France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +

Récolte de fonds au profit d'ATV

Krysten ARNOLIN Vendredi 11 mai 2018
Récolte de fonds au profit d'ATV
Une collecte de fonds a été mise en place pour sauver la chaîne de télévision ATV (Ramon Ngwete)

La chaîne de télévision ATV joue ses dernières cartes pour éviter de couler. Jean-Marc D'Abreu, journaliste à ATV Martinique, s'est expliqué mercredi sur les actions menées par les salariés de la chaîne pour la survie du groupe.

Jean-Marc D'Abreu, journaliste guyanais à ATV Martinique, a fait le point mercredi sur la situation critique du groupe ATV. Il a rappelé que le 24 avril dernier, la chaîne, placée en redressement judiciaire depuis décembre 2017, était passée devant le tribunal de commerce de Fort-de-France. L'entreprise Smart Consulting, associée à un certain nombre de reprises ou démarrages de médias basée dans l'Hexagone, et le réseau de télévision Médias du Sud, avaient le projet de racheter 51% du capital de la hotline d'ATV. Seul problème, un des partenaires locaux du groupe Smart Consulting s'est désisté la semaine dernière. La date-butoir fixée par le tribunal de commerce martiniquais au 15 mai est imminente.
« ATV, C'EST UNE FAMILLE »
La réaction des salariés, des intermittents et des pigistes ne s'est pas fait attendre. Ils se sont constitués en association pour récolter des fonds afin de sauver la chaîne. L'association Médias des Îles (AMI) appelle les téléspectateurs d'ATV et toutes les bonnes volontés à faire des dons. Pour cela, l'initiative « 10 jours, 10 euros pour sauver Télé Péyi-a » a été lancée en Martinique. Une caravane est aussi mise à disposition et sillonne les différentes communes de l'île pour récolter des fonds. Ils espèrent ainsi « prendre part à hauteur de 35% du capital du groupe » . La chaîne existe depuis 25 ans en Martinique. Elle est entrée dans le quotidien des familles aux Antilles-Guyane.
Selon Jean-Marc D'Abreu, « ne pas investir dans la chaîne ATV, c'est ne pas réaliser l'impact de sa disparition sur la population. » Il ajoute qu'il « faut tout essayer et que c'est un grand moment de cohésion. À plusieurs, nous pouvons sauver une télévision. ATV, c'est une famille. »
ET LA GUYANE ?
La Guyane n'est pas en reste. Sa consoeur ATV Guyane est aussi menacée. La chaîne s'est installée dans le paysage télévisuel guyanais en 2015. Elle a repris l'Antenne Télévision Guyane (ATG). Pour Jean-Marc D'Abreu, « ATV Guyane est un élément important du groupe parce que la Guyane est un département en développement qu'il faudrait exploiter. » Les salariés d'ATV Guyane n'ont pas répondu à nos sollicitations. Jean-Marc D'Abreu souligne qu'il est impératif que les fonds, soit 350 000 euros, soient réunis avant le 15 mai. Pour l'instant, la collecte a permis de lever 142 000 euros.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire