France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

Nicolas Hulot dénonce « l'inutilité du projet Montagne d'or »

FXG Vendredi 13 juillet 2018
Nicolas Hulot dénonce « l'inutilité du projet Montagne d'or »
Le ministre de la Transition écologique, Nicolas Hulot, le 3 juillet 2018 à l'Assemblée nationale. - Eric FEFERBERG (AFP)

Enjoint par le député Gabriel Serville d'aller convaincre le président Emmanuel Macron de s'opposer à la mine d'or, Nicolas Hulot, le ministre de l'environnement, a parlé mardi devant les députés d'un « projet en trompe-l'oeil et dont la part de bénéfices ne profitera pas à nos concitoyens » .

La réunion de la commission du développement durable de l'Assemblée nationale, le 10 juillet, a été l'occasion pour le ministre de la Transition écologique qui était auditionné, de dire tout le mal qu'il pensait du projet de la Montagne d'or. Le député GDR de Guyane, Gabriel Serville, qui réservait jusqu'alors sa position définitive sur le projet (lire notre édition du 9 juin) s'est montré direct en enjoignant Nicolas Hulot ( « Ce n'est pas une question, c'est une invitation » , a dit le député) de « convaincre le président de la République de renoncer à ce projet » .
Nicolas Hulot s'est montré plutôt disert et surtout tranché sur ce sujet. Alors que la consultation publique a pris fin le 7 juillet dernier et que le secrétaire d'État, Sébastien Lecornu, doit se rendre en Guyane pour assister à la restitution des conclusions de ce débat public d'ici la fin juillet, Nicolas Hulot a clairement fait comprendre son opposition à la Montagne d'or. Il a argumenté sur « l'inutilité et la dimension de ce projet » : « J'aimerai, a-t-il énoncé, que dans le débat et l'instruction qui est en cours apparaisse clairement à tous ces élus (qui ont souhaité et voulu ce projet, ndlr) que ce projet est démesuré et n'aura pas les bénéfices sociaux et encore moins économiques que l'on a présenté sur le papier! »
IMPLICATION DANS L'OMBRE DE NICOLAS HULOT
Le ministre assure même qu'il sera « totalement mobilisé pour que, un peu comme à Notre-Dame des Landes, apparaisse spontanément et naturellement l'innocuité de ce projet » . Il est allé plus loin encore dans son argumentaire en jouant les Cassandre : « Quand l'État et les acteurs vont se rendre compte du coût pour les citoyens, notamment de l'investissement en plusieurs centaines de millions d'euros pour le raccordement électrique de la mine, les arguments économiques vont fondre comme neige au soleil! » Et si Nicolas Hulot a assuré ne pas être « fermé sur le principe aux mines d'or » , il assure qu'en l'occurrence, il s'agit d'un « projet en trompe-l'oeil et dont la part de bénéfices ne profitera pas à nos concitoyens » . Le ministre de la Transition écologique a regretté que les défenseurs du projet n'aient pas pris part au débat organisé par la Commission nationale du débat public. Nicolas Hulot a conclu son intervention par ces mots qui ont étrangement retenti dans la salle de la commission : « Vous connaissez mon sentiment sur ce projet et mon implication qui ne se fait pas forcément dans la lumière, mais qui peut se faire parfois dans l'ombre. »
Si Emmanuel Macron a annoncé qu'il attendrait l'automne et les résultats du débat public pour « prendre position à ce moment-là » , Nicolas Hulot n'aura pas eu la même patience, fusse-t-il dans l'ombre de Jupiter!
FXG, à Paris

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
7 commentaires

Vos commentaires

Ergo sum 15.07.2018
Gigolo

Le non développement de la Guyane n'a rien à voir avec les capacités de ses habitants. Ses causes résident dans son statut politique. La nécessité de réformer le système à la française est criée sur tous les toits métropolitains tandis qu'en Guyane des personnes apparemment sensées attendent encore un développement économique quelconque dans ce cadre sclérosé qui a aboli le déjà existant en Métropole...

