En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies, cliquez ici. X Fermer
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +

En finir avec les embouteillages

Pierre ROSSOVICH Jeudi 21 septembre 2017
En finir avec les embouteillages
Les projets pour désengorger l'entrée de Cayenne et Matoury (Deal)

France-Guyane fait le point sur les chantiers de l'État et de la Collectivité territoriale de Guyane (CTG) censés résorber les embouteillages dans l'île de Cayenne et jusqu'à Macouria.

.En 2012, Rodolphe Alexandre, alors maire de Cayenne, déclarait dans un conseil municipal : « À court terme, l'entrée de Cayenne sera encore plus embouteillée que celle de Fort-de-France! » . Cinq ans plus tard, ces embouteillages sont devenus le quotidien de milliers d'usagers, notamment de la route entre l'île de Cayenne et Macouria. Les infrastructures ne sont pas à la hauteur de la croissance de la circulation routière. Le réseau est saturé. Les projets prennent du temps à sortir des cartons, faute de financements.
L'ÉCHANGEUR DES MARINGOUINS : ESPÉRÉ POUR 2023
Le carrefour des Maringouins est un passage quasi-incontournable pour se rendre à Cayenne depuis les autres communes. C'est aussi un noeud de transit entre plusieurs zones d'activités et de commerce, ainsi qu'un noeud de transit de marchandises. Considéré comme saturé aux heures de pointe depuis 2009, on y compte aujourd'hui plus de 50 000 passages de véhicules par jour. Les premiers travaux de terrassement devaient débuter au second semestre 2015. Mais le projet est encore au stade de l'étude. La CTG pilotera le chantier d'un montant de 19 millions d'euros (9,5 millions financés par l'État et 9,5 millions par la CTG). « Les études sont pratiquement terminées » , répond-on à la Direction de l'environnement, de l'aménagement et du logement (Deal). Les travaux devraient ainsi commencer en 2019 pour finir en 2023.
Dans une première phase, une bretelle partant du giratoire Leblond-(celui de la Foir-fouille) vers la crique Fouillée contournant le giratoire actuel sera construite. Les négociations pour obtenir les terrains privés nécessaires au chantier ont démarré. En venant de Matoury, une bretelle surélevée permettra de passer en évitant le rond-point. Des trottoirs et des pistes cyclables sont également prévus ainsi qu'une nouvelle sortie exclusivement réservée aux transports en commun.
UNE 2X3 VOIES ENTRE BALATA ET LE PROGT
Initialement prévu pour fin 2016. C'est tout de même le projet le plus avancé. Les acquisitions foncières sont faites. La première phase des travaux débutera en janvier 2018 selon la direction de la Deal. Ils réaliseront une 2x2 voies éclairée plus deux voies réservées aux bus sur 2 km, entre le rond-point de Balata et le Palais régional omnisports Georges-Théolade (Progt). La première phase devrait durer un an et demi. Une opération d'envergure estimée à 25 millions d'euros : 12,5 millions de l'État et 12,5 millions de la CTG.
LE DOUBLEMENT DU PONT DU LARIVOT ET LA 2X2 VOIES ENTRE BALATA ET MACOURIA POUR 2022
Évoquée depuis la fermeture du pont du Larivot fin 2009, la construction d'un second pont sur la rivière Cayenne est toujours en projet. Le Contrat de plan État-Région (CPER) prévoyait 22,5 millions d'euros pour lancer les travaux. L'accord de Guyane, signé en avril dernier, a permis d'obtenir un avenant de 100 millions d'euros de plus. Dans notre édition de mardi, la préfecture a publié un avis d'information du public sur le projet, afin que la population puisse faire part de ses observations. Le dossier sera consultable dans les locaux de la Deal, au vieux-port à Cayenne, ou sur internet sur www.guyane.developpement-durable.gouv.fr. Le nouveau pont sera construit à quarante mètres en aval du pont actuel, fera sept mètres de large et bénéficiera d'une piste cyclable. Les travaux devraient débuter à l'horizon 2020 pour durer deux ans et demi. Le projet prévoit également la transformation de la route en 2x2 voies entre Balata et le carrefour de la Carapa, puis, dans un deuxième temps, le bourg de Tonate. La vitesse serait toujours limitée à 90 km/h. Les voies seront séparées par un terre-plein central pour éviter les collisions frontales. Des aménagements spéciaux seront réalisés pour les piétons et les cyclistes. Les accès privés des personnes habitants au bord de la RN1 seront concentrés sur des carrefours sécurisés, par le biais de contre-allées. Les travaux du doublement des 18 kilomètres de route dureront un an et demi et démarreront une fois ceux du nouveau pont finis. « Le contrat de plan actuel prend fin en 2020, il faut déjà préparer la suite » , prévient déjà Jean-Marc Tarrieu, directeur de la Deal.
Aux heures de pointe, le réseau routier est systématiquement saturé (photo d'archives)
Un plan global de trois milliards d'euros
L'urbanisation croissante a pour conséquence une augmentation de la circulation. À celle-ci s'additionne un retard au niveau des infrastructures nationales et régionales en Guyane.
Selon la Deal, les solutions existent : « Un plan global des transports et déplacements a été publié en 2013, rappelle Muriel Joer-Le-Corre, directrice adjointe de la Deal : un diagnostic qui prévoit 15 actions précises pour un coût de 3 milliards d'euros. C'est grâce à ce plan que l'on a pu signer le Contrat de plan État-Région (CPER) 2015-2020 qui priorise et définit les 8 actions de développement d'infrastructures qui vont accompagner l'aménagement de la Guyane : 238 millions d'euros, dont 171,5 de la part de l'État et 66,5 millions d'euros de la CTG.
Se rajouteront les 100 millions du plan d'urgence prévu dans l'accord de Guyane » .
REPÈRES Toujours plus de voitures
184 000 à 207 000 personnes vivront sur le territoire de la CACL en 2030. L'urbanisation à l'ouest du pont du Larivot se poursuit, et des zones économiques s'y développent. L'insécurité routière entre Balata et Tonate est bien plus élevée que sur les autres axes routiers, avec de nombreux accidents mortels. C'est notamment dû à la forte fréquentation de cet axe par les scooters et les piétons. L'importance du trafic ainsi que le manque de possibilités de dépassement entrent aussi en ligne de compte.
Le nouveau pont de la Comté ouvert en fin d'année
Le nouveau pont de la Comté sera mis en service avant la fin de l'année, selon la Deal. Les travaux auront coûté 21,5 millions d'euros (dont 20 millions État et 1,5 millions CTG). Le pont actuel sera ensuite démonté. À noter que des travaux seront aussi lancés pour redresser le tracé actuel de la route. Les virages dangereux seront ainsi rectifiés.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire