En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies, cliquez ici. X Fermer
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +

Dockers : un seul point bloque

Lara DUPUY Samedi 15 juillet 2017
Dockers : un seul point bloque
Le CMA-CGM Cayenne a appareillé vendredi matin. Il est retourné à Port of Spain avec à son bord 280 conteneurs non déchargés. Aucun conteneur destiné à l'export n'a pu être embarqué sur le bateau (Stéphane Hespel)

Le port de Dégrad-des-Cannes continue d'être perturbé. Les dockers ne chargent et déchargent qu'une petite partie des cargaisons. Le bateau CMA-CGM est reparti hier matin tôt avec les deux tiers des conteneurs qu'il n'a pas pu déposer. D'autres navires ont annulé leur escale ou risquent de connaître le même sort. Un seul point de négociations bloque encore entre la direction et les manutentionnaires.

Plusieurs heures de négociations entre la direction du Gemag (Groupement d'employeurs de la manutention guyanaise) et les syndicats de dockers, jeudi, n'auront pas suffi pour que les deux parties s'entendent. Les dockers continuent donc leur mouvement de protestation (lire notre précédente édition). De ce fait, les perturbations perdurent au port et le CMA-CGM Cayenne, devant l'impossibilité d'être déchargé, a appareillé hier matin. Il fait machine arrière vers Port of Spain avec a son bord 280 conteneurs non déchargés ; aucun export n'ayant été chargé non plus. Ces volumes viennent s'ajouter aux 105 conteneurs non débarqués de l'Asian Sun et aux milliers de tonnes toujours en souffrance dans les ports de substitution, depuis les conflits sociaux de mars, avril et mai.
« À ce stade, les perspectives de retour du fret ne sont pas connues, ce qui va considérablement, et une nouvelle fois, désorganiser l'approvisionnement des entreprises du territoire » , déplore l'Umep (Union maritime et portuaire) dans un communiqué diffusé hier.
ESCALES ANNULÉES LUNDI
Le porte-conteneurs Contship New est attendu lundi au port de Dégrad-des-Cannes. Le roulier Hoegh Caribia, prévu lundi également, a d'ores et déjà annulé son escale, annonce l'Umeg. Le navire collecteur (de petit tonnage), Asian Sunrisque de faire de même. « Nous déplorons une nouvelle fois que les intérêts particuliers de quelques-uns mettent a mal l'économie de toute la Guyane en fragilisant les emplois et les entreprises. Nous espérons une prise de conscience de tous et un retour a la raison pour que les discussions aboutissent lors de la prochaine réunion prévue lundi matin, et que le port puisse enfin retrouver des conditions normales de travail » ajoute l'Union maritime qui estime que les négociations de jeudi ont « échoué » . Les discussions ont pourtant avancé.
Si les NAO (négociations annuelles obligatoires) sont prévues le 25 juillet, il ne reste qu'un seul point d'achoppement sur le nombre de personnes à embaucher. Selon un article de l'accord de 2001 et un de celui de 2006, entre les syndicats et la direction, chacun a sa méthodologie de calcul pour ajuster les effectifs. Selon les syndicats, il faudrait dix personnes, quatre selon la direction. Les syndicats ont accepté de descendre à six. La direction, a décidé, selon nos sources, qu'elle allait demander la position du siège de l'Umep à Marseille lundi. Les négociations ont plutôt été fructueuses sur les autres points puisque la direction a accepté que les dix CDI à temps partiel passent à temps plein et que l'augmentation des salaires atteigne 1, 8%. Des accords pour l'instant oraux, car rien n'est signé.
« PAS DE GRÈVE »
« Les dockers ne sont pas en grève. Il s'agit d'un mouvement de protestation pour que la direction lâche un certain nombre de points » , rappelle le directeur du Gemag Étienne Bordes.
En effet, les 87 dockers mensualisés en CDI de Dégrad-des-Cannes tout comme les « occasionnels » précise-t-il, qui suivent le même mot d'ordre des trois syndicats, sont en service réduit. Au lieu des quatre équipes nécessaires dans la journée, il y en a au maximum une le matin et une l'après-midi. Les manutentionnaires refusent que les bateaux restent plus longtemps à quai. Le service s'en voit donc extrêmement réduit et les retards s'accumulent.
Le Medef appelle les pouvoirs publics à intervenir
Le conseil d'administration du Medef a réagi jeudi. Face à cette « nouvelle paralysie » de l'activité portuaire, il rappelle que « les entreprises qui peinent à surmonter les cinq semaines de conflit puis les blocages de l'activité portuaire, doivent faire face à une nouvelle épreuve. À l'heure ou les navires participant à l'approvisionnement de la Guyane ne peuvent décharger pour cause de négociations obligatoires annuelles, il est irresponsable d'interdire à nouveau l'arrivée de conteneurs, alors que nombre d'entre eux attendus depuis mars dernier sont toujours en souffrance dans la Caraïbe. Il est difficilement acceptable d'empêcher l'activité des entreprises majoritairement tributaires des importations au nom des intérêts de quelques-uns. »
Le Medef Guyane appelle les dockers à « poursuivre les négociations dans un esprit apaisé et constructif afin de trouver un dénouement prompt et profitable à toutes les parties. Il appelle les pouvoirs publics à assurer l'approvisionnement régulier de la Guyane par tous les moyens prévus par la loi. »

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
5 commentaires

Vos commentaires

FLAMBI 18.07.2017

et pourtant les docks gagne très bien leur vie entre 3000 ET 5000€ PAR MOIS

Répondre Signaler au modérateur
FLAMBI 17.07.2017
UNE HONTE

de l'argent et encore de l'argent voila la mentalités de ses bon a rien

Répondre Signaler au modérateur
René 16.07.2017
Blocages intempestifs

Non, ce n'était pas la der des der ! Qui s'imagine encore que l'équipe gouvernementale, pragmatique et issue du privé voudrait bien distribuer des milliards à la Guyane, terre de spécificités bien destructrices pour son développement. Bah, laissons-faire, ici où les parasites sont rois.

Répondre Signaler au modérateur
kiki973 16.07.2017
Combien gagne un docker ?

On aimerait connaitre le montant de salaire des dockers ainsi que leur durée de travail. Qui recrute les dockers ? Est-il vrai que les dockers ont recours à des personnes qui font le job à leur place ?
Est-il possible de faire passer les marchandises par le Brésil ou par le Surinam ?

Répondre Signaler au modérateur
ECRIVAIN 15.07.2017
Dc? No futur

Pourquoi ne pas initier une activité au niveau du port de st laurent?

Répondre Signaler au modérateur