En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies, cliquez ici. X Fermer
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +

Ils sont venus lui dire merci

Céline BOUSQUET Lundi 29 Février 2016 - 08h52

Christiane Taubira était en dédicace samedi à la librairie La Cas’a bulles, à Cayenne. De nombreux admirateurs de l’ancienne garde des Sceaux sont venus faire signer leur exemplaire de Murmures à la jeunesse, son dernier ouvrage, et surtout la rencontrer.

Les allées de La Cas’a bulles, rue du Lieutenant-Goinet à Cayenne, paraissaient encore plus étroites que d’habitude samedi. Dans chaque recoin du premier étage et jusqu’à la porte de la librairie, au rez-de-chaussée, des dizaines d’admirateurs ont dû faire preuve de patience avant de pouvoir se présenter devant l’ancienne garde des Sceaux. Christiane Taubira, arrivée en début de semaine dernière en Guyane, venait dédicacer son essai, Murmures à la jeunesse, son réquisitoire contre la déchéance de nationalité, publié quelques jours à peine après sa démission du gouvernement, fin janvier.

C’est donc en femme libre, de ses idées et de son emploi du temps, que l’ancienne ministre est arrivée, souriante et décontractée. Le temps de trouver une plume dans son petit panier en arouman — « Pendant trois ans et demi, je n’ai eu que des stylos rouges, s’amuse-t-elle —, de saluer les journalistes — « Mais qu’est-ce que vous faites là, vous !? » — et là voilà devant son public.
Intimidés mais ravis

« C’est quand même mieux que quand elle était ministre, se réjouit Harry Hodebourg, un des premiers à faire dédicacer son livre. Avant, quand elle venait, elle était toujours entourée de tous ses gardes du corps. Ils restaient même devant sa maison le soir », précise le président de la section guyanaise de Cap 21, qui est également son voisin cayennais. S’il est venu ce matin, c’est parce qu’il « partage tout à fait la même vision qu’elle » et qu’il souhaite qu’elle soit candidate à la prochaine élection présidentielle.

Derrière lui, trois jeunes pas encore trentenaires ont fait la route depuis Kourou pour rencontrer Christiane Taubira. Un peu intimidés mais ravis, ils n’ont pas hésité à l’interroger un peu sur sa vie, son retour au pays. Avec chacun de ses visiteurs, l’ancienne ministre échange quelques mots, en créole aussi, quelques traits d’humour, des nouvelles de la famille, un poème parfois. « Il faut que je me dépêche », plaisante-t-elle alors que la file s’allonge inexorablement.
 « On n’oubliera jamais votre discours »

« Je suis venue lui dire de tenir bon, que la Guyane est avec elle », confie Aimée, qui lui a offert une rose de son jardin. Nombreux sont ceux tout simplement à lui dire merci. Comme Stana, enseignante, qui voit en elle un « modèle de réussite » pour ses élèves. Et cette famille, avec deux papas, qui se présente devant celle qui a défendu avec ferveur le mariage pour tous. « On n’oubliera jamais votre discours », lui affirment Renaud et Nicolas, venus avec leur fils Robin, 15 ans. Une émotion partagée par l’ancienne ministre. « Pour nous, c’était une évidence de venir ici, ce matin, pour la remercier, confient les Kourouciens avant de reprendre la route. Elle s’est battue jusqu’au bout, sans jamais retourner sa veste. Sa loi a changé notre vie. »

Les signatures se sont enchaînées toute la journée. Prévue jusqu’à 13 heures, la séance de dédicaces a duré jusqu’à 17 h 30. « Elle ne s’est pas arrêtée, pas une minute. Elle a eu un moment pour chacun de ses lecteurs », commente, admiratif, Frédéric Dumas, le responsable de la librairie. Il avait commandé 500 exemplaires supplémentaires de Murmures à la jeunesse après s’être retrouvé en rupture de stock en une semaine, à sa sortie. Dans l’Hexagone comme en Guyane, l’essai est en tête des ventes.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire