En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies, cliquez ici. X Fermer
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +

Matiti : la mairie de Macouria accepte de baisser son prix

Marine Jacques Lundi 20 Novembre 2017 - 18h31
Matiti : la mairie de Macouria accepte de baisser son prix
Un des tracteurs des exploitants agricoles affiliés à la FDSEA devant la mairie de Macouria, mi-novembre (PR)

Au terme d'une réunion à la préfecture, ce lundi après-midi, la mairie de Macouria accepte de vendre aux agriculteurs les terres de Matiti à 50 euros l'hectare, contre les 1 500 euros qu'elle en espérait. L'État compensera le manque à gagner pour les finances communales.

La sortie de crise est à l'horizon, entre les agriculteurs de la FDSEA et la mairie de Macouria. Une réunion s'est tenue ce lundi après-midi à la préfecture entre la mairie, les agriculteurs, le Centre national d'études spatiales (Cnes) et l'État. Au terme de la réunion, la mairie accepte de vendre les terres de Matiti au prix de 50 euros l'hectare aux agriculteurs qui bénéficiaient d'un bail contracté auprès du Cnes. Ces terres et les baux dont jouissaient les agriculteurs avaient été transférés, quasi gratuitement, à la municipalité au milieu des années 1990. Depuis dix jours, la tension était montée entre les agriculteurs de la FDSEA et la mairie, en raison du projet de cette dernière de vendre les terrains à 1 500 euros l'hectare. La mairie les vendra finalement 50 euros. L'État compensera le manque à gagner pour les finances de la mairie.

(Plus de détails dans notre édition de ce mardi)

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
5 commentaires

Vos commentaires

Ergo sum 21.11.2017

skol973, les dix jours ou deux semaines ont été nécessaires pour que la préfecture obtienne l'accord parisien de "dédommager" la mairie de Macouria...
Si l'article est précis alors l'Etat paiera 1450 Euros pour chacun des 3000 hectares et plus = près de 5 millions dans la poche de cette municipalité. Il fallait s'y résoudre, ça a pris du temps.

Répondre Signaler au modérateur
skol973 21.11.2017

Après 10 jours de blocage, le maire accepte de vendre à 50€ l'hectare, ce qui était prévu dans les accords de Guyane. Pourquoi avoir attendu 10 jours...

Répondre Signaler au modérateur
Thierry 21.11.2017

Très bien, mettez-moi 200 hectares de côté. Dans 10 ans, j'exigerai une route, les réseaux et que mon terrain devienne constructible pour en revendre des morceaux à prix d'or. Sinon, je brûle et je saccage tout puisqu'on dirait que ça fonctionne comme ça...

Répondre Signaler au modérateur
jess 21.11.2017

comics ce maire familial ils sont tous comme ça

Répondre Signaler au modérateur
kiki973 21.11.2017
Rien à voir ?

L'état français pourrait imposer aux collectivités le recrutement de ses agents uniquement par voie de concours. Même si le niveau est mince et quelle que soit la catégorie des fonctionnaires des collectivités...
Dans la même ligne de pensée tout le monde paye des impôts même si le montant est de 1€ et même si cela coûte plus cher que ça rapporte à notre état...
Je rêve encore : vous envoyez de l'argent à l'étranger, vous profitez de notre beau pays, on pourrait vous imposer une taxe de X % sur les sommes envoyées.En cas de fraude...on vous expulse! Même régime pour les fraudeurs fiscaux !
Un rêve...mais pas un cauchemar.

Répondre Signaler au modérateur