHIEU Samedi 21 juillet 2018
Un nouveau câble sous-marin va permettre à la fibre de se renforcer en Guyane
Le navire d'Orange chargé des travaux sous-marins du câble internet Kanawa. En médaillon : Chantal Maurice, la déléguée régionale d'Orange (DR)

L'installation du nouveau câble sous-marin d'Orange va bientôt débuter. Il permettra de sécuriser la connexion en Guyane et d'offrir plus de débits internet pour le futur. Sa mise en service est prévue pour la fin de l'année.

C'est le chantier de ce second semestre en terme de nouvelles technologies pour la Guyane : le déploiement d'un nouveau câble sous-marin pour raccorder le péyia u très haut débit. Un chantier intégralement porté et financé par l'opérateur téléphonique Orange. Il s'agit d'un budget d'un peu moins de 40 millions d'euros d'investissement. Il a deux objectifs affichés comme le rappelle la déléguée régionale d'Orange, Chantal Maurice : « sécuriser à 100% la connexion et absorber l'augmentation de trafic en prévision de l'accroissement de la population » en Guyane.
UN CHANTIER DÉCOUPÉ EN TROIS PHASES
Le nouveau câble de 1 746 kilomètres reliera Kourou à la Martinique, où il sera connecté au câble ECFS qui relie les Caraïbes aux États-Unis. Il permettra d'offrir à la Guyane deux accès redondants aux réseaux télécoms mondiaux en complément d'Americas II. Kanawa, qui signifie pirogue en langue amérindienne kalina, disposera d'une capacité de dix terabits par seconde. Sa durée de vie minimale sera de 25 ans.
Concernant le chantier, le planning va se découper en trois phases : la pose du câble en pleine mer, de la Martinique vers la Guyane. C'est à charge du Pierre de Fermat, l'un des six navires câbliers d'Orange. Il doit débuter ses opérations d'ici la fin du mois de juillet, jusqu'au début du mois de septembre. Là, il s'arrêtera à quelques 25 kilomètres au large des côtes guyanaises, en raison d'une trop faible profondeur des eaux, qui est de seulement environ 20 mètres au large de Kourou. La deuxième étape consistera à « atterrir le câble » . Concrètement, il s'agira de relier le câble sous-marin à la terre ferme. Les premiers tests seront effectués à ce moment là, à la fois en Martinique et en Guyane. La mise en service sera la troisième et dernière étape de ce chantier. Elle est fixée pour le mois de décembre.
ANTICIPER L'AVENIR D'INTERNET EN GUYANE
Les délais ont été rallongés, depuis le lancement du projet en 2016, en raison de problèmes d'autorisations administratives qui ont tardé à arriver. La pause du volet terrestre est, elle, ralentie, à cause de la ponte des tortues. Orange devra attendre la fin de cette période, au mieux en octobre, pour passer à la phase deux.
L'arrivée de Kanawa est un véritable progrès technologique pour la Guyane, qui n'aura plus à subir des coupures comme celle du mois de mars, où les débits internet avaient été quasiment réduits à néant en raison d'une coupure du câble Americas II. Ce dispositif va permettre à Orange « d'anticiper sur l'avenir de la Guyane » , souligne Chantal Maurice, fière du travail des équipes de l'opérateur. Le câble Kanawa sera ouvert aux autres opérateurs, qui moyennant finances, pourront profiter, et faire profiter leurs clients, des très hauts débits proposés par cette nouvelle autoroute technologique sous-marine.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire