France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +

De quoi souffrent les entreprises guyanaises ?

Lundi 27 Novembre 2017 - 15h09
De quoi souffrent les entreprises guyanaises ?
(Arianespace)

Fin septembre, la délégation du Sénat aux entreprises était en Guyane. Elle vient de rendre son rapport. Les parlementaires y font part de leur « sidération » et de leur « perplexité ».

Quelle est la situation des entreprises en Guyane ? C'est à cette réponse que tentent de répondre, en 25 pages, la délégation du Sénat aux entreprises. Fin septembre, quatre des 42 sénateurs qui font partie de la délégation sénatoriale aux entreprises, dont Antoine Karam, ont visité des entreprises guyanaises pour analyser leur situation et leurs perspectives de développement. Ils ont recensé les freins à la croissance économique locale, qui est aujourd'hui de 3% par an.
Dans son rapport, la délégation « a particulièrement été frappée par trois faits saillants qui illustrent la situation remarquablement difficile des entreprises en Guyane : le premier est que ces entreprises subissent de la part du secteur public local (collectivité territoriale de Guyane, cantine scolaire ou hôpital notamment) des délais de paiement pouvant aller jusqu’à plusieurs mois voire même plusieurs années, ce qui n’est pas tenable pour la trésorerie des entreprises et les met gravement en péril ; autre motif de sidération : les importations guyanaises en provenance des pays voisins d’Amérique du Sud doivent transiter par l’Europe pour revenir en Guyane du fait de l’absence de structures pour y contrôler la conformité des produits importés aux normes françaises et européennes en matière sanitaire et phytosanitaire ; enfin, troisième sujet de perplexité : l’octroi de mer, qui frappe les importations depuis trois siècles, représente une ressource fiscale essentielle pour les collectivités territoriales en Guyane, mais ce dispositif dissuade aussi ces dernières d’encourager un développement économique endogène, qui serait susceptible d’amoindrir leurs recettes fiscales."

Le rapport de la délégation du Sénat aux entreprises

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
23 commentaires

Vos commentaires

Matouryman 27.11.2017
Souffrances ???

Un point très important a été oublié L'absence de personnel qualifié et d'entreprises de formation pour certains métiers Je connais plusieurs entreprises qui végètent par manque de personnel et qui emploient du personnel étranger en désespoir de cause et le résultat n'est pas mirobolant

Répondre Signaler au modérateur
GIZMO 28.11.2017

...surtout quand on voit ce qui s'est passé avec les peintres embauchés à prix d'or aux Antilles pour l'hôpital de Saint-Laurent

Répondre Signaler au modérateur