En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies, cliquez ici. X Fermer
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +
CONFÉRENCE

L'enfant de Trou Poissons qui voulait voir la mer

Pierre-Yves CARLIER Jeudi 09 mars 2017
L'enfant de Trou Poissons qui voulait voir la mer
« Pendant des années, je l'ai entendue sans la voir » , explique Vincent Madeleine lorsqu'il parle de la mer (PYC)

Il y a quarante ans, Vincent Madeleine traversait l'Atlantique en solitaire sur un bateau construit par ses soins. Ce soir, il raconte son aventure, à la mairie de Cayenne.

Sa passion pour la mer ? Vincent Madeleine n'a que des suppositions pour l'expliquer. Une enfance passée à Trou Poissons, où il est élevé par sa grand-mère, et le vent, qui lui amenait le bruit des vagues. « Pendant des années, je l'ai entendue sans la voir. » Ce mystère, il en fera le centre de sa vie. Aujourd'hui, il n'aime rien tant qu'emmener ses petits-enfants - qui vivent en Normandie comme lui - sur son voilier habitable pour taquiner le maquereau. Mais bien avant cela, en 1977, il réalise une traversée de l'Atlantique en solitaire - il a 26 ans - sur un bateau construit par ses soins. C'est l'objet d'une conférence qu'il donne ce soir, à la mairie de Cayenne, à 18h30.
La mer, Vincent Madeleine ne la découvre qu'à 6 ou 7 ans, en prenant le bac entre Kourou et Guatemala. Sa préadolescence est bercée des récits de navigateurs dont il lit les exploits. À 14 ans, il rejoint l'école des mousses en Martinique. Puis il embarque sur les bateaux de pêche de la famille Abchée, sur un remorqueur de la Somarig, sur une vedette des îles du Salut, sur le Saint-Georges I et le Saint-Georges II, qui font la liaison entre Cayenne, Régina, Ouanary et Saint-Georges. Il s'engage dans la Marine. Mai 1968 est passé par là. « J'ai résilié mon contrat. J'avais envie de voir le monde. Il y avait ceux qui partaient à pied pour Katmandou et ceux qui partaient en bateau pour les Antilles. J'ai pris le bateau. »
LE VENT ET PAS DE CARTE DÉTAILLÉE DE L'ATLANTIQUE
Déjà à l'époque, Vincent Madeleine est soucieux de son autonomie, voire de sa solitude. Un trait de caractère qu'il a conservé. Il construit son premier bateau en 1973, sur la plage de Chaton, à Cayenne. Avec, il navigue jusqu'au Suriname, au Venezuela, la Guadeloupe. Il rejoint Reims (Marne) pour suivre une formation de soudeur, se construit un deuxième bateau en 1976 dont il n'est pas satisfait, puis un troisième, en juin 1977. Quatre mois plus tard, le 29 octobre, il embarque au Havre, direction Cayenne. Son objectif : passer Noël en famille.
Le vent et l'absence de carte détaillée de l'Atlantique en décident autrement. Il est poussé le long de la côte. Espagne, Portugal, Maroc. Il passe Noël à Dakar, au Sénégal. « C'était cool, car j'avais un bateau sûr. »
Le 27 décembre, il reprend la mer, non sans avoir prévenu sa mère - qui vit cité Brutus à Cayenne - qu'il est parti pour deux ou trois mois. C'est finalement moins d'un mois plus tard, le 23 janvier 1978 à minuit, qu'il atteint le plateau des Guyanes. « Je n'avais jamais autant navigué sans mettre pied à terre. Il n'y avait pas de GPS. » Son sonar, d'une portée de 120 mètres, ne lui est d'aucune utilité en pleine mer. « Il fallait naviguer avec les astres. On fait ses calculs, on note des points sur la carte, on se dit « En théorie, je suis là » , mais on n'a rien pour confirmer.
J'avais calculé que je devais atteindre le plateau continental à minuit. Quand, à 1 heure, j'ai allumé mon sonar et qu'il m'a indiqué le fond à 60 mètres... Je me suis dit, c'est bon. » Il passe le Connetable, mouille au Vieux Port, part à pied pour la cité Brutus et frappe à la porte de sa mère. Le fils était de retour.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
2 commentaires

Vos commentaires

bouyonwara 09.03.2017

Incroyable ! quelle belle (et pas du tout connue) histoire!

Répondre Signaler au modérateur
will77 09.03.2017

magnifique

Répondre Signaler au modérateur