En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies, cliquez ici. X Fermer
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +
MATOURY

Le quartier Copaya reprend vie

Marie GUITTON Samedi 11 novembre 2017
Le quartier Copaya reprend vie

Les premières clefs de 86 nouveaux logements ont été remises à d'anciens habitants, hier. Suivront bientôt des entreprises et un groupe scolaire.

Les habitants qui avaient été délogés, il y a une dizaine d'années, vont enfin pouvoir redécouvrir leur quartier. Au fond du bourg de Matoury, huit ans après la signature du projet de rénovation urbaine de Copaya, la Ville et ses nombreux partenaires ont inauguré hier les 86 premières habitations de la nouvelle zone d'aménagement concerté (ZAC).
À l'origine, le quartier avait été construit pour répondre à l'accroissement démographique important des années 1980 et 1990. Mais avec les grandes barres d'immeuble HLM avaient aussi poussé de nombreuses difficultés sociales. Tout avait donc été rasé.
Aujourd'hui, fini le « ghetto » enclavé, manquant d'équipements publics. Pour Serge Smock, le maire de Matoury, la nouvelle ZAC de Copaya, ouverte sur la Matourienne et étalée sur une dizaine d'hectares, favorisera la mixité et l'insertion. Au-delà des logements sociaux et intermédiaires, la première pierre d'un groupe scolaire et d'un pôle dédié à la petite enfance a été posée hier, tandis que la zone d'activités économiques, déjà aménagée, est en cours de commercialisation. « C'est le modèle de développement que nous voulons appliquer à tout Matoury » , affirme le maire.
L'opération, chiffrée à 90 millions d'euros, et pilotée par l'aménageur Semsamar et l'urbaniste SQA, devrait s'achever au premier trimestre 2019.
ELLES ONT DIT
Monique Biron, 48 ans, délogée et relogée à Copaya : Il fallait tout casser
J'habitais le quartier de 2000 à 2008, je suis partie parce qu'il fallait tout casser. Ils m'ont mise dans un logement à Concorde. Ici, c'était très bien avec les anciens voisins, mais c'était les logements qui n'allaient pas. Ça nous a fait quelque chose quand ils ont tout cassé, mais c'est plus rassurant aujourd'hui. Mon nouveau logement est plus grand, avec 4 chambres. C'est mieux. J'y vivrai avec mes huit enfants et mes deux petits-enfants.
Jeanne Tarcy, 45 ans, délogée et relogée à Copaya : La vie n'était pas facile
Je vivais ici de 2003 à 2007, la vie n'était pas facile, c'était bruyant, les bâtiments étaient confinés, les jeunes avaient besoin de jouer et c'était impossible de faire la sieste. J'ai été relogée à Concorde et maintenant je reviens ici avec mes quatre enfants, qui ont entre 11 et 23 ans. Il y a 3 chambres, c'est très bien, très ventilé. Ils ont même pensé à la rampe pour les personnes handicapées, ça me touche.
Matourienne : accès bientôt ouvert
Les travaux du giratoire et de la voie de désenclavement de Copaya (plus de 3 millions d'euros au total) ont été achevés il y a déjà quelques mois. L'accès aux automobilistes arrivant de la Matourienne devrait être enfin ouvert d'ici fin novembre, selon la mairie, et permettra de se rendre en quelques coups de volant au centre du bourg. La nouvelle voirie permettra aussi de desservir la zone d'activités économiques de 5 ha aménagée sur le site. La commercialisation de 13 lots compris entre 500 et 3 000 m2 a commencé en 2016. Des entreprises et des ateliers relais, destinés à appuyer de petits artisans, devraient donc bientôt s'y implanter.
86 logements enfin livrés
Vantelles pour atténuer l'ensoleillement et laisser passer le vent, petites terrasses et chambres à l'étage... À la place des 240 logements dégradés détruits à Copaya ces dernières années, ce sont 291 nouvelles habitations que le bailleur social Semsamar s'est engagé à reconstruire. Hier, les 86 premières, des petites maisons mitoyennes, du T2 au T6, ont été inaugurées. Deux clés ont été remises, et les autres suivront d'ici la fin de l'année.
En 2018 sont programmés 140 logements supplémentaires, sociaux et intermédiaires dédiés à l'accession à la propriété, ainsi que 2 000 m2 de surface commerciale pour permettre le retour des anciens professionnels présents dans la zone, notamment des restaurateurs et associations. La première pierre de ces nouveaux chantiers a été posée hier.
Enfin, une troisième tranche de travaux de 65 logements est encore dans les cartons. Tous les habitants délogés il y a dix ans avaient été relogés provisoirement. Une partie d'entre eux, qui n'a pas souhaité revenir à Copaya, s'est vue attribuer 40 logements neufs dans le nouveau quartier Sud Bourg.
Une première pierre pour le pôle enfance
Hier, la première pierre du futur pôle enfance de Copaya a été posée. Une crèche de 40 places et une halte-garderie de 20 places sortiront notamment de terre avant la fin de l'année 2018, en même temps qu'une aire de jeux, un plateau sportif et une maison de quartier. Un groupe scolaire sera aussi livré au premier trimestre 2019 pour accueillir 6 classes de maternelle et 6 classes de primaire, soit environ 150 élèves.
Les travaux ont démarré en août et doivent s'achever en janvier 2019. Coût total de ces équipements : près de 12 millions d'euros, financés en majeure partie par l'État, l'Agence nationale pour la rénovation urbaine (ANRU), la Caisse des dépôts et consignations et la commune de Matoury.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire