En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies, cliquez ici. X Fermer
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +

« On espère que ça va redémarrer »

S. H. Jeudi 25 janvier 2018
« On espère que ça va redémarrer »
Les commerçants attendent beaucoup des semaines à venir (SH)

Lancés le 3 janvier, les soldes se poursuivent jusqu'au 13 février. Des commerçants dressent un premier bilan... mitigé

Quelles que soient leur période, leur durée... les soldes, de l'avis de tous les commerçants interrogés hier ont un impact bénéfique sur leur activité. Avancés au 3 janvier cette année en Guyane, ils n'ont cependant pas encore eu l'effet escompté. La plupart des boutiques compte beaucoup sur les trois semaines à venir pour faire des affaires.
Françoise, commerçante à Montjoly 2, pense qu'il « n'existe pas de période idéale » . Vanessa, responsable d'une boutique de vêtements pour enfant, indique que les soldes « ont bien démarré » . Elle constate néanmoins depuis quelques jours « une accalmie liée à la période des fêtes et au début du carnaval. On espère que ça va redémarrer. »
Pour elle, comme pour d'autres, ces soldes de janvier ne sont pas les meilleurs de l'année. Ils « servent à écouler nos stocks. Par contre, certains clients attendent vraiment cette période pour effectuer des achats qu'ils ne feraient pas autrement. »
Dans une autre boutique, spécialisée en vêtements haut de gamme, Prescillia, la vendeuse, ajoute qu'elle n'attend pas les soldes pour afficher des promotions. L'idée c'est de « tout faire disparaître » pour « laisser la place à la nouvelle collection » .
MARS-AVRIL A FAIT MAL AUX PORTES-MONNAIE
À l'opposé du centre commercial, la boutique Obsession surfe sur la vague carnaval pour vendre ses chaussures argentées et dorées, « très prisées pour les soirées. C'est ce que je vends le plus actuellement. Mais le mouvement de mars-avril a fait mal aux portes-monnaie. Par ailleurs, si le produit ne plaît pas, ce n'est pas parce qu'il est moins cher que la cliente va l'acheter. »
« On n'a pas forcément sous la main le personnel nécessaire. Les soldes donnent du travail supplémentaire, constate Carole, responsable des boutiques Etam et Celio en centre-ville de Cayenne. Et d'ajouter que cette année « les compagnies aériennes ont fait des promotions. Beaucoup de personnes sont parties, dépensant autrement leur argent. « Les soldes font partie du commerce. Il faudrait juste décaler leur date. Ceux d'octobre sont souvent meilleurs. »

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire