En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies, cliquez ici. X Fermer
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +

Saint-Georges passe au vert

T. F. Mardi 29 novembre 2016
Saint-Georges passe au vert
Une centrale biomasse-bois va être construite près de la Scierie Oyapock à partir de juillet (TF)

EDF a posé hier la première pierre de la future centrale biomasse, dont la mise en service est prévue en 2019. Conjugué à la modernisation de la centrale hydroélectrique de Saut-Maripa, le projet doit permettre d'alimenter la commune de Saint-Georges en énergie dite « verte » .

Qu'il ait été « dans les tiroirs » ou « dans les tuyaux » depuis de longues années ne change pas grand-chose. Le projet d'une centrale biomasse s'est longuement fait attendre. Toutefois, il semble que tout puisse arriver à point à qui sait attendre. Ou plutôt se montrer insistant et entreprenant.
Ainsi, hier matin, le président directeur général du groupe EDF, Jean-Bernard Lévy, était à Saint-Georges de l'Oyapock afin de procéder à la pose de la première pierre de la future centrale, située à trois kilomètres du bourg. Mais le projet a encore besoin d'une signature des plus importantes avant de voir le jour.
En effet, la société Abiodis Guyane - qui a été créée en 2011 afin de porter le projet - attend toujours l'agrément du ministère de l'Économie et des Finances pour « déverrouiller le financement » , explique son président Mathieu Fabbri. « Sans agrément, le projet ne sera pas viable » , précise le dirigeant. Néanmoins, compte tenu de l'avancée du dossier, il ne devrait s'agir que d'une formalité.
« NE PAS OUBLIER LES AUTRES COMMUNES »
Des trois structures comprises dans le projet, deux sont déjà opérationnelles. La Sefeg (société d'exploitation forestière de l'Est guyanais) et la Scierie Oyapock. La première travaille en étroite collaboration avec l'ONF (Office national des forêts) afin de procéder à un abattage « contrôlé et directionnel » d'arbres (cinq à l'hectare maximum) spécialement choisis. Pour l'heure, elle emploie sept salariés mais devrait en compter quinze lors de la mise en service de l'usine biomasse, en 2019. La seconde exploite les bois abattus et livrés par la Sefeg. À ce jour, douze personnes y ont trouvé un emploi. Les salariés devraient être au nombre de 25 en 2019.
L'objectif est de permettre à la ville de Saint-Georges de ne plus être alimentée qu'en énergie dite « verte » , d'ici un peu plus de deux ans. La ville n'étant pas raccordée au réseau électrique principal d'EDF -« en raison de son éloignement » se justifie le groupe - elle devrait pouvoir délaisser le fioul pour sa production en électricité. Un système qui aura également l'avantage de réduire la consommation d'énergie.
« C'est un message fort pour la population de Saint-Georges mais aussi pour les investisseurs, se félicite le maire, Georges Elfort. La commune est en avance sur la mise en place de l'énergie renouvelable, mais il ne faut pas oublier les autres communes, comme Camopi, qui doivent bénéficier d'un même développement. »
Les travaux de construction de la centrale sont programmés pour juillet 2017.
Un projet à 36,5 millions
Vingt-huit millions d'euros pour la centrale biomasse-bois, qui tournera avec deux chaudières de 6,8 MWh chacune, pour une puissance de 3,6 MW. Elle sera en service vingt-quatre heures sur vingt-quatre et fera travailler dix à douze salariés.
Six millions pour l'exploitation forestière Sefeg, qui emploie sept salariés. Elle approvisionne la Scierie Oyapock (2,5 millions d'euros d'investissement) en bois d'oeuvre et alimentera la centrale biomasse en « bois énergie » . De plus, elle recyclera les résidus de scieries en les broyant afin de les intégrer dans la biomasse.
Pour son financement, le projet a bénéficié de subventions Feder mais aussi d'un fort investissement de l'Agence française de développement (AFD).
PLUS D'INFOS - Saut-Maripa modernisée
EDF va investir 7 millions d'euros pour fiabiliser et renforcer la capacité de production de la centrale hydroélectrique de Saut-Maripa. En 2018, les vannes seront remplacées, les trois turbines rénovées et la centrale sera reliée par fibre optique à un automate de gestion de l'énergie basé à Saint-Georges.
Le PDG d'EDF très attendu
Jean-Bernard Lévy, président directeur général du groupe EDF, était à Saint-Georges hier pour la pose de la première pierre de la centrale biomasse (photo) que doit accueillir la commune en 2019. Pendant ce temps à Saint-Laurent, le collectif des Iguanes érigeait un barrage, réclamant la confirmation de la venue du PDG aujourd'hui.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire