En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies, cliquez ici. X Fermer
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +

Le carnaval n'attire toujours pas de touristes

Marie GUITTON Mercredi 17 janvier 2018
Le carnaval n'attire toujours pas de touristes
Pour tenter d'améliorer les retombées financières du carnaval, Rolande Chalco-Lefay (à gauche) et Tchisséka Lobelt (au centre), chargées de la culture à la CTG, ont rencontré vendredi Alex Madeleine et Elisa Frédérick (à droite), du comité du tourisme (MG)

Le carnaval n'attire toujours pas les touristes en Guyane. La Collectivité territoriale et le comité du tourisme souhaitent que l'offre se « structure » . Mais des professionnels soulignent l'absence de réelle stratégie.

Le carnaval est-il une aubaine pour le tourisme en Guyane ? « Pas encore... » , répond Alex Madeleine, le président du comité du tourisme. Il rencontrait la semaine dernière des responsables de la Collectivité territoriale (CTG), afin de réfléchir, une nouvelle fois, à la façon d'en améliorer les retombées.
En 2016, seuls 2% des passagers débarquant sur le territoire citaient le carnaval parmi les objets de leur visite. 21% mentionnaient plus généralement les « excursions et loisirs » . Mais la large majorité était là pour une mission professionnelle (44% ) ou simplement rendre visite à la famille ou à des amis (41%).
Pour les « inciter à inclure le carnaval dans leur programme » , une exposition de mannequins touloulou et de panneaux est installée, depuis quelques années, à l'aéroport Félix-Eboué au début des festivités. « Les gens seront tout de suite touchés par la fièvre du carnaval! » , espère encore cette fois Tchisséka Lobelt, du pôle culture à la CTG. À Cayenne cependant, les professionnels sont dubitatifs. Les défilés ne semblent pas améliorer le taux de fréquentation des hôtels ; des vendeurs de souvenirs rappellent qu'ils n'ont pas l'autorisation d'ouvrir le dimanche ; des barmans disent ne pas voir plus de touristes que d'habitude... « Il n'y a aucune stratégie politique » , tacle aussi le propriétaire du Belova, à Rémire-Montjoly.
« STRUCTURER L'OFFRE »
Rolande Chalco-Lefay, 9e vice-présidente de la CTG, déléguée à la culture, assure que la Collectivité et le comité du tourisme « souhaitent désormais que se mette en place une organisation structurée de l'offre pendant le carnaval » . Mais comment ? Après « La Guyane, terre de saveurs » et « La Guyane, terre de talents » , ils lanceront cette année le slogan « Bienvenue en Guyane, terre de carnaval » , et auraient déjà commencé à se réunir pour préparer l'édition 2019, « en lien avec tous les secteurs » . « Le carnaval n'est pas le produit phare de la Guyane, c'est l'un de ses produits phares, aux côtés du patrimoine, de la culture..., souligne l'élue. L'idée, c'est qu'entre les défilés, les touristes puissent en profiter pour visiter les musées, la nature en effectuant quelques promenades et faire connaissance avec les différentes communautés de Guyane. »
Elle appelle également à « développer les packages pour le tourisme local, que les gens de l'intérieur viennent sur le littoral, par exemple » . Selon les derniers chiffres, un Guyanais sur dix aurait assisté au carnaval en 2015, et plus d'un résident sur deux aurait effecté dans l'année un déplacement touristique de loisirs.
« Pas un touriste pour le carnaval »
(MG)
Richard Gabriel, propriétaire des hôtels Amazonia, et Maria Chidiac, directrice de l'Hôtel Amazonia de Cayenne
- Maria Chidiac : « Quand le carnaval passait devant l'hôtel, quelques personnes étaient intéressées par nos balcons. Ensuite, on a essayé de faire des petites réductions pour attirer des touristes, mais ça n'a pas marché. On aimerait avoir plus d'appui du comité du tourisme. Il y a un problème de promotion de la destination, du prix du billet d'avion, et une énorme concurrence de la Guadeloupe et de la Martinique. »
- Richard Gabriel : « Je pense surtout que les parades sont trop espacées.
Notre hôtel existe depuis 40 ans et je n'ai pas vu un touriste pour le carnaval. Que voulez-vous qu'ils fassent le lundi, le mardi, le mercredi, le jeudi... en attendant le prochain défilé ? Les gens qui vont au carnaval dorment chez l'habitant. »
« Il n'y a aucune stratégie »
(MG)
- Serge Fulgence, propriétaire du complexe Belova « Je crois qu'il y a deux marqueurs identitaires très forts en Guyane : le bouillon d'Awara, et le carnaval. Au Belova, on est donc en train de travailler sur une stratégie, avec des partenaires, pour proposer des packages Découverte Guyane. Dans notre restaurant, on veut offrir du bouillon d'Awara toute l'année, et on voudrait trouver pendant toute la période du carnaval des groupes d'animation musicale pour faire des bals. Ça prend du temps et il faut raison garder, je ne pense pas attirer les touristes européens ou métropolitains ; mais je pense à nos cousins antillais. Le carnaval, ça se danse, on participe... Je crois que c'est un vrai produit, que la demande existe. C'est l'offre qui n'existe pas. On a une chance énorme à travers la candidature du touloulou à l'Unesco. Je regrette que tous les opérateurs privés ne soutiennent pas la démarche, et aussi tous les politiques. Il n'y a aucune stratégie politique. Vous ne pouvez pas espérer des retombées si vous n'investissez pas. Je pense qu'ils n'y croient pas. »

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
1 commentaire

Vos commentaires

amigo 19.01.2018

Tout est résumé par monsieur Fulgence : "nos chers élus n'y croient pas" point barre! aucune volonté, aucun intérêt bref on a les élus qu'on mérite!

Répondre Signaler au modérateur