France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

La bière au couac, ce n'est qu'un début...

Angélique GROS Lundi 13 août 2018
La bière au couac, ce n'est qu'un début...
Frédéric Faruggia, directeur de la brasserie, et sa nouvelle bière au couac. La bière blonde de la Brasserie Guyanaise a changé deux fois d'étiquette (AG)

Le premier brassin de la Jeune Gueule au manioc est embouteillé mais la bière ne sera commercialisée qu'en 2019. Les plus curieux pourront déguster la bière au détour d'une visite de la Brasserie Guyanaise qui travaille à d'autres projets à base de produits locaux.

.Le premier brassin de la Jeune Gueule au manioc, soit 2 000 litres, est embouteillé et prêt à être distribué à ceux qui ont contribué à la campagne de crowfunding (financement participatif, ndlr) pour soutenir la brasserie guyanaise (lire ci-contre) . Pour les autres, une dégustation est possible au détour d'une visite à la brasserie, à Roura.
L'idée de faire une bière au couac était dans les cartons depuis quelques années déjà, explique Frédéric Farrugia, directeur de la brasserie. « On sait que c'est une source d'amidon et donc de sucre, mais la théorie et la pratique, c'est différent et il n'y avait pas de ressources scientifiques sur le sujet. »
En 2017, il lance l'expérimentation, d'abord à petite échelle. Les résultats s'avèrent très vite encourageants tant au niveau du processus que gustativement. Aujourd'hui, c'est une bière à la robe fruitée, avec une pointe d'amertume tirant vers le goût du chadec en bouche qui est née. Et l'un des avantages pour le brasseur, est qu'elle est réalisée en substituant une partie de l'orge nécessaire, et importé, par du couac. Pour des raisons de production, elle ne sera pas commercialisée avant 2019.
DES BIÈRES S'INSPIRANT DE RECETTES TRADITIONNELLES
Ce projet a donc abouti, mais ce n'est pas le seul que porte Frédéric Farrugia. « Dès qu'on a commencé à faire de la bière, en 2011, on m'a parlé d'une boisson à base d'ananas qu'on buvait avant à l'abattis mais qui n'existe plus. Une douanière m'a tout de suite dit : vous faites de la bière ? Vous allez faire de la bière à l'ananas, alors! » , se remémore Frédéric Farrugia.
Difficile cependant pour le brasseur de reproduire exactement cette boisson à base de pelures d'ananas, qui n'était pas destinée à être conservée plusieurs jours. Mais une chose est sûre, il pourra toujours s'inspirer de ces recettes traditionnelles. « Toutes les prochaines bières seront teintées de produits guyanais. L'étape suivante, pour nous, c'est vraiment de faire des bières originales avec des racines et des fruits locaux. Et ça va être étonnant! »
À SAVOIR - L'ÉTIQUETTE DE LA GUYANAISE DEVIENT LA JEUNE GUEULE BLONDE
Les jours de l'étiquette de la bière blonde Guyanaise sont comptés. Lorsque le stock des 15 000 étiquettes restantes sera écoulé, les bouteilles seront commercialisées avec une nouvelle étiquette plus en accord avec les autres références de la brasserie : La Jeune Gueule Blonde. Un projet de capsule marqué d'une tête de jaguar est également étudié.
La capacité de production va être doublée
La campagne de financement participatif (crowdfunding) de juin a été un succès : la brasserie guyanaise a récolté 20 520 euros. Elle va pouvoir augmenter sa capacité de production. De 20 hectolitres à chaque brassin, soit 20 000 litres par jour deux fois par semaine, la brasserie compte passer 40 hectolitres, soit doubler sa capacité d'ici à deux ans. « Les 208 contributeurs peuvent retirer leur contrepartie dès maintenant à la brasserie mais on doit envoyer des packs très loin : certains financeurs sont en Europe et l'un d'eux est au Mali » , explique Frédéric Faruggia.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
6 commentaires

Vos commentaires

Paassy 14.08.2018

La frontière entre recettes originales et recettes prélevées dans les savoirs-faire amérindiens sans consentement est en train de s'amincir...

Répondre Signaler au modérateur
joko973 15.08.2018

Les amérindiens auraient inventé la bière, ça se saurait ;-)

Répondre Signaler au modérateur
RAF973 14.08.2018

A la votre !

Répondre Signaler au modérateur
dtc97300 14.08.2018

A priori vous confondez territoire et culture. Le cachiri est traditionnel chez les wayanas et non lié à un territoire...bref.

Répondre Signaler au modérateur
joko973 15.08.2018

Vous avez raison, j'aurai pu, dû, écrire "bière traditionnelle en Guyane" ;-)

Répondre Signaler au modérateur
joko973 14.08.2018

Bonnes idées. La bière traditionnelle de Guyane, c'était surtout le cachiri. Pourquoi ne pas s'en inspirer, avec des méthodes modernes ;-)))

Répondre Signaler au modérateur
L'info en continu
1/3