En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies, cliquez ici. X Fermer
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +

Le futur, c'est maintenant qu'il se joue

Propos recueillis par Déborah NEUSY Lundi 23 octobre 2017
Le futur, c'est maintenant qu'il se joue
Pour Keita Stephenson, fondateur de l'entreprise de conseil Inceptivo, tout est possible pour l'avenir du territoire. « C'est une question de choix politiques. » (DN)

De passage au forum Guyane 2048 organisé par la revue Une saison en Guyane, le consultant en stratégie et juriste en droit international eita Stephenson fait part de sa vision pour la Guyane dans 30 ans.

Qu'est-ce que l'économie de demain ?
Des emplois verts pourraient voir le jour avec des réseaux d'écofermes, des coopératives, des systèmes de micro-entreprises adossées à des start-up sur des zones franches, portuaires ou transfrontalières, qui collaborent. Ces emplois verts peuvent aller du guide touristique à l'ingénieur en agronomie.
Ces concepts sont-ils réalisables ici ?
Bien sûr. Tous les pays normaux font ça. On pose une vision à long terme et, à partir de là, on décline un projet avec des objectifs à atteindre. On ne peut pas développer un pays autrement.
Quelle est votre vision pour la Guyane ?
La Guyane dans trente ans, c'est plein de possibilités car il y a une diversité culturelle et naturelle hors du commun. L'idée est de créer un modèle de développement où on articule les ressources naturelles et intellectuelles dans un rapport d'équilibre et de respect. C'est facile à faire ici, le territoire n'est ni pollué, ni en guerre. Le problème, c'est qu'il faut sortir du face-à-face avec l'État et passer à une relation multilatérale, où on travaille avec d'autres régions et des firmes multinationales écologiquement responsables. Je défends cette vision d'une économie basée sur la connaissance et le bien-être, qui fait des choix et dont les piliers sont l'éducation et la transmission.
N'est-ce pas idéaliste ?
Non, tout est faisable, mais il y a des choix politiques à mettre en oeuvre. À un moment donné, il faut poser la vision de ce que l'on veut. On ne peut pas dire « on veut les 2x2-voies » , mais plutôt « comment rendre nos populations mobiles, en cohérence avec l'environnement ? » C'est ça la question. La construction d'une route n'est pas synonyme de développement, il suffit de voir l'enclavement de Saint-Georges. On confond les moyens et les objectifs. Aujourd'hui, on a sur notre territoire des architectes, des chercheurs, des semences exceptionnelles, des techniques ancestrales et nouvelles qui rendent tout cela possible. Il s'agit d'un modèle réalisable et souhaitable.
Demain, c'est nous! Moisson Guyanaise, chez Silex /Éditions du sud/association guyanaise d'édition, 2012
« Être un Guyanais, c'est être global »
Le Mouvement des entrepreneurs de Guyane (Medef) a commandé un rapport - Guyane 2040, osons le présent - « en vue de partager une vision du développement durable de la Guyane, en tenant compte de la nécessaire coordination des forces économiques, de la société civile et des institutions publiques » . Keita Stephenson, consultant en stratégie, a apporté son expertise sur ces travaux qui s'articulent autour d'orientations stratégiques pour proposer une vision d'une économie verte et responsable, et d'une gouvernance régionale, de branding (une image de marque pour les sociétés). « Il faut attirer les investisseurs en Guyane en donnant une identité de marque à laquelle les gens pourraient s'identifier, imagine-t-il. L'idée, c'est de dire qu'être un Guyanais, c'est être global. Nous sommes le monde et l'investisseur qui vient chez nous investit dans le monde. »

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
2 commentaires

Vos commentaires

MartinEden 23.10.2017
Inventons-nous.

La Guyane devrait être un pôle d'experiences. Multiplication des pistes cyclables dans toute la région, la pose systématique, de panneaux solaires pour alimenter les entreprises, l'éolienne familiale pour alimenter un foyer. Un site internet mis à jour quotidiennement avec TOUS les évènements en Guyane, les clubs de sport (coordonnées actualisées chaque année,...), les sites touristiques (prix, activités,...), les artisans (menuisiers,...), les constructions à venir ( Decathlon,...).
Montrer que la Guyane s'active et arrêter avec ses politiques + de 20 ans d'usure au pouvoir et des égos de princesse Saoudienne.

Répondre Signaler au modérateur
stéphanie 08.11.2017

Bien dit !

Répondre Signaler au modérateur