La seule innovation dont la Guyane aurait besoin serait les retrouvailles avec l'intelligence. Au lieu de cela viendra le plongeon dans la catastrophe.

Répondre Signaler au modérateur
Ergo sum 15.07.2018
Gigolo

le contrôle administratif que vous choyez n'a rien à voir avec l'utilité économique et d'autres conséquences environnementales de cette mine.
Vous semblez faire partie de cette majorité qui croit que les services de l'Etat sont la solution et la garantie à tout, y compris la pertinence des choix économiques et environnementaux.

Les besoins en développement intelligent sont là depuis longtemps. Cette mine n'est pas une échéance dans le besoin, mais une voie mortifère sur laquelle se fourvoient nos dirigeants après avoir démontré leur incapacité à mener ce pays.

Vous savez pourquoi forcent-ils tous, fonctionnaires et élus ? Parce que c'est leur incompétence qui les oblige : s'ils disaient non à la mine ils devraient dire comment initier un développement économique sans. Et ils ne le savent pas.
La promotion de cette mine leur permet d'exister. Beau et buzz, dire que c'est le nirvana, que le sous-développement est dû à l'absence des gros projets comme cette mine. Du coup ils se dédouanent de leurs échecs passés. Vous comprenez ?
Sauf qu'ils ont tort sur tous les fronts et cette erreur minière sera plus grave que toutes les autres précédentes.

L'activité minière et particulièrement celle-ci n'a rien d'innovant. Je reste quelque peu éberlué que vous puissiez employer cet adjectif devant une mine d'or à cyanure.

Répondre Signaler au modérateur
Timalcayenne 14.07.2018
Courage

Enfin un ministre courageux pour proteger les interets vitaux du peyi face aux multinationales et leurs valets locaux

Répondre Signaler au modérateur
jml973 14.07.2018
Just a gigolo ! je me disais aussi ...

Je ne vois pas en quoi cette mines monstrueuse va stopper le travail dissimuler et les garimpeiros de piller la forêt guyanaise. Pensez vous que ces or-pilleurs illégaux vont se faire embaucher par La montagne d'or ? Pensez vous que le fait d'exploiter de l'or près de Saint Laurent découragera les brésiliens d'aller ravager notre territoire dans le parc amazonien et dans le sud du territoire ? Si vous pensez cela, soit vous êtes naïf et avalez les pauvres arguments ridicules que la Montagne d'Or essaie de faire gober aux guyanais, soit vous avez des intérêts dans l'autorisation de cette méga mine qui n'aura d'autres conséquences que de faire plaisir aux actionnaires de Nordgold et de Columbus Gold et de détruire notre territoire. Avec l'acceptation ou le refus de cette catastrophe environnementale, les Guyanais ont rendez-vous avec leur avenir.

Répondre Signaler au modérateur
Ergo sum 14.07.2018
dites Gigolo

trouvez-vous qu'il serait préférable d'autoriser une giga-mine insensée sous tous les aspects, au lieu de songer aux véritables raisons du non-développement de la Guyane ?
Voulez-vous dire que cette mine amènera qualification et transparence à elle seule ?

Répondre Signaler au modérateur
just a gigolo 15.07.2018

A elle seule, ce serait miraculeux! C'est une opportunité, qui suppose un encadrement précis et donc une capacité à contrôler. Je peux me tromper, mais les échéances sont là. Peut être que le refus d'innover fait partie des raisons du "non développement", mais je respecte votre point de vue!

Répondre Signaler au modérateur
just a gigolo 14.07.2018

Il est sans doute préférable de continuer à bricoler, dans la plus grande opacité, à encourager le travail dissimulé, la sous qualification, et finalement à faire en sorte que l'or "disparaisse"et empêche tout suivi, toute fiscalisation entre autre...

Répondre Signaler au modérateur