France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +
RÉMIRE-MONTJOLY

Des constructions illégales perturbent la RHI de la BP 134

Pierre-Yves CARLIER Mercredi 23 octobre 2013
Des constructions illégales perturbent la RHI de la BP 134
Lundi soir à la BP 134, le maire de Rémire-Montjoly, le préfet et le procureur font face à une famille qui vient de commencer à construire sa case (PYC)

Jeudi, les policiers municipaux ont constaté qu'une dizaine de cases étaient en construction, dans le quartier en pleine réhabilitation. Lundi soir, le maire, le préfet et le procureur se sont rendus sur place.

Ermillia Vendhomme vivait dans un taudis, au lotissement Karamel de Rémire-Montjoly. Une chambre pour elle, son mari et leurs quatre enfants, qu'elle dit avoir payée 300 euros par mois.
Le propriétaire ne faisait plus de travaux, l'eau et l'électricité ont été coupées, l'Agence régionale de santé a constaté l'insalubrité des logements, le propriétaire a refusé de faire les travaux, le préfet a pris un arrêté de démolition il y a un an et, quelques mois plus tard, les gendarmes ont expulsé tout le monde.
Après avoir logé chez sa soeur, Ermillia Vendhomme et son mari ont commencé à construire une case sur une parcelle de la Siguy, à la BP 134. Les policiers municipaux, prévenus par des voisins, ont constaté jeudi qu'une dizaine de maisons en bois étaient en train de sortir de terre. Il n'y avait que les planchers, mais trop tard pour raser sans autorisation d'un juge (cela doit être fait dans les quarante-huit heures suivant le début du chantier).
Lundi soir, quand ils y sont retournés avec le maire, le préfet et le procureur de la République, des familles avaient déjà emménagé.
UNE PROCÉDURE DE RÉFÉRÉ EXPULSION
Un dialogue de sourds a débuté avec Ermillia Vendhomme sur l'illégalité de sa construction et l'impossibilité de trouver un logement social. La Siguy a été invitée à entamer une procédure de référé expulsion.
Le bailleur social a besoin de ce terrain, pour le vendre à trente familles du quartier, qui pourront y construire leur maison. « C'est une procédure dont on a l'habitude, en métropole. Par exemple avec les camps de roms » , a souligné le préfet Éric Spitz. « C'est vrai que ça fait mal au coeur (de les expulser), poursuivait le maire Jean Ganty. Nous sommes passés jeudi et je les avais prévenus qu'il faudrait partir. Nous sommes en train de faire une opération (de RHI : résorption de l'habitat insalubre) exemplaire. On ne va pas la laisser polluer par ces constructions illégales. »
Problème de pollution
Les constructions illégales ne sont pas le seul problème qui gêne la fin de l'opération de résorption de l'habitat insalubre (RHI), à la BP 134 de Rémire-Montjoly. La direction de l'écologie, de l'aménagement et du logement (Deal) a trouvé des traces de pollution, sur le terrain où les constructions illégales sont apparues. Or, le budget de la RHI était déjà bouclé et les travaux avaient commencé. Il va donc falloir déterminer l'importance de la pollution et trouver les moyens de la traiter, sans que cela n'augmente le prix pour ceux qui vont acheter les parcelles. Il y en a pour plusieurs années. En revanche, le reste est quasiment terminé. Les relogements dans les bâtiments neufs de la cité Arc-en-Ciel sont terminés. Les 160 familles qui sont restées chez elles pourront acheter le terrain où elles ont construit leur maison dès qu'il aura été raccordé à l'eau et à l'électricité. Les premières signatures sont attendues pour la fin de l'année, les autres pour l'an prochain.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
6 commentaires

Vos commentaires

Francois 10.12.2013

Cela fait 1 an que j'attends ma convocation pour signer avec France Domaine. La lettre donnant leur accord pour la recevabilité du dossier est en ma possession. Peut être devrais je faire comme ces gens qui construisent dès qu'ils voient un bout de terrain... Avant qu'ils ne construisent sur le miens et soient régularisés par la suite (voir à Cogneau Lamirande, Kourou, etc...)

Répondre Signaler au modérateur
Badaw 25.10.2013

C'est un manque d'éducation. On ne s'installe pas comme ça Bon Dieu.

Répondre Signaler au modérateur
sakovenzeti 25.10.2013

Scandale en présence d'un préfet et du procureur on ne peut expulser les gens ne détenant pas de papiers. A croire que les sans papiers s'intéressent à l'actualité du pays. Débarquement d'un DG quartier libre, le chien de garde n'est plus. Vive notre République. Maintenant le bébé reste pour le nouveau DG. A quand les nouvelles conneries.

Répondre Signaler au modérateur
sakovenzeti 25.10.2013

Mec, on voit toujours ce qui se passe chez le voisin mais pas la poudre que l'on a dans les yeux. Balayons devant notre porte et ne jugeons pas les gens sans preuve. Quand en guyane celui qui y vit fait quelque chose il est critiqué. Quand ces gens venus juste pour une courte durée pour se remplir les poches, primes, voiture de fonction, repas et j'en passe ( l'état français) on se tait et cela nous semble normal. Quand ces personnes retournent en France métropolitaine c'est dans un petit m2 qu'ils vivent et sont des illustres inconnus chez eux. Ces personnes nous pompent plus que celui qui contribue chaque au développement de ce pays. on peut dire que si la france a choisi le changement, certains guyanais n'ont pas compris avec ce qui je joue grève UAG et d'autres mouvements qui pourraient s'enclencher, c'est le changement maintenant ou jamais..et c'est compté avec les élus guyanais. L'union a toujours fait la force.

Répondre Signaler au modérateur
Francois 10.12.2013
Elus

Que les élus Guyanais fassent d'abord leurs preuves. A part certains : Berthelot, Taubira (tiens, que des femmes !) qui tiennent la route, les autres sont plutôt là pour se remplir les poches... Leur primes sont nettement plus conséquentes que celles des fonctionnaires ! Il serait peut être temps d'ouvrir les yeux.

Répondre Signaler au modérateur
***---*** 23.10.2013
...

La construction de nouveau logement appel à de nouveau bidonville.

Quand vous envoyé un message de développement économique et sociale, les gens sont attirés. Les 1er arrivés sont les 1er servit mais tous ceux qui n'auront pas de place, la solution sera de s'inscrire dans l'illégalité.

C'est malheureux mais c'est la vérité!

Répondre Signaler au modérateur