France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +

Le touloulou n'est pas prêt d'être présenté à l'Unesco

Marine JACQUES Mardi 09 janvier 2018
Le touloulou n'est pas prêt d'être présenté à l'Unesco
Le carnaval guyanais avec le touloulou paré-masqué a été reconnu patrimoine culturel immatériel national (photo d'archives)

L'objectif de l'Observatoire régional du carnaval guyanais (PRCG) est de faire reconnaître le touloulou au patrimoine culturel immatériel de l'Unesco. Il est loin d'être atteint même si la reconnaissance nationale, obtenue en octobre 2017 et qui ne concerne pas seulement le touloulou, est un pas en avant.

C'est un détail qui a son importance : ce n'est pas seulement le touloulou qui a été inscrit au patrimoine culturel immatériel national, le 26 octobre 2017. C'est « le carnaval guyanais avec le touloulou du bal paré-masqué » qui a mérité cette reconnaissance. Pour l'observatoire régional du carnaval guyanais (ORCG), qui s'est formé début 2014 pour oeuvrer en faveur de l'inscription du touloulou au patrimoine culturel immatériel de l'Unesco, cette inscription à l'échelle nationale est une étape importante même si elle ne se centre pas uniquement sur le touloulou. C'est, en effet, la condition sine qua non pour atteindre la reconnaissance mondiale de ce pan de la culture guyanaise. « Ce que vise plus précisément l'ORCG, c'est la liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l'humanité » , explique Thomas Mouzard, de la direction des affaires culturelles de Guyane (1). Thomas Mouzard a été saisi par l'ORCG, en tant que conseiller à l'ethnologie et au patrimoine immatériel, pour la constitution du dossier de candidature.
UNE CANDIDATURE TOUS LES DEUX ANS
Plusieurs critères doivent être respectés : le dossier doit être complet, cohérent, soutenu par la communauté... et il doit être inscrit au patrimoine national. « La France peut présenter un candidat une fois tous les deux ans, c'est un quota qui a été fixé par l'Unesco pour assurer un rééquilibrage international » , précise Thomas Mouzard. Une fois que l'ORCG aura constitué sa candidature, elle pourra être présentée par le ministère de la Culture la présente à l'Unesco. Quand bien même son dossier serait complet et cohérent, l'ORCG ne peut s'attendre à ce que la reconnaissance mondiale soit accordée dans l'immédiat au carnaval guyanais et son touloulou. Il existe, en effet, une liste d'attente de candidatures françaises déjà prêtes. Selon Thomas Mouzard, l'ORCG doit plutôt viser 2020 voire 2022 pour avoir une chance d'atteindre son objectif.
(1) Il existe trois listes à l'Unesco : celle du patrimoine immatériel nécessitant une sauvegarde urgente, celle représentative du patrimoine culturel immatériel de l'humanité- c'est sur cette dernière que l'observatoire régional du carnaval guyanais souhaite inscrire le touloulou-et enfin le registre de bonnes pratiques de sauvegarde.
3 QUESTIONS À ... « Quelque soit le pays, on reconnaîtra le touloulou » Jean-Albert Villeroy, trésorier de l'observatoire régional du carnaval guyanais
Le carnaval guyanais, avec le touloulou, a été reconnu patrimoine culturel immatériel national. Qu'est-ce que ça représente pour la Guyane ?
La France reconnaît le touloulou de Guyane comme étant un patrimoine. Cela veut dire qu'au niveau des territoires français, quand on parle du touloulou des bals paré-masqué, on sait que c'est en Guyane. Le touloulou est immédiatement identifiié au territoire.
Qu'est-ce que ça apporterait de plus d'avoir la reconnaissance de l'Unesco ?
C'est l'échelle internationale! Quel que soit le pays dans le Monde, on reconnaîtra le touloulou des bals paré-masqué comme un patrimoine de Guyane.
Quels sont les enjeux qui poussent l'observatoire régional du carnaval guyanais à atteindre cet objectif ?
La protection des traditions et la transmission du savoir. Le carnaval guyanais souffre des dérives, les valeurs se perdent.
Avant, les jeunes femmes de 16-17 ans ne venaient pas dans les dancing ou alors elles étaient accompagnées pour être initiées aux rites. Aujourd'hui elles viennent avec leur compagnon avec des robes près du corps alors que le touloulou n'est pas censé être reconnu. Moi-même j'en reconnais dans les dancing, ce n'est pas normal.
Propos recueillis par M. J.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire