En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies, cliquez ici. X Fermer
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +

50 millions pour le numérique des Outre-mer

L.D Vendredi 30 juin 2017
50 millions pour le numérique des Outre-mer
La qualité des connexions internet devrait s'améliorer fin 2017, grâce aux fonds débloqués par l'État dans le cadre de la continuité territoriale numérique pour les Outremer (Lara Dupuy)

Un appel à projets « Continuité territoriale numérique pour les Outre-mer » (CTN) vient d'être lancé par la ministre des Outre-mer et le commissaire général à l'investissement. Il sera opérationnel le mois prochain.

La ministre des Outre-mer, Annick Girardin, et le commissaire général à l'investissement (CGI), Louis Schweitzer, ont annoncé hier, le lancement de l'appel à projets « Continuité territoriale numérique pour les Outre-mer » (CTN). Piloté par l'agence du numérique, dans le cadre du plan France très haut débit, il sera opérationnel au mois de juillet.
Cet appel à projets mobilise 50 millions d'euros, dont 35 millions sont déjà actés dans la loi de finances 2017. « Les Outre-mer bénéficieront d'ici la fin de l'année d'un choc de capacité qui les prépare à l'accès au très haut débit » , déclarent dans un communiqué commun la ministre des Outre-mer et le CGI.
Le dispositif CTN vise à neutraliser les surcoûts liés au transport des données internet entre les Outre-mer et les points de connexion internationaux.
JUSQU'À 50% DE SUBVENTIONS
La ministre des Outre-mer souhaite « que cet engagement du gouvernement permette de reposer la question des tarifs d'abonnement, dont le coût parfois excessivement élevé pour les consommateurs ultramarins au regard de leurs revenus contribue à la fracture numérique entre les territoires de la République. Aujourd'hui, relier un territoire d'Outre-mer à un point de la dorsale internet mondiale par câble sous-marin représente un poste de dépense important, qui peut conduire à une limitation des capacités allouées à chaque abonné. Cela peut nuire à la qualité de service, notamment aux heures de pointe, et entraver la continuité territoriale numérique entre les Outre-mer et la métropole. »
Les opérateurs fournisseurs d'accès à internet qui décideront d'acheter de la capacité supplémentaire sur les câbles dès cette année vont recevoir une aide directe. Ainsi, en renforçant leur capacité sur les câbles sous-marins, ils pourront allouer davantage de capacité par abonné et offrir une qualité de service équivalente à celle de la métropole.
Ils pourront être subventionnés jusqu'à 50% de leur montant d'achat réalisé en 2017. Le taux de subvention baissera à 40% en 2018. Ce dispositif pourra être étendu jusqu'en 2021, avec des taux de soutien décroissants (respectivement 30, 20 et 10% ).
La Guyane devrait donc pouvoir constater une amélioration de la qualité de la connexion internet fixe et mobile dès la fin de l'année.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